Home | RDC | Echos des Provinces | RDC : Le retrait des troupes du M23 de Masisi pourrait prendre trois ou quatre jours

RDC : Le retrait des troupes du M23 de Masisi pourrait prendre trois ou quatre jours

image

Des milliers de Gomatraciens étaient amassés de part d’autre de la route pour assister aux mouvements de camions et de Jeeps transportant les militaires et leurs effets vers la sortie Nord de Goma. Les troupes du M23, regroupées à Kimoka, dans la cité de Sake, se dirigeaient aussi samedi vers Kibati pour rejoindre quelque 100 soldats du M23 qui y sont regroupés. « Le retrait des troupes du M23 de Masisi pourrait prendre trois ou quatre jours car les soldats marchent sur de longues distances pour atteindre Kibati et leurs bases militaires de Kibumba », a déclaré à la presse le commandant des troupes du M23, le général Sultani Makenga. Il a justifié ce délai par le fait que des troupes du M23 sont parties du secteur de front de Mure-Mure jeudi 29 novembre pendant que d’autres quittaient Ngungu, Karuba et Mushaki.

Une parade militaire au rond-point du cercle sportif de Goma, « pour bien montrer aux yeux du monde que le M23 se conforme à ses engagements en ne laissant qu’une centaine d’hommes à l’aéroport », a ponctué samedi 1er décembre le retrait des mutins de la capitale du Nord-Kivu, qu’elles ont conquise mardi 20 novembre.

« Les différents postes stratégiques contrôlés par  le M23 ont été officiellement remis aux responsables du mécanisme conjoint de vérification de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs(CIRGL), de la Police nationale  congolaise, de la Banque centrale  ou de la Monusco, selon le cas. La grande barrière entre Goma et Gisenyi fait partie de ces postes stratégiques », rapporte Radio Okapi.

Des milliers de Gomatraciens étaient amassés de part d’autre de la route pour assister aux mouvements de camions et de Jeeps transportant les militaires et leurs effets vers la sortie Nord de Goma. Les troupes du M23, regroupées à Kimoka, dans la cité de Sake (à 30 km de Goma), se dirigeaient aussi samedi vers Kibati (à environ 20 km au nord de Goma) pour rejoindre quelque 100 soldats du M23 qui y sont regroupés.

« Le retrait des troupes du M23 de Masisi pourrait prendre trois ou quatre jours car les soldats marchent sur de longues distances pour atteindre Kibati et leurs bases militaires de Kibumba », a déclaré à la presse le commandant des troupes du M23, le général Sultani Makenga.

Il a justifié ce délai par le fait que des troupes du M23 sont parties du secteur de front de Mure-Mure (colline surplombant Shasha) jeudi 29 novembre pendant que d’autres quittaient Ngungu, Karuba et Mushaki.

Des centaines, peut-être un millier de combattants, ont quitté les postes les plus avancés pour transiter par Sake (sud-ouest) pour remonter samedi sur leurs bases à 20 km au nord et au nord-ouest de Goma.

Départ aussi des politiques et policiers du M23

« Contrairement à ce qui avait été annoncé précédemment, les politiques et les policiers du M23 seront du voyage. Le projet d’une nouvelle administration contrôlée par la rébellion à Goma est donc pour le moment enterré et les autorités gouvernementales, ainsi que les soldats des FARDC, ne devraient pas tarder à revenir. Quelque 280 policiers ont débarqué vendredi au port de Goma en provenance de Bukavu », selon RFI.

Avant  de quitter la ville, le chef militaire du M23 Sultani Makenga, pourtant sérieusement renforcé après avoir mis la main sur des dépôts d’armes et de munitions des forces gouvernementales, a voulu s’emparer d’un autre stock, cette fois contrôlé par les Nations unies à l’aéroport.

« Le M23 a voulu récupérer des munitions qui sont sous le contrôle de la Monusco », a expliqué à RFI le lieutenant-colonel Prosper Basse, porte-parole militaire de la Monusco au Nord-Kivu.