Home | RDC | Echos des Provinces | Goma : La situation sécuritaire demeure tendue et volatile

Goma : La situation sécuritaire demeure tendue et volatile

image

Après la prise de Goma par des éléments du M23, la situation demeure, sur le plan sécuritaire, tendue et volatile dans la province du Nord-Kivu. C’est ce qui ressort du point de presse hebdomadaire organisé mercredi par la MONUSCO, à Kinshasa.

A suite de la prise de Goma, le 20 novembre 2012 par les éléments du M23, la situation sécuritaire est demeurée tendue et volatile au Nord-Kivu durant la semaine écoulée. Le poste opérationnel de la Force de la MONUSCO déployée à l’aéroport de Goma, continue de renforcer ses positions défensives autour de l’emprise aéroportuaire par le déploiement de plusieurs véhicules blindés qui conduisent sans relâche des patrouilles de jour comme de nuit ; dans le but de dissuader toute attaque du M23.

Les violents combats ayant opposé les troupes gouvernementales aux rebelles du M23 le 22 novembre 2012 dans la localité de Sake et ses environs ont provoqué le mouvement des populations locales parmi lesquelles 300 personnes déplacées, 4 représentants du HCR et 17 représentants des organisations non gouvernementales qui ont trouvé refuge au poste opérationnel de la Force de la MONUSCO de cette localité.

Huit individus blessés au cours de ces affrontements ont reçu des soins de première urgence à l’hôpital du niveau du poste opérationnel de la MONUSCO de Sake. Durant la même période le poste opérationnelde la MONUSCO de Bunyampuli a également  accordé refuge et protection à 47 personnes et 9 véhicules appartenant à trois ONG oeuvrant dans sa zone de responsabilité. Les éléments du M23 ont traversé Mubambiro et se sont déployés vers Sake. Ils occupent présentement les collines de cette localité et celles avoisinantes afin de dominer la région, ainsi que l’axe routier vers Mushake et Minova.

Arraisonnement d’un bateau civile

Le 21 novembre 2012, des éléments du M23, positionnés sur les collines de Goma, ont arraisonné un bateau civile qui voulait accoster sur une  jetée privée, l’obligeant ainsi à se rendre au quai du port de Goma, conformément aux instructions données par la direction de la rébellion. A la même date, deux mutins du M23 se sont rendus au poste opérationnel de la MONUSCO de Himbi, et remis à la section DDR/RR pour leur prise en compte.

Le 23 novembre 2012, le poste opérationnel de la MONUSCO de Nyanzale a prodigué des soins à un policier, une femme et un garçon blessés pendant l’attaque menée par des éléments armés contre le poste de police de Kihondo, situé à environ 1 kilomètre de Nyanzale.

Le 24 novembre, la rébellion du M23 a tiré à partir des collines de Goma, trois obus sur un bateau qui naviguait sur le lac Kivu pour l’obliger à se conformer à leurs injonctions  adressées à tous les navires. Les projectiles sont tombés dans le lac sans causer de dommages.

Le 25 novembre, une patrouille du troisième bataillon indien de la MONUSCO déployée à Mugunga, a rapporté avoir observé les éléments du M23 percevoir des taxes de trente-cinq dollars, respectivement auprès des camions et véhicules légers à une barrière de sécurité établie dans la localité. 

[Stéphane Etinga]