Home | RDC | Echos des Provinces | RDC : Province Orientale en proie à une insécurité chronique

RDC : Province Orientale en proie à une insécurité chronique

image

La Province Orientale, précisément dans sa partie nord, est toujours en proie à une insécurité chronique due à la présence de nombreux groupes armés qui y pullulent. Telle est la situation dans la chefferie de Bombo où trois mille déplacés refusent de retourner dans leurs différentes localités après y avoir fui suite aux nombreuses exactions des hommes à la solde du chef milicien Paul Sadara plus connu sous le nom de Morgan. Dans une déclaration faite mardi 6 novembre à la presse locale, le chef coutumier de ce groupement a constaté cette attitude de ses administrés après une tournée effectuée dans tous les villages où ces déplacés se sont réfugiés.

Ces déplacés qui viennent des villages Enjewa, Badumbisa et Badengaido craignent des représailles de la part des combattants du chef milicien Morgan dans le cas où ils se hasarderaient à rentrer chez eux. Selon des responsables de la Société civile de Bombo qui sont informés de cette situation, les habitants sont accusés par les miliciens de Morgan d'apporter leur soutien aux éléments des FARDC. C'est depuis le mois de mai 2012 que la bande Morgan tue, viole et incendie des maisons. Aux dires des mêmes responsables de la Société civile locale, plus de cent personnes auraient trouvé la mort depuis le début de cette rébellion du chef Morgan.

De son côté, le chef coutumier de la chefferie de Bombo a précisé que ces déplacés se sont réfugiés actuellement à Niania, à Bambasa et dans des villages environnants où ils vivent dans des conditions infrahumaines. Cette partie de la Province Orientale, qui regorge d'importantes ressources minières et naturelles, est sous occupation des éléments de Morgan où ils sèment la désolation en procédant à des enlèvements des paisibles citoyens. Pour libérer leurs otages, ils poussaient leur outrecuidance jusqu'à réclamer d'importantes sommes d'argent en guise des rançons.

Cette situation d'insécurité qui va de la partie nord de la Province Orientale jusqu'au nord Katanga en passant par le Nord-Kivu et le Sud-Kivu montre  à suffisance que la RDC se trouve dans une situation délicate qui appelle une riposte à la hauteur du danger qui la guette. Que de petits bandits de la trempe de Morgan, Sultani  Makenga, Kyungu Gédéon et autres se permettent de défier une grande nation comme la RDC pendant plusieurs mois sans être inquiétés, cela doit réveiller les Congolais de leur inconscience. Face à l'implosion qui guette leur pays, ils doivent se regarder en face et proposer des solutions durables pour sortir de cet imbroglio. En principe, en pareille situation il ne devait pas avoir de divergence de démarche. Que l'on soit de la majorité ou de l'opposition, le langage aurait dû être le même. Les ennemies de la République devraient être dénoncés et châtiés sans la moindre complaisance, pour l'intérêt supérieur du pays. Mais que constatons-nous ?

A l'Assemblée nationale par exemple où se déroulent les grands débats sur les questions capitales du pays,  certains députés interviennent en fonction des intérêts de leur famille politique alors que leur mandat est non impératif. Au lieu de prendre la parole pour faire des propositions dans le sens de sortir le pays des humiliations qu'il subit actuellement, ces députés complaisants montent à la tribune plus pour se faire voir et entendre, et non pour formuler des recommandations intelligentes susceptibles de mettre fin à la situation chaotique à l'Est du pays. Le moment est venu, pensons-nous que toutes les filles et tous les fils  de la RDC se mettent d'accord pour l'honneur de leur pays. Lorsque dans sont tout premier discours après sa réélection à la tête des Etats-Unis d'Amérique, le président Barack Obama annonce qu'il va rencontrer son malheureux rival Ronney pour parler ensemble de l'avenir de leur pays, cela doit donner matière à réflexion aux responsables congolais.

Rombaut  Ot.