Home | RDC | Echos des Provinces | RDC : Retour en force de la République des intouchables

RDC : Retour en force de la République des intouchables

image

« Trop, c’est trop ! » Le conflit entre le gouverneur Moïse Katumbi et le bâtonnier Jean-Claude Muyambo doit s’arrêter !  L’on ne doit pas assister distrait, face à ce conflit qui risque de porter un coup sérieux sur les animateurs des institutions, notamment le gouverneur de province qui est le représentant du chef de l’Etat. L’image que traduit ce conflit dans l’opinion aurait dû interpeller tout le monde. Plutôt que de laisser perdurer cette bataille des gladiateurs où des coups en dessous de la ceinture sont permis, les notables du Katanga devront désormais se lever pour faire prévaloir la règle de la palabre africaine et aboutir à une réconciliation entre les deux frères en conflit ouvert. Il ne sert à rien de se pourlécher des flèches empoisonnées que décoche l’un contre l’autre. Comment comprendre le silence des notables de cette stratégique province face à des révélations pouvant conduire à la mise du pays au banc des nations civilisées du monde ?

Muyambo Kyassa Jean-Clause a refusé, hier mardi 13 novembre, à l’aéroport international de la Luano, de se soumettre au contrôle du service de sécurité avant embarquement. Il n’a pas voulu non plus que son garde du corps, en civil et armé, soit débarrassé de ses deux armes, à savoir un pistolet et une AK 47. Les témoins de l’événement se demandaient à quoi pouvait rimer cette exhibition de biceps. Serait-ce le retour en force de la République des intouchables qui peuvent marcher sur les lois du pays et se permettre de fouler aux pieds les règlements internationaux en matière d’aviation civile ? Ce scandale signé Muyambo devrait interpeller à tous les niveaux de l’Etat.

Ce qui s’est passé hier mardi à l’aéroport international de la Luano à Lubumbashi dans la province du Katanga est digne d’un western de l’époque de la découverte de l’Amérique. Ce continent appelé « Nouveau monde » et illustré par un célèbre film dans lequel l’on voit s’affronter « la brute, le bon et le truand ».

A cette époque, très révolue, la gâchette facile allait de paire avec les coups de poing. C’était, soutiennent tous les historiens, la seule manière d’imposer sa loi, de se faire respecter et pourquoi pas, de survivre.

Plus de sept siècles plus tard, ces images « de la loi du plus fort est toujours la meilleure » débarquent comme par enchantement  en RDC, pays supposé être démocratique, républicain et respectueux des droits de l’Homme et des normes internationales.

Quid ? Jean-Claude Muyambo Kyassa, avocat de son état, a tenté un coup de force. Objectif ? Difficile à cerner pour l’instant. Toutefois, l’acte qu’il a posé a causé indignation, consternation et récriminations dans le chef des passagers et de tout le personnel qui œuvre à l’aéroport international de la Luano, à Lubumbashi.

L’avocat, passager enregistré sur un vol de Korongo Airlines à destination de Kinshasa, s’est offert en spectacle en créant un scandale qui ne manquera pas de faire date dans les annales des usagers de cet aéroport, l’un des plus importants que compte la RDC.

Arrivé au poste de contrôle assuré par les agents commis à ce service, rapportent des témoins, l’homme s’est déclaré « intouchable ». « Vous ne pouvez pas me fouiller. Vous ne me connaissez pas ? », aurait-il balancé à l’endroit des agents de sécurité. Ces derniers ont beau lui rétorquer qu’il s’agissait des normes internationales auxquelles tous les passagers sont soumis, l’homme s’est cabré. Rougissant de colère, il a tenté de forcer le passage. Devant l’insistance des agents de sécurité, il s’est débarrassé de sa veste et s’est dit prêt à en découdre avec le premier qui oserait s’approcher de sa personne sacrée.

Après échange et altercations, l’avocat a réussi à franchir la barrière, en vociférant de rage contre le non respect des notabilités en vue au Katanga, nous confie une source. Voulait-il rappeler à ses interlocuteurs qu’il est un ancien bâtonnier de la province du Katanga mais encore, un ancien ministre des Affaires humanitaires et solidarité nationale dans le gouvernement Gizenga I ? C’est ce que les curieux ont cru comprendre comme message de la part du bagarreur.

Comme si cela ne suffisait, arrive le tour de son garde du corps, auquel personne n’a fait attention. Comme son chef, l’ange gardien refuse d’être fouillé. Pire, il insiste pour embarquer à bord de l’avion avec sur lui ses deux armes, à savoir un pistolet et une AK 47. Les agents ont tenté de lui rappeler que les armes ne peuvent avoir droit dans la cabine et que leur place  est plutôt dans la soute, nenni ! Garde du corps d’un personnage très important, il pensait avoir le droit de garder sur lui ses armes.

Pendant cette exhibition des biceps, les pauvres passagers assistaient impuissants au spectacle digne d’un western en live. Il a fallu l’intervention de tous les services de sécurité présents à l’aéroport de la Luano pour convaincre ce gardien hors pair  qu’il y allait de la sécurité de tous les passagers y compris son patron et lui-même. C’est seulement sur le tard qu’il acceptera de confier ses armes au service de sécurité de Korongo Airlines.

Cette scène appelle commentaires et interrogations. Sommes-nous vraiment en RDC, un pays normal et doté d’institutions républicaines ? Si cela est vrai, comment un individu, avocat soit-il, peut se permettre d’ignorer les lois de son pays et bien plus, de marcher sur des normes internationales en matière d’aviation civile.

Il est temps que pareilles attitudes, d’une autre époque, cessent, sinon disparaissent. Pour cela, tous les services concernés devraient se mettre en branle afin de rappeler à chaque citoyen que nul n’est au-dessus de la loi.

Par ailleurs, vu le rang auquel se place l’homme par qui le scandale est arrivé ce mardi à l’aéroport de Lubumbashi, le souverain primaire devrait apprendre à se faire une religion des personnes qui viennent à des échéances données solliciter ses suffrages. Le peuple devrait aussi savoir distinguer entre celui qui aime son pays et celui qui ne l’aime pas.

Qu’est-ce que Jean-Claude Muyambo a laissé comme image dans la mémoire de tous ceux qui ont assisté à cette scène et qui avaient une considération envers lui de par ses fonctions actuelles, notamment d’avocat et de président d’un parti politique membre de la majorité présidentielle (MP) ? That is the question.

Mais pour ceux qui le connaissent ou ont appris à le connaître depuis la parution des lettres ouvertes au gouverneur du Katanga, pas de surprise du tout. Car, ils savent désormais à quoi s’en tenir. L’homme ne cesse de dénuder et de livrer sa vraie nature.

Katumbi-Muyambo : à qui profite le conflit ?

« Trop, c’est trop ! » Le conflit entre le gouverneur Moïse Katumbi et le bâtonnier Jean-Claude Muyambo doit s’arrêter !  L’on ne doit pas assister distrait, face à ce conflit qui risque de porter un coup sérieux sur les animateurs des institutions, notamment le gouverneur de province qui est le représentant du chef de l’Etat. L’image que traduit ce conflit dans l’opinion aurait dû interpeller tout le monde.

Plutôt que de laisser perdurer cette bataille des gladiateurs où des coups en dessous de la ceinture sont permis, les notables du Katanga devront désormais se lever pour faire prévaloir la règle de la palabre africaine et aboutir à une réconciliation entre les deux frères en conflit ouvert. Il ne sert à rien de se pourlécher des flèches empoisonnées que décoche l’un contre l’autre. Comment comprendre le silence des notables de cette stratégique province face à des révélations pouvant conduire à la mise du pays au banc des nations civilisées du monde ?

Puis, il est étourdissant de constater que la famille politique du chef de l’Etat tarde à se saisir de ce dossier où le déballage est la règle, sans tenir compte de l’obligation de réserve, du respect dû aux institutions de la République ainsi qu’à leurs animateurs. L’on serait en période de campagne électorale, cette situation pourrait être tolérée voire compréhensible. Dans le cas sous examen, le pays vit une période normale, avec comme poids, la guerre dans sa partie orientale. Dans ces conditions, aucune distraction ne peut être acceptée d’autant plus que la vigilance tous azimuts décrétée par le gouvernement doit souffrir d’aucune faille. Or, ce conflit entre deux acteurs majeurs de la province voisine à la zone opérationnelle ne favorise pas une meilleure concentration. En fait, très vite, des infiltrations peuvent s’opérer pendant que l’opinion est préoccupée par l’escalade verbale des parties en conflit.

Enfin, le chef de l’Etat qui devrait s’attendre à un soutien et un concours décisif de ses proches de la famille politique, est placé dans une position inconfortable. Le pyromane a intérêt à y mettre un terme. Un mot d’ordre venant de l’Autorité morale aura l’effet de calmer tout le monde. Le Katanga est une province au cœur de grands enjeux de tous ordres. Ce conflit qui vise son gouverneur élu, et dont la popularité dépasse les frontières du seul Katanga, a besoin de plus de sérénité. L’implication de tous s’avère urgente afin de ramener la paix des cœurs parmi les fils de cette province.

Les notables du Katanga et toutes les personnalités soucieux de la stabilité et de l’honorabilité des institutions et de leurs animateurs sont invités à mettre toutes les batteries en marche pour que cette guerre fratricide prenne fin le plus rapidement possible. Personne n’y gagne, pas même ceux qui croient tirer profit de cette malheureuse situation. Tous sont perdants à commencer par le chef de l’Etat, la famille politique de ces deux acteurs majeurs du Katanga, la province du Katanga, …, et l’image du pays et de ses institutions qui en sort écornée. Il ne faut plus attendre.

[Le Potentiel]