Home | RDC | Diaspora | RDC : Intox du TERMINATOR Honoré NGBANDA

RDC : Intox du TERMINATOR Honoré NGBANDA

image

Honoré Ngbanda s’est encore affiché sur le plan médiatique et dans les réseaux sociaux. Fidèle à sa ligne de conduite, il a fait propager une fausseté prétendant que le doyen de la politique congolaise, Etienne Tshisekedi serait assassiné.

Dans une RDC où l’heure est délicate à cause de la révision constitutionnelle annoncée et de l’indélicatesse de l’opposition qui récuse le président de la CENI, l’intox de Ngbanda visait d’y semer soudain la pagaille et de créer une situation incontrôlable par le pouvoir en place qui pourrait lui coûter sa déchéance. Mais coup d’épée dans l’eau, son intox a été reconnue en tant que telle et n’a pas produit les effets désirés par son auteur.  Si nous nous mettons à réfléchir sur ce que serait survenu en RDC si cette intox avait été cru par les Congolais, imaginez l’effusion de sang que cela aurait occasionnée, imaginez le nombre de morts qu’il aurait occasionnés, imaginez les pertes générales que la République aurait connues. C’est cela qui nous a porté à reparler, pour la énième fois, de ce monsieur afin que toutes les fois que le public sera en face de ses intox et campagnes d’intox, il sache à quoi s’en tenir.

La place de ce monsieur est à la CPI ou dans une prison à vie quelconque. Les massacres de Lubumbashi et des chrétiens de Kinshasa durant la CNS avec ses fameux « hiboux » qui  semaient la terreur à Kinshasa pèseront à jamais sur sa conscience et le feront détester par le peuple même s'il multiplie les intox contre le pouvoir. Que les gens commencent à faire une pétition pour l'ester en justice. Il trouve encore l'audace d’appeler les gens "bolole" alors que lui-même est un démon personnifié. (...)

Les gens disent que c'est lui qui a éveillé la conscience de la diaspora, mais de quelle foutaise parlent-ils? De quelle diaspora s'agit-il donc? Ne savait-on pas que cette diaspora a connu la démocratie, appris les droits de l'homme avant que ce monsieur démoniaque ne se déploie en Europe ? Peut-être croit-il tromper les gens au courant qu’il est que certains membres de la diaspora n'ont pas fait des études avancées ou qu’il y en a qui sont depuis des lustres en France, Belgique, Suisse, sans arriver à bien s'exprimer ni à bien écrire...La diaspora n’a pas le monopole d’élargir les consciences des Congolais, car ma conscience était éveillée depuis le Kongo (Zaire). Et malgré mon arrivée en France dans les années 90, c'est à partir de mes propres recherches que j'ai compris la situation de mon pays et que j'ai commencé à contacter les gens dans le but de faire quelque chose pour mon pays.

Pour ceux qui doutaient encore, Ngbanda est en réalité un monsieur qui détient une haine toute particulière envers le clan Kabila parce qu'il a mis fin au règne mobutiste dont les signatures sanguinaires sont troublantes.

N’est-ce pas qu’il s’est plus que compromis dans l’histoire du Traité de Nice ? Un monsieur qui s’est souillé dans une telle histoire peut encore parler devant le patriote de la trempe de Kabila ? Ngbanda s’est beaucoup investi pour détourner l’attention des gens vers des mythes drôles et abracadabrantes sur la nationalité du chef. Après avoir menti à tout le monde que Kabila complotait pour la balkanisation du pays, il s'est borné là et voilà 13 ans qu'il est au pouvoir sans que cette balkanisation ne prenne corps...

Cependant malgré ses intox et impostures ainsi que ses prétendues révélations sur le président, celui-ci a su garder sa noblesse et jamais ne s’abaisse au niveau du pyromane Nganda.

Pour bien d’observateurs, l’acharnement de Ngbanda sur Kabila est vraiment une histoire de haine personnelle, de vengeance et de manipulation des masses, profitant justement de leur ignorance, de leur crédulité et de leur analphabétisme. En obscurantistes méthodiques, Ngbanda et son Apareco s’efforcent d’ensevelir tout un peuple. Pourtant, durant leur régime sanguinaire pendant plus de 32 ans, ils n’ont rien fait d’extraordinaire en RDC. Le bon sens voudrait que Ngbanda se taise tout simplement à jamais.

Des observateurs viennent de démontrer comment il a distrait tout le monde dans l’affaire John Tshibangu en faisant tuer et violenter plusieurs personnes au Kasai, dans le simple but d’étouffer les actions de récupération. Il dit qu’il n’y a pas de preuves judiciaires de son implication dans les différentes tueries au Congo mais il n’a qu’à suivre ce que les Congolais qui sont sur place au Congo pensent de lui pour comprendre combien ils l'abominent.

Souvenons-nous, non sans frémir  avec douleur et colère, de l’opération " Lititi Mboka " lors du massacre des étudiants à l’université de Lubumbashi ou du massacre de chrétiens connu de tous à Kinshasa, son projet personnel de zèle et d'allégeance à Mobutu. Dans tous les cas, son intervention est d’une bassesse notoire! Kabila lutte sur place avec son peuple, sacrifiant sa jeunesse et risquant constamment sa vie pendant que Ngbanda se déchaîne gratuitement pour lui nuire à tout prix et dans tous les azimuts à 8.000Km de la RDC. Mais " le chien aboie et la caravane passe ", nous semble être l’approche qui mesure les enjeux réels de son combat politique et de la lutte populaire pour notre libération.

Rien que de la déception qui découle de leur politique tribaliste pratiquée et entretenue pendant tout leur règne pour ridiculiser toute une tribu et retarder le développement des régions entières. Même à l'Equateur, ils n'ont rien fait, mais aujourd'hui Joseph Kabila Kabange reconstruit cette province.

Si Nganda veut savoir ce que Kabila représente pour son peuple, qu’il revisite la RDC à l'heure d'aujourd'hui. Comment Ngbanda peut penser détenir la vérité ou disposer du monopole du patriotisme en RDC, lui qui n'est qu'un renard passionné de sang qui cherche à entrer dans la basse-cour pour en dévorer les animaux?

Il faut parfois savoir se retirer de la vie publique et se taire pour une retraite honorable si son parcours politique n'aura été que néant ou négatif ! La politique n’étant pas la seule voie par laquelle on peut servir son pays.

Richard LUMUMBA