Home | RDC | Diaspora | RDC : Les « Combattants » de l'Espagne ont-ils assassiné le cadre du PPRD, Paul BIMBA ?

RDC : Les « Combattants » de l'Espagne ont-ils assassiné le cadre du PPRD, Paul BIMBA ?

image

Evariste Boshab, Secrétaire Général du PPRD, accuse les « Combattants » de Barcelone, Espagne, d'avoir assassiné le cadre du PPRD, Paul BIMPA.

Encore un mort de trop de suite de violences exercées sur des paisibles citoyens. Cette fois-ci, c’est en dehors du pays, précisément à Barcelone, en Espagne, où M. Bimba Mazembe Paul, de nationalité congolaise, haut cadre du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie, a été lâchement assassiné dans la nuit du 8 au 9 novembre dernier. 

Evariste Boshab, Secrétaire Général de cette formation politique, l’a déclaré hier mercredi, 16 novembre 2011, au cours d’une conférence de presse, au siège de son parti, en présence des Ambassadeurs et chefs des missions diplomatiques.

Selon les indications fournies par Evariste Boshab, Paul Bimba revenait de la réunion de son parti lorsqu’il a été surpris par les membres d’un camp appelé « Combattants », instrumentalisés par certains milieux politiques de l’opposition basés au pays. Si ce dernier a succombé, ses compères se trouvent actuellement en soins intensifs. Eu égard à ce qui précède, Evariste Boshab est monté au créneau, pour condamner cet acte ignoble qui traduit la lâcheté de leurs auteurs et qui prouvent à suffisance que les adversaires politiques manqueraient d’arguments en cette période de campagne. D’où vient qu’ils recourent aux voies extrêmes, a-t-il affirmé. 

Cependant, Boshab invite la jeunesse de son parti à ne jamais céder à la violence. Mais, par contre, de prêcher la paix qui a fait la richesse des nations et qui, à son avis, triomphera toujours. « Il fallait que je vous entretienne sur le déroulement de la campagne électorale », a d’emblée fait savoir Evariste Boshab, Secrétaire Général du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), à son auditoire composé des professionnels des médias ainsi que des Ambassadeurs et Chefs de missions diplomatiques, en poste à Kinshasa. 

C’était hier mercredi, 16 novembre 2011, au siège du parti à la Gombe. Boshab a plutôt choisi ce moment, pour donner une triste nouvelle, celle de la mort d’un haut cadre de son parti, en la personne de Bimba Mazembe Paul, décédé le 9 novembre 2011 à 4 heures du matin, à Barcelone, en Espagne, de suite des blessures ayant entraîné une hémorragie cérébrale.

Expliquant les contextes de la mort Paul Bimba, Boshab a soutenu qu’il s’est agi d’un guet-apens, puisque ce dernier participait avec d’autres camarades de son parti à une réunion de cette formation politique. Que c’est à la sortie de la réunion, alors qu’il abhorrait les insignes du PPRD qu’un groupe appelé « Combattants » les ont surpris, tabassés et blessés mortellement, avant de prendre la poudre d’escampette. Puisqu’il s’agit d’un mort de trop, Boshab est monté au créneau, pour dénoncer les actes de violence. « C’est un mode que les adversaires politiques utilisent faute d’arguments politiques convaincants », a-t-il souligné. Face à cette escalade de la violence, le Secrétaire Général du PPRD invite la jeunesse de son Parti à ne jamais céder à la provocation, pour se lancer dans la violence. 

Ci-après, la déclaration du Secrétaire Général du PPRD, Evariste BOSHAB

Mesdames et messieurs,

Merci d’avoir répondu à l’invitation. J’aurai aimé vous inviter pour vous perler du déroulement de la campagne électorale. Malheureusement, c’est pour vous annoncer une triste nouvelle. La violence gratuite vient de faire encore une victime, un mort de trop. Et donc, c’est avec un cœur chargé de douleur, une affliction incommensurable, une révolte indescriptible que je vous annonce la mort, à Barcelone, du camarade Bimba Mazembe Paul décédé le 9 novembre 2011 à 4h du matin de suite des blessures ayant entraîné une hémorragie cérébrale.

Paul Bimba a été, sauvagement, agressé dans la soirée du 7 novembre 2011 alors qu’il revenait de la réunion du parti, pour la simple raison qu’il abhorrait les insignes du PPRD et qu’il réfléchissait différemment de ses agresseurs qui se dénomment « Combattants ».

1. Qui est Paul Bimba Mazembe ?

Né à Kinshasa, le 9 juillet 1976, marié et père de deux enfants, Paul Bimba Mazembe occupait la fonction de secrétaire exécutif du PPRD/Espagne depuis 2009. C’est donc un haut cadre du parti qui a été assassiné à cause de ses convictions.

2. Quelles sont les circonstances de cette agression ?

Il s’agit d’un guet-apens. Monsieur Paul Bimba participait avec d’autres camarades du Parti à une réunion du Parti dans la soirée du 07 novembre courant. A la sortie de la réunion, un groupe d’individus se nommant « combattants », instrumentalisés par certains milieux de l’opposition au pays et munis d’armes blanches, les attendaient pour les agresser. Surpris, ils n’ont pas pu se défendre ni prévenir la police. Ils ont été ainsi livrés à la merci de leurs bourreaux qui ont réussi à les tabasser et blesser mortellement avant de prendre la fuite.

3. Bilan Plusieurs blessés dont :

• Le camarade Sylvain Kongolo Buisha, qui se trouve encore aux soins intensifs,

• Le camarade Kasongo Mulume, qui a un bras fracturé,

• Le camarade Mulowayi Lukunyi Kalala, grièvement blessé à l’œil gauche, s’en est sorti avec deux interventions chirurgicales. A ce jour, ce camarade a perdu 80% de ses facultés de vue.

• Enfin le très regretté Paul Bimba Mazembe, qui a succombé, le 09 novembre courant, à 4 heures du matin, de suite de ces blessures ayant entraîné une hémorragie cérébrale. Cette situation a été portée la connaissance des autorités de Police de la Ville de Barcelone qui continuent à rechercher ces brigands ainsi qu’auprès des autorités de notre mission diplomatique en Espagne.

4. Constat

Je voudrais relever ici que c’est depuis le 22 juillet dernier que j’avais attiré l’attention du corps diplomatique afin de dénoncer ce climat de violence, qui n’avait d’autre objectif, que celui d’empêcher la tenue des élections en créant une sorte de psychose. Qu’il vous souvienne que les sièges du PPRD ont été mis à sac à Barumbu, à Bandalungwa sans omettre le bureau interfédéral sur Sendwe. Il y a 6 jours à Lubumbashi, à la suite de l’incendie criminel du garage d’un jeune militant du PPRD, j’avais, encore, invité la jeunesse du Katanga à dire non à la violence, tout comme je l’avais fait ici à Kinshasa. Je continuerai à dire non à la violence car, ceux qui prônent la violence sont des lâches, incapables de soutenir un débat démocratique, ils veulent imposer leur vision univoque par des moyens incompatibles avec les valeurs républicaines d’un système démocratique.

5. Responsabilités

Alors qu’il y a plusieurs valeurs et talents que la République Démocratique du Congo peut exporter, je constate, malheureusement, que ceux qui tiennent des discours incendiaires, foulant aux pieds les normes les plus élémentaires de l’Etat de droit, appelant à la violence pour assouvir leur soif du pouvoir par le sang, ces vampires sont entrain d’exporter la violence en instrumentalisant une jeunesse marginale.

Je considère que les auteurs intellectuels et donc les véritables responsables de ces crimes sont, justement, ceux qui appellent à la violence en abusant d’une jeunesse incapable de discernement. Si, ces instigateurs ne croient pas à la justice humaine, au moins la justice immanente s’en chargera. Il est regrettable que vivant dans des pays de veilles traditions démocratiques, ceux qui s’appellent combattants dont la lutte n’a pour but que d’incommoder leurs patriotes par des agressions barbares et de vilipender leur pays, pour venger des crimes imaginaires, bénéficient des bienfaits de l’Etat de droit, là où ils sont, n’évoquant que des droits, alors qu’il n’ y a pas de droit sans devoir. Nous demandons aux pays amis qui accueillent des individus, d’autres d’ailleurs ne détiennent même plus la nationalité congolaise, d’appliquer à leur égard le droit avec toute sa rigueur.

Je voudrais ici apprécier, à sa juste valeur, le travail de titan qu’abat, déjà, la presse pour barrer la route à la violence ainsi qu’à ceux qui l’utilisent comme arme électorale. Mais, puisque nous ne sommes pas au bout de notre peine, j’invite la presse à ne pas se fatiguer. Car, lorsque demain l’on écrira l’histoire d’aujourd’hui, justice sera rendue à la presse. J’invite les responsables des partis politiques et tous les hommes de bonne volonté à dire non à la violence car, il s’agit là d’un piège sans fin. Lorsque la culture de la violence se sera installée, elle n’épargnera personne en ce que même les instigateurs, d’aujourd’hui, peuvent devenir des victimes de demain. La violence est un mal que tout homme doit combattre.

La violence gratuite ne peut devenir un acte de légitime défense, il faut d’abord être soi-même victime d’une violence, ensuite que les moyens utilisés pour faire face à cette violence illégitime soient proportionnels à ceux utilisés par l’agresseur. Or, dans le cas d’espèce, ce sont des individus qui se croient intouchables qui frappent impunément qui ils veulent et quand ils veulent, sans nullement être inquiétés. Ce sont des prétendus justiciers qui se moquent de la justice, on ne peut donc pas invoquer la légitime défense, à moins de considérer que les uns peuvent tout subir dans le mépris du droit, et les autres sont protégés puisqu’ils luttent pour le non droit. Si c’est cela la compréhension de la démocratie, le PPRD ne pourra que combattre pareilles inepties. Ce sont d’ailleurs des hérésies. C’est pourquoi, présentant les condoléances à toutes les instances du PPRD pour cette mort atroce, gratuite qui doit honnir à jamais ceux qui l’ont provoquée, je demande à la jeunesse du PPRD de garder une attitude digne pendant cette dure épreuve et de ne point céder à la violence. La violence ne passera pas et la paix, qui a fait la richesse des nations triomphera toujours.

Je vous remercie.

Barcelone, le 14/11/2011

Décès d’un membre du PPRD à Barcelone

Monsieur le Président, Par la présente, nous vous annonçons la disparition du secrétaire du PPRD, Monsieur Paul Bimba Mazembe suite à une agression dont il était victime en date du 09/11/2011. Il était victime d’une hémorragie du cerveau communément appelé ICTUS, suite à une agression dont il était victime dans la nuit du 08 au 09/11/2011.

Les membres de l’autre camp « Combattant » nous ont agressés et Bimba Mezembe a été touché au niveau du cerveau, moi, Mulowayi Lukunyi Kalala, j’ai été gravement blessé à l’œil gauche, j’ai perdu 80% de la vision, j’ai subi deux interventions chirurgicales à l’œil.

Nous déplorons ce comportement antidémocratique et nous avons montré en face combien le jeu n’est pas fait pour l’apprentissage du système démocratique dans notre pays. Paul Bimba Mazembe est né 09/07/1976. Il laisse derrière lui une veuve et deux enfants.

Veuillez agréer Monsieur le Président, cette information ci choquante.

Fait à Barcelone, Secrétaire exécutif Mulowayi Lukunyi Kalala