Home | RDC | Ebola confirmé en RDC : « KABILA » et son gouvernement doivent démissionnés

Ebola confirmé en RDC : « KABILA » et son gouvernement doivent démissionnés

image

Le ministre de la santé de la RDC, confirme l'existence de la fièvre hémorragique Ebola dans la province de l'Equateur, au Nord du pays. 

La République Démocratique du Congo (RDC) est le cinquième pays touché par le virus d'Ebola, le ministre de la santé congolais l'annoncer tout à l'heure. Deux des cas suspects, deux personnes mortes sur le 8 testés, se sont révélés positifs. 

Donc après la Sierra Leone, après le Liberia, après la Guinée et après le Nigeria, la RDC touchée par l'épidémie d'Ebola.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait annoncé jeudi qu'au moins 70 personnes étaient décédées de gastro-entérite hémorragiques dans la province d'Équateur, dans le nord de la RDC. Un porte-parole de l'OMS avait alors précisé que cette maladie n'était pas la fièvre Ebola. "Après les analyses de huit échantillons prélevés sur terrain, l’Institut national de recherche biomédical (INRB), vient de confirmer que deux échantillons sont positifs au virus Ebola", a précisé le Docteur Kabange dans un message diffusé par la télévision publique congolaise, indiquant que des tests plus poussés étaient en cours. Il a néanmoins affirmé que cette épidémie n’avait "aucun lien avec celle qui sévit en Afrique de l’Ouest". "L’expérience acquise lors des six précédentes épidémies d’Ebola sera mise à contribution pour contenir cette maladie", a déclaré le ministre congolais, assurant que l’épidémie était "circonscrite au secteur de Jera", à plus de 1 200 km au nord-est de Kinshasa.

Confusion

Le Ministre de la Santé Publique a tenu un point de presse autour de l’épidémie qui sévit à Boende, à l’Equateur, le vendredi 22 août dernier. A l’en croire, il s’agit d’une fièvre hémorragique d’origine indéterminée qui, depuis le 13 août,  a causé la mort de 13 personnes. Il affirme cependant, qu’il n’y a pas ‘’d’Ebola’’ en RDC, la situation étant  sous contrôle. De ce fait, il appelle la population au calme, à  ne pas paniquer, mais plutôt, à observer les règles d’hygiènes caractérisées essentiellement  par le lavage des mains au savon, en vue d’éviter toute contamination.

Après son entretien avec la presse, Matata Ponyo l’a reçu en son cabinet de travail, le samedi 23 août dernier, pour lui faire la restitution de son périple dans ce coin de la République où sévit cette maladie. Pour le Dr. Félix  Kabange Numbi, le Gouvernement est déterminé à faire face à toute forme de fièvre hémorragique. Ainsi, le Premier Ministre voulait-il s’assurer  que toutes les mesures sont prises pour qu’aucun territoire de la RD. Congo ne soit contaminé. Concernant la fièvre hémorragique d’Ebola  qui sévit dorénavant dans la Partie Est et Centrale de l’Afrique, il a renseigné que rien n’est encore signalé au pays. ‘’Il n’y a pas de cas d’Ebola en RDC, il y a plutôt 11 contacts qui sont à l’isolement’’, a-t-il déclaré. De ce fait, il demande à la population de ne pas paniquer, car toutes les maladies contagieuses peuvent être évitées en observant les règles d’hygiène à travers le lavage des mains au savon.

Déjà, au cours du point de presse, il a rassuré que la situation est sous contrôle au niveau de Boende, et surtout jusqu'au niveau de LokoLia. Jusqu’à présent, a-t-il insisté, la maladie est contenue dans les aires de LokoLia  et Watsikengo. Et, depuis le 11 août dernier, 13 personnes  dont une femme enceinte, cinq personnels de santé et un bébé d’un mois ont succombé,  après avoir contracté une fièvre hémorragique d’origine jusque-là indéterminée et  qui,  après trois ou quatre jours, provoque des vomissements et  diarrhées avec du sang noir.

Toutefois, le Ministre reste serein, quant  à l’extension de cette maladie sur d’autres territoires. Les risques de propagation  restent faibles à cause des barrières naturelles. Pour atteindre ces zones très enclavées,  il faut prendre l’avion, la route, la pirogue et la moto, dit-il.  A ce stade,  80 personnes ayant été en contact avec ces malades décédés sont suivies à leur domicile à Boende Moke, Lokolia, Watsikengo et Lokula. Parmi eux, il y a onze qui ont présenté la fièvre et la diarrhée et qui,  présentement, sont mis en quarantaine.

Aussi, poursuit-il, les Autorités ont créé des commissions chargées du suivi des maladies, de l’hygiène, de l’assainissement et des enterrements sécurisés. Des thermomètres laser, des tenues de protection, spécialement les masques, bonnets, et gants, ainsi que du matériel d’assainissement ont été distribués. La gratuité des soins a été décidée et pour limiter la contamination, les habitants sont sensibilisés  à se laver avec le coude.

Par ailleurs, des experts de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et des Médecins Sans Frontière (MSF) envoyés dans les zones affectées estiment qu’il est très tôt de parler de fièvre hémorragique. A cet effet, Félix Kabange a signifié que les 8 prélèvements pris dans la province de l’Equateur ont été déposés  à l’Institut National de renseignement Biologique (INRB). Et les diagnostics pourront être connus dans les sept à huit jours qui suivent.

Zoom sur le Virus Ebola

Découvert en RDC en 1976, dans une province du nord du pays. La fièvre hémorragique "Ebola" tient d'ailleurs son nom d’une rivière qui passe près de la ville de Yambuku, foyer où furent identifiés les premiers cas connus de l’épidémie. La maladie à Virus Ebola cause une fièvre hémorragique chez les humains et les animaux. Il faut signaler que  les maladies qui causent une fièvre hémorragique  sont souvent mortelles.  Car,  elles altèrent le système vasculaire de l’organisme. Elles peuvent provoquer d’importantes hémorragies internes et défaillance d’organes.

Le Virus Ebola peut se transmettre par contact avec des animaux infectés, du sang, des liquides organiques ou des tissus de personnes infectées, des  équipements  médicaux   contaminés par des liquides organiques infectés. En Afrique, l’infection a été constatée après la manipulation de   chimpanzés,  gorilles,  chauves-souris frugivores,  singes, d’antilopes de bois et porcs-épics retrouvés malades ou morts dans la forêt tropicale.

D’après les spécialistes, lorsque les précautions nécessaires sont prises, le risque est faible.  L’avènement d’Ebola touche  actuellement l’Afrique Centrale et Occidentale.

[avec Judith Asina]