Home | RDC | Armée/Police | RDC : Le torchon brule entre la MONUSCO et les FARDC en Ituri

RDC : Le torchon brule entre la MONUSCO et les FARDC en Ituri

image

Les violons ne s’accordent plus du tout entre la MOnusco et les FARDC en Ituri. Divergences de vues, incompréhension et suspicions mutuelles caractérisent les relations entre ces deux institutions. Coups de gueules, écarts de langage et même menaces se sont invités dans les rapports de ces deux structures. Craignant pour sa sécurité, une haute personnalité de la Monusco/Bunia se serait tapé, dernièrement, une retraite de quatre jours à Goma. La rupture de collaboration entre les deux parties serait même à l’ordre du jour. Preuve de l’empoisonnement du climat.

Pourtant, la paix en Ituri, passe par un climat d’entente entre la Monsuco et les FARDC.

Deux raisons majeures justifieraient cette tension entre la Monusco et les FARDC : les circonstances floues de l’assassinat de Paul sadala Morgan et les traques contre la milice FRPI dans la region de Gety.

Incompréhensions s’agissant de la traque contre la FRPI

Il nous revient que dernièrement, et par une lettre, la Monusco/Bunia avait demandé au commandement des FARDC/Ituri quelques éléments à associer aux patrouilles de reconnaissance dans la région de Gety. A cette lettre, le Général Fal SIKABWE, commandant FARDC , n’aurait jamais réservé de suite. Devant cette réalité, la Monusco avait entrepris des patrouilles de reconnaissance par hélicoptère dans les contrées sensées regorger les éléments FRPI. Mis au parfum, Général Fal SIKABWE aurait menacé d’ordonner la descente de tout hélicoptère Monusco qui s’hasarderait de survoler la région de Gety. De quoi offusquer cette mission de nations unies. Il aurait ainsi interdit à la Monusco d’opérer sur la région de gety.

L’on croit savoir que les hommes de FARDC soupçonnent la Monusco de vouloir approvisionner Cobra Matata et ses hommes tandis que dans les milieux de la Monusco l’on estime que les FARDC ne seraient pas pressé de voir se terminer l’activisme de FRPI dans le territoire d’Irumu.

Le flou sur l’assassinat de Paul Sadala Morgan

Nos sources rapportent que, dans un rapport adressé à sa hiérarchie, Général Fal SIKABWE aurait accusé la Monusco/Ituri d’être à la base du décès de ce chef de la milice Simba mayi-mayi de Mambassa. Ce rapport ferait croire que c’est une piqure administrée par les membres du personnel soignant de la Monusco à Paul Sadala qui l’aurait précipité dans l’au-delà. Ce que réfute la Monusco / Bunia qui ne trouve pas des raisons qui pouvaient justifier cela.Sadala5Sadala6

Les milieux proches de la Monusco estiment pour leur par que ce sont les FARDC, plus particulièrement Général Fal SIKABWE , qui doivent porter la responsabilité de cet assassinat. Ils en veulent pour preuves plusieurs faits.

Paul sadala Morgan s’était rendu aux FARDC de son propre chef. Il était prévu qu’une mission mixte Monusco-FARDC parte l’escorter mais Général Fal SIKABWE s’était précipité pour effectuer cette misions sans la Monusco. De Badengaido à Molokai, Sadala et ses hommes n’avaient opposé aucune résistance. Craignant de désagréments dus aux secousses, cinq éléments de paul Sadal sur 7, avaient accepté de se faire désarmer. A Molokai, 25 kms de Bandegaido, le général FAL Sikabwe( FARDC) aurait eu un entretien avec Paul Sadala. Cet entretien aurait eu lieu dans la Jeep de commandement du Général Fal SIKABWE . C’est au sortir de la Jeep de Fal Sikabwe que les choses auraient tourné mal et l’ordre a été donné de tirer sur Sadala. Bien qu’affaibli, Paul Sadala Morgan était arrivé à Mambassa bien vivant. Hélas, les FARDC ont continué de faire chemin avec lui en lieu et place d’atteindre l’hélicoptère de la Monusco qui pouvait bien atterrir à Mambassa.

A Komamda, avant son embarcation dans l’hélicoptère de la Monusco, Sadala avait une plaie béante et saignante au bas ventre, provoquée par une baillonnette, semble-t-il, qui n’aurait apparu qu’entre Mambasa et Komanda.

La Monusco choquée par ce qu’elle a qualifié de mensonges du Général Fal SIKABWE, a exigé une enquête mixte pour tirer au clair les circonstances de la mort du chef milicien. En attendant, toute assistance de la Monusco en faveur des FARDC en Ituri, est interrompue jusqu’au dénouement total de l’affaire. Cependant une question demeure, à qui profite la mort de Paul Sadala Morgan ? Un dossier à suivre.

[Joska Kaninda]