Home | RDC | Echos des Provinces | RDC : Des groupes armés continuent de mener des attaques contre les populations civiles du Nord-Katanga

RDC : Des groupes armés continuent de mener des attaques contre les populations civiles du Nord-Katanga

image

Les rebelles Maï-Maï Gédéon et Kata-Katanga sont loin d’en finir avec leurs exactions sur les populations civiles du Nord-Katanga. Ces miliciens continuent de mener des attaques dans les territoires de Manono et de Pweto.

Les miliciens Maï-Maï Gédéon et Kata-Katanga multiplient des attaques dans les territoires de Manono et de Pweto, où l’insécurité est actuellement au rendez-vous.

Les rebelles Maï-Maï Gédéon et Kata-Katanga sont loin d’en finir avec leurs exactions sur les populations civiles du Nord-Katanga. Selon la Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation en RDC (Monusco), ces miliciens continuent de mener des attaques dans les territoires de Manono et de Pweto.

Les hommes du chef milicien Gédéon et de Kata-Katanga ne s’apprennent pas seulement aux paisibles citoyens, mais aussi aux éléments des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC).

Le 12 février, les Maï-Maï Kata-Katanga s’étaient affrontés avec les Forces gouvernementales au village Lenga-Lenga de Kalemie, situé à 60 km de Kyambi. Ces accrochages s’étaient soldés par la mort de neuf combattants Maï-Maï Kata-Katanga. Le 14 février, le groupe armé Maï-Maï Gédéon et les troupes FARDC se sont accrochés au village Lusenga, situé à 300 km au Sud-est de Kalemie. Au cours de ces combats, cinq miliciens ont succombé et plusieurs autres ont été blessés.

Pendant que les rebelles Maï-Maï Gédéon et Kata-Katanga insécurisent les territoires de Manono et de Pweto, les éléments Maï-Maï Raïa-Mutomboki sèment la terreur dans la localité de Punia.

A en croire la Monusco, la situation sécuritaire dans le secteur 2 demeure instable, à cause des abus des rebelles Maï-Maï Raïa-Mutomboki dans cette partie de la province du Katanga.

Pour rappel, les combattants Maï-Maï Raïa-  Mutomboki ont lancé, le samedi 16 février dans l’avant-midi, une attaque contre la localité de Punia, et pris le contrôle total de cette bourgade.

Les FARDC ont mené, le 17 février, une contre-offensive et repoussé les insurgés sur l’axe menant vers la localité de Kasese.

D’après la Mission onusienne en RDC, lors de ces combats, sept militaires FARDC, six combattants Raïa-  Mutomboki et un enfant ont été tués ; tandis que deux autres enfants ont été blessés.

Ces opérations ont provoqué le déplacement des populations fuyant les combats.

Les rebelles ont pillé, avant leur retrait, la résidence de l’administrateur de Punia, le bureau de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), et les installations de la radio communautaire locale « La Voix de Punia ».