Home | RDC | Armée/Police | RDC : Le général «TANGO FORT» risque d'être assassiné par les sbires de «KABILA»

RDC : Le général «TANGO FORT» risque d'être assassiné par les sbires de «KABILA»

image

Le dernier carré de Joseph Kabila serait mêlé dans des activités terroristes en Afrique. Après la publication des experts, un diplomate italien aurait conseillé au Raïs l’idée de l’élimination physique du général Gabriel Amisi dit Tango fort. Car cette affaire de trafic d’armes par le n° 2 des forces armées congolaises est un immense iceberg aux effets boomerangs capables de provoquer un séisme dans l’appareil étatique congolais, la CIRGL et plusieurs bureaux climatisés éparpillés dans le monde.

En effet, après avoir pris connaissance du rapport du National Security Concil (NSC), Barack Obama avait mis la RDC sur urgence nationale et ordonné des opérations de filatures, enquêtes secrètes au cœur de l’Afrique.

La CIRGL serait une organisation terroriste

Officiellement pour la traque de Joseph Kony, les experts américains dans la région des grands lacs, avec leurs technologies sophistiquées, auraient rapportées au Président américain des preuves de toute l’architecture du réseau maffieux dans la région des grands lacs et Afrique de l’Est. Ces rapports des plusieurs pages impliqueraient presque tous les services stratégiques de l’Etat congolais : DGM, DGDA, DEMIAP, OCC, ANR… aussi des agents de la Monusco, ONG Internationales et les administrations étatiques des pays des grands lacs.

Le rapport mentionne aussi qu’après l’opération armes contre 100 dollars du célèbre pasteur Ngoy Mulunda, les armes qui ont été échangées contre des vélos, des bicyclettes, pagnes et autres. Celles-ci se sont retrouvées chez les LRA et rebelles du Sud Soudan. Et ce n’est pas étonnant si cela vient de s’éclater au grand jour. En effet, sous couvert de la CIRGL (Conférence Internationale pour la région des grands Lacs), les multinationales anglophones et asiatiques, pour l’exploitation illégale des minerais ont trouvé plusieurs astuces. Par des mécanismes variés, ces maffieux apportent leurs appuis matériels, logistiques aux différents groupes armés dans la partie Est de la RDC qui,  par leurs feux dévastateurs sèment la désolation dans ces coins, laissant ainsi champs libres à l’exploitation illicite des minerais.

La RDC étant frappée d’embargo, «  l’Al-Qaïda des grands lacs » a trouvé le moyen de le contourner : à travers la Monusco et les ONG internationales, les bateaux acheminaient facilement des armes, véhicules de transport, blindés en RDC. Ces cargaisons d’armes en provenance de la Chine, Ukraine, Russie, achetées notamment auprès de la société Russe Rosobornexport, spécialisée dans des ventes d’armes, roquettes ainsi que des chars de combat. Celle-ci destinées pour de mission de paix (Monusco) en RDC sont embarquées dans des bateaux tels que Eurocarrier, via le port de Malebo en Guinée Equatoriale, Pointe Noire, Dar es Salam en Tanzanie seront ensuite réceptionnées par le cercle fermé de J. Kabila pour une destination à géométrie variable.

L’affaire Tango risque ainsi de provoquer une tornade capable de ravager des bureaux obscurs en RDC, Afrique et dans le monde. C’est ce qui serait sans doute  à la base de la prise d’air qui  bloque les activités au sénat et l’assemblée nationale.

Yves Kongolo