Home | RDC | Diaspora | Balkanisation : Le Grand Congo ne sera jamais divisé

Balkanisation : Le Grand Congo ne sera jamais divisé

image

Le complot international visant l’occupation de la République Démocratique du Congo (RDC), dénoncé à cor et à cri depuis des années est en passe d’aboutir. Son long processus arrive en effet à sa phase finale d’exécution grâce aux atermoiements de la communauté internationale et à la collaboration active d'Hippolyte KANAMBE alias «Joseph KABILA», l'imposteur tutsi rwandais au pouvoir à Kinshasa, imposé aux Congolais par la communauté internationale pour piller leurs richesses et de les massacrer, sans aucun état d'âme. Devant la gravité de la menace qui pèse sur l’avenir même de la RDC et vu l’urgence : (1) Appelle tout le peuple congolais de l’intérieur du pays à se mobiliser massivement pour chasser en priorité du pouvoir « Joseph Kabila » et son gouvernement fantoche, car ils sont les principaux alliés et complices des agresseurs rwandais. (2) Appelle tous les congolais de la diaspora à entreprendre dans le respect des lois des pays d’accueil, des actions citoyennes pour manifester leur rejet unanime du pouvoir d’occupation présidé par « Joseph Kabila » , et pour marquer leur solidarité avec la volonté de l’ensemble du peuple congolais à se prendre lui-même en charge pour chasser ce dictateur et cet imposteur. (3) Appelle tous les officiers et militaires congolais à prendre conscience en véritables patriotes, et à assumer pleinement, le rôle crucial qu’ils doivent jouer dans la résolution de la grave crise que traverse notre Nation. Elle les invite à vaincre la peur ainsi que leurs divisions internes, à taire tous les conflits et à dépasser toutes les divergences en vue de s’unir pour mettre d’urgence un terme à la présence de «Joseph Kabila» à la tête de nos institutions. Le Grand Congo ne sera jamais divisé, mais par contre, l’occupation de Goma et même celle programmée de Bukavu sera le Stalingrad africain pour eux.

Déclaration politique de l’APARECO relative à la situation de crise en RDC

Le complot international visant l’occupation de la République Démocratique du Congo que l’Alliance des Patriotes pour la Refondation du Congo (APARECO) dénonce à cor et à cri depuis des années est en passe d’aboutir. Son long processus arrive en effet à sa phase finale d’exécution grâce aux atermoiements de la communauté internationale et à la collaboration active de celui qui détient tous les pouvoir à Kinshasa.

Profitant de la recrudescence des foyers de crise en Syrie, à Gaza, en Israël et au Nord-Mali, crises qui menacent plus directement les intérêts des puissances occidentales, plus que celle du Kivu en RDC, le président rwandais Paul Kagamé a choisi ce moment particulier pour opérer un passage en force en vue d’atteindre son objectif principal d’occuper l’Est de la RDC dans le but de la balkaniser, et cela avec la complicité de «Joseph Kabila» comme chef suprême des forces armées congolaises.

Les nombreux témoignages qui fusent des officiers congolais des FARDC et des militaires congolais au front dans le Kivu convergent tous sur la trahison de la «haute hiérarchie» politique et militaire (entendez Président de la République) qui crée toutes les conditions pour désorganiser, désorienter, décourager et affaiblir les troupes congolaises engagées au combat dans le Kivu, à l’Est de la RDC. Selon ces témoignages, chaque fois que nos troupes prennent de l’avantage sur l’ennemi, des ordres impromptus viennent de Kinshasa pour leur demander soit d’arrêter la progression, soit de desserrer l’étau, soit encore simplement de se replier. Dans l’entre temps, leurs positions, leur armement et leurs plans d’attaque sont communiqués à l’ennemi par le Quartier général de Kinshasa où sont placés aux postes stratégiques des officiers issus du CNDP dont le M23 est l’émanation.

Par ailleurs, des armes achetées avec l’argent de la RDC sont clandestinement envoyées aux ennemis par les soins de «Joseph Kabila» dont la duplicité et la supercherie dans l’agression de la RDC ne sont plus à démontrer. Pendant qu’il endort le peuple congolais en l’invitant au calme, et alors même qu’il feint de rejeter toute idée de dialogue avec l’ennemi, le même «Kabila» a envoyé à Goma la veille de sa chute, son chef d’état-major général, le général Didier ETUMBA, pour demander aux troupes des FARDC de dégager la ville.

Après l’escale de Goma, au moment où l’ennemi y faisait son entrée, le général ETUMBA s’envolait pour Kampala en vue d’y préparer l’arrivée de « Joseph Kabila » qui l’y a rejoint ce mardi 20 novembre 2012 dans l’après-midi pour entamer les négociations qui, comme toutes les précédentes, devront permettre d’autres grandes concessions de la RDC en faveur de la consolidation de l’occupation rwandaise.

Devant la gravité de la menace qui pèse sur l’avenir même de la RDC et vu l’urgence, l’Alliance des Patriotes pour la Refondation du Congo :

1. Appelle tout le peuple congolais de l’intérieur du pays à se mobiliser massivement pour chasser en priorité du pouvoir « Joseph Kabila » et son gouvernement fantoche, car ils sont les principaux alliés et complices des agresseurs rwandais. A cet effet, toutes les provinces et toutes les couches de la population congolaise doivent recourir à toutes les voies possibles pour saboter et paralyser sur toute l’étendue du pays les structures et les instruments du pouvoir d’occupation incarné par «Kabila» ;

2. Appelle tous les congolais de la diaspora à entreprendre dans le respect des lois des pays d’accueil, des actions citoyennes pour manifester leur rejet unanime du pouvoir d’occupation présidé par « Joseph Kabila » , et pour marquer leur solidarité avec la volonté de l’ensemble du peuple congolais à se prendre lui-même en charge pour chasser ce dictateur et cet imposteur. Pour cela, elle exhorte toutes les fractions de la résistance et toutes les tendances de l’opposition congolaise à surmonter toutes les formes de divergence interne et à conjuguer leur force dans l’unité pour soutenir le peuple congolais à l’intérieur du pays ainsi que son armée ;

3. Appelle tous les officiers et militaires congolais à prendre conscience en véritables patriotes, et à assumer pleinement, le rôle crucial qu’ils doivent jouer dans la résolution de la grave crise que traverse notre Nation. Elle les invite à vaincre la peur ainsi que leurs divisions internes, à taire tous les conflits et à dépasser toutes les divergences en vue de s’unir pour mettre d’urgence un terme à la présence de «Joseph Kabila» à la tête de nos institutions. Elle demande à cet effet à toutes les formations militaires et congolaises d’agir sans tarder à travers toutes les régions de la RDC pour prendre le contrôle effectif de l’ensemble du territoire national. Car tant que cet imposteur serra à la tête de nos instituions à Kinshasa, la RDC ne connaitra ni la paix, ni la stabilité, ni l’intégrité, ni encore moins la démocratie;

4. Dénonce et rejette catégoriquement les manœuvres et les propositions malicieuses de certains alliés du Rwanda déguisés en opposants politiques congolais, et qui lèvent la voix pour réclamer une prétendue négociation des agresseurs rwandais avec le pouvoir d’occupation en place à Kinshasa.

Cette proposition ne vise qu’à soumettre le gouvernement fantoche de Kinshasa à accepter, comme par le passé, d’autres ultimatums qui ouvriront la voie à une plus grande occupation de la RDC par le Rwanda.

5. Appelle la communauté internationale à : 

Instruire les troupes de l’ONU à user des voies de force pour sortir les ennemis du territoire congolais occupés par eux en vue de garantir réellement la sécurité des populations congolaises,

Prendre contre le Rwanda des mesures concrètes de condamnation assorties des sanctions pour le contraindre à retirer ses troupes d’agressions et d’occupation de la RDC

Soutenir le peuple congolais dans sa volonté de se débarrasser de la dictature et de l’imposture de « Joseph Kabila » en RDC. Car tant que ce représentant de Paul Kagamé restera à la tête des institutions à Kinshasa, ni la RDC, ni les pays de la région ne connaîtront la paix et la stabilité chères à la démocratie et au développement des peuples.  

6. Adresse un avertissement sérieux aux agresseurs de la RDC et à tous ceux qui ont planifié sa balkanisation et sa mise à mort en tant qu’Etat, et elle les informe que le Grand Congo ne sera jamais divisé, mais par contre, l’occupation de Goma et même celle programmée de Bukavu sera le Stalingrad africain pour eux.

Fait à Paris, le 20 Novembre 2012

Honoré NGBANDA NZAMBO KO ATUMBA

Président National de l’APARECO