Home | RDC | Echos de Kinshasa | Kinshasa : Les habitants du quartier Sangamamba souffre d’un très grave problème de manque d’eau

Kinshasa : Les habitants du quartier Sangamamba souffre d’un très grave problème de manque d’eau

image

La pénurie d’eau potable s’avère être un problème capital dans la commune de Ngaliema, précisément dans le quartier Sangamamba.

Quartier populaire au sein de cette grande municipalité Sangamamba souffre d’un très grave problème de manque d’eau. La population en souffre sérieusement et appelle à une intervention musclée de la Regideso afin de pouvoir remédier à ce problème qui caractérise depuis un temps cette partie de la capitale congolaise.

Sur les avenues, voire dans des parcelles, on ne trouve pas des traces de la tuyauterie de la Régideso.

Comme pour dire que, ce quartier n’a pas vu la Régie de distribution des eaux n’avait pas installé ses tuyaux dans la plupart de parcelles du coin. Cependant, dans d’autres coins toujours à Sangamamba, les matériels installés de cette régie, sont emportés à la moindre pluie par les érosions, qui sont très fréquemment observées. Ce qui engendre de difficulté énorme pour ces habitants.

Car, se ravitailler en eau, ils sont obligés de descendre jusqu’au pied de la montagne où se trouve une petite source, entourée des roches et dégageant de l’eau prête à être consommée. C’est à ce sacrifice que la plupart des femmes et jeunes filles se livrent surtout lorsqu’il faut remonter la montagne, avec bassin d’eau sur la tête.

L’exercice est très rude. Cependant, il est loin de décourager ces hommes, femme et enfants, qui au petit matin, bidons, bassin et autres récipients, en mains prennent la direction de la source, située près de la forêt Ndangi. Les enfants portant des bidons, pleins d’eau, de loin supérieurs à leurs poids, ont du mal à gravir la montagne. Mais, ils sont contraints, parce qu’ils n’ont pas une autre alternative.

Ndangi est une grande forêt appelée « zamba ndangi » appartenant à la famille Ndangi. Cette forêt renferme deux sources et présente plusieurs autres potentialités, dont bénéficient les populations environnantes.

S’agissant justement de la source ndangi, précisons qu’elle est le principal moyen d’approvisionnement en eau, que plusieurs habitant n’hésitent pas de qualifier de source d’eau divine. Pour eux, c’est une bénédiction de l’avoir et chacun contribue à son entretien.

Outre ces deux sources d’eau, les populations du coin se ressourcent aussi à la grande concession de Don Bosco, mais moyennant quelque chose. Ici, c’est un processus pour se procurer de l’eau. Il faut commencer par s’enregistrer deux jours avant le jour-j auprès de responsables, qui au retour remettent un jeton au bénéficiaires, qui ont en amont déjà, payé 250 Fc pour un bidon de 20 litres. L’ordre est de rigueur ici. Tous les demandeurs sont obligés de faire la queue, et chacun est servi à son tour au regard de la grandeur de son récipient.

Soulignons par ailleurs que Sangamamba est traversée par une rivière, située devant la grande montagne Zamba Ndangi, appelée « mayi ya zelu » qui signifie l’eau des sables. Celle-ci permet également à la population de s’approvisionner en eau qu’on utilise uniquement pour des travaux ménagers, alors que l’eau potable est achetée auprès de sœurs de Don Bosco, aussi auprès de particuliers.

« Nous avons fait un rapport à nos supérieurs hiérarchiques et le dossier est en cours », a indiqué l’adjoint du chef du quartier. Cependant, la population renseigne que les agents de la Regideso sont descendus sur terrain pour constater les faits et estimer les dépenses à prévoir pour l’achat des matériaux d’usage et de construction, mais sans revenir.

C’est un goût amer qui est laissé sur les lèves de ces Congolais, se disent être abandonnés, et refusent depuis de se fier à la presse, qui pourtant, ne se limitent qu’à récolter, à traiter et diffuser le fait. Ils déplorent le silence absolu des autorités en dépit du noble travail que réalisent les médias.

Cependant, il faut dire que la commune de Ngaliema est touchée dans son ensemble par le problème d’eau, surtout en cette saison sèche. Les quartiers Gulf et Méteo vivent de temps durs d’autant que l’eau ne coule que très tard dans la nuit. 

C’est aux environs de 3 heures du matin que l’on peut observer de l’eau couler des robinets dans la plupart des parcelles.

C’est un véritable calvaire pour ces habitants, qui sont obligés de veiller pendant longtemps pour finalement voir l’eau de la Regideso. Un véritable défi que devra relever cette entreprise publique, dont la mission est justement de fournir de l’eau potable à tous les Congolais. C’est un SOS que la population du coin lance à qui de droit.

[Kaningini Kasuku Anna/Stagiaire]