Home | PLANÈTE | RDC : La conversion des forêts pour l’agriculture commerciale devient de plus en plus une menace croissante pour le bassin du Congo

RDC : La conversion des forêts pour l’agriculture commerciale devient de plus en plus une menace croissante pour le bassin du Congo

image

En effet, un nouveau rapport publié en 2014 par l’ONG Forest Trends souligne comment l’agriculture commerciale pour les produits d’exportation, tels que la viande de bœuf, le soja, l’huile de palme et les plantations de bois pour la production de la pâte à papier est de loin le plus grand facteur de déforestation tropicale dans le monde.

Elle est à l’origine de plus de 70% de cette déforestation entre 2000 et 2013, dont près de la moitié était illégale.

La déforestation illégale prend diverses formes d’une région à l’autre.

Néanmoins, elle présente une caractéristique commune qui est la présence de la corruption de haut niveau, notamment quand il s’agit de l’allocation des concessions.

Les autres activités illégales pourraient être, à titre d’exemple, l’utilisation du feu pour défricher les forets, l’exploitation forestière en dehors des limites légales de la concession, une indemnisation injuste pour les peuples autochtones et autres communautés locales, etc.

Par ailleurs, sur l’ensemble de l’agro-conversion illégale qui a eu lieu au cours des 12 premières années de ce siècle, on estime que les deux tiers sont survenus en Amérique latine alors que la majorité du troisième tiers a eu lieu en Asie.

Des pays tels que le Brésil et l’Indonésie luttent contre  l’agro-conversion illégale depuis de nombreuses années.

Mais ce phénomène s’accélère actuellement dans d’autres régions comme le bassin du Congo.

En effet, de plus en plus de pays producteurs encouragent l’investissement agricole à grande échelle, qui existait à une échelle beaucoup plus réduite auparavant pour stimuler la croissance économique et satisfaire la demande mondiale, de plus en plus croissante.

Pourtant un grand nombre de ces pays, notamment dans le bassin du Congo est caractérisé par un cadre juridique très faible ne permettant pas de garantir que la conversion des forêts soit effectuée d’une manière bien planifiée et légale.

L’étude de Forest Trends pointe du doigt comment la déforestation causée par l’agriculture entraine la présence de grandes quantités de bois tropical sur le marché international.

Ce qui crée un certain nombre de difficultés pour les acheteurs et les pays importateurs qui cherchent l’assurance que le bois est légal.

Le problème avec le bois de conversion est que, par définition, il est le résultat d’une destruction totale des forêts, et étant donné qu’une grande partie de la conversion est illégale, le bois qui en résulte l’est également.

Les problèmes liés à la croissance du commerce de ce type de bois sont à leur paroxysme en Indonésie ; près de 80% de toute la déforestation dans le pays est d’origine agricole, principalement pour l’huile de palme et bien que le bois soit considéré illégal, la majorité atteint les marchés internationaux.

Le développement de la conversion des forêts en terres agricoles est un phénomène plus récent dans le bassin du Congo, toutefois, l’évolution au cours des dernières années porte à croire que ce sont les prémices d’une explosion du développement de l’agriculture commerciale qui pourrait considérablement augmenter le taux de déforestation.

[PKN]