Home | RDC | Echos de Kinshasa | RDC : Spoliation et lotissement anarchiques à Kinshasa

RDC : Spoliation et lotissement anarchiques à Kinshasa

image

La spoliation et le lotissement des espaces à Kinshasa est un problème majeur auquel les ministères des affaires foncières et de la justice se retrouvent  souvent été confrontés. Les agriculteurs, parmi lesquels des maraîchers, font malheureusement souvent les frais des hors-la-loi agissant parfois avec la complicité de certains bourgmestres, chefs coutumiers et même  chefs de quartiers, auprès de qui ils acquièrent des espaces à exploiter.

Le samedi 28 octobre dernier, des agriculteurs, regroupés au sein de l'Union nationale des agriculteurs du Congo (Unagrico) ont manifesté leur indignation et  totale désapprobation de ces pratiques illégales ainsi qu'illégitimes.

L'occasion leur a été donnée au cours d'une Conférence-débat organisée à la paroisse Notre Dame de Fatima sur le thème : " Divulgation des mesures prises par le gouvernement pour la sécurisation des sites agricoles ".

Le ministre provincial des Affaires foncières, Urbanisme et habitat Nephtalie Idia  Mukumukira et le représentant du gouverneur de la ville de Kinshasa étaient présents à cette conférence fort animée.

Les participants ont été sensibilisés à l'opportunité de soulever des questions en rapport avec l'agriculture, longtemps considérée comme priorité des priorités. Ce principe, à en croire le ministre, deviendra une réalité pour cesser d'être un simple slogan.

Les activités agricoles par lesquelles ce principe devrait se concrétiser se trouvent malheureusement entravées par divers lotissements et spoliations des espaces. A ce propos, le représentant du gouverneur de la ville a rassuré d l'existence d'un arrêté du gouvernement provincial visant la démolition et l'exploitation des sites anarchiquement acquis.

Les spoliateurs et lotisseurs anarchiques, notamment ceux basés sur le site des anciens combattants, dans la Commune de Kisenso, des prévôtés militaires, pour ne pas les citer, seront soumis à un déguerpissement forcé.

Selon le ministre des affaires foncières, c'est le non respect de la loi qui est à la base des spoliations. Par conséquent, le gouvernement a pris un décret portant sur la démolition des constructions anarchiques.

Par ailleurs des mesures sont prises pour sécuriser les sites agricoles. Les 24 communes que compte la capitale ont été réparties en 6 circonscriptions foncières, de manière à décentraliser les traitements des dossiers y relatifs. La loi précise que le lotissement ou la distribution des terres est l'apanage du ministre des affaires foncières et non de son Collègue de l'agriculture.

Mais pour mettre de l'ordre dans ce secteur, Kinshasa étant à 85% une ville rurale, la nécessité d'établir une cartographie agricole s'impose.

Il en est de même en ce qui concerne le recensement des opérateurs agricoles lesquels devraient être regroupés en sites afin de faciliter la motorisation de l'agriculture à l'aide notamment des tracteurs.

Se félicitant de la présence du ministre des affaires sociales à cette conférence, le président de l'Unagrico, Pierre Bukasa Katambay a émis le vœu de voir se concrétiser l'engagement du gouvernement provincial.

Vieux routier dans ce domaine, il craint que cela ne soit lettre morte. En attendant, il a été rappelé que le sol et le sous sol Congolais appartiennent à l'Etat.

[G.O]