Home | ÉCO / TECH | Importation des œufs : Danger en RDC

Importation des œufs : Danger en RDC

image

Malgré une terre aussi fertile et riche et la présence des espaces verts et  des millions d’hectares inexploités, la RD Congo malheureusement figure  de parent pauvre parmi les pays où la faim est encore au rendez-vous. Elle importe pour 1,2 milliard de dollars US de nourritures par an. Ce qui, pour de nombreux observateurs, est un contraste difficile à expliquer. Comme si cela ne suffisait pas, le pays se permet d’importer des œufs de l’étranger et dans quelle conditions ? Voilà qui a pratiquement révolté le secrétaire  général de l’ONG  » Croisade nationale pour la sécurité alimentaire  » (CNSA), Michel Mangindu qui a invité samedi dernier, le Gouvernement central à  décanter la situation de l’insécurité alimentaire.

C’était au cours d’une conférence débat organisée à Limete par l’Association des consommateurs de produits vivriers (ASCOVI) sous le thème :  » La problématique de l’importation des œufs impropres à la consommation « .

M. Mangindu a, dans cette conférence, précisé que l’objectif de sa démarche, était de sensibiliser l’autorité publique à prendre des mesures concrètes interdisant l’importation des œufs impropres à la consommation. Il voulait aussi informer les consommateurs sur le danger de ces produits alimentaires dont le délai de consommation est largement dépassé.

Il a révélé que les œufs importés mettent 3 à 4 mois à bord des bateaux sur les océans avant d’atteindre les ports de la RDC et sont en même temps réfrigérés  à une température plus ou moins 5 degrés Celsius, alors que la durée normale de conservation est de un mois.

Ce qui, en tout cas, remet en cause l’efficacité des services de l’OCC basés aux différents ports maritimes du pays où certains produits impropres à la consommation échappent à leur vigilance. Et met en danger la santé de la population.

Les œufs avariés dira l’orateur, inondent les marchés kinois suite à leur bas prix pratiqué par les importateurs qui sont largement en deçà des œufs produits localement. Ce qui pour des observateurs avertis ne saurait être toléré dans  la mesure où elle favorise la concurrence déloyale sur le marché.

1 million d’œufs produits par jour à Kinshasa

Le secrétaire général de l’ONG CNSA a révélé que la production à Kinshasa est d’un million d’œufs/jour qui, selon lui, est à même de nourrir tous les Kinois et Kinoises soulignant à cet effet que le défi de la  sécurité alimentaire ne peut pas être levé sans recours à l’usage de la production de bonne qualité.

La RDC qui s’est longtemps installé dans l’importation des œufs et même des poussins devait abandonner cette politique et encourager la production locale. Pour ce faire, le Gouvernement de la République devait soutenir les fermiers et les opérateurs qui aimeraient se lancer dans la production des œufs et dans l’élevage des poules.

C’est comme ça que cette ONG salue le travail abattu aux parcs agro-industriel de la N’Sele et de Bukanga Lonzo qui pourront, avec l’augmentation de leurs productions, contribuer à diminuer la dépendance des consommateurs congolais par rapport aux œufs, aux poulets à chair etc.

Selon l’ACP qui a livré l’information dans son édition d’hier lundi 25  août, la consommation des œufs avariés fragilise la santé de l’homme. Elle provoque des troubles digestifs, augmente le taux de l’hypertension aux personnes frisant la quarantaine d’âge, et multiplie des microbes susceptibles d’entraîner la mort.

Voilà pourquoi il est urgent d’arrêter l’importation des œufs jusqu’à nouvel ordre. Cela épargnera la population des maladies et créera une émulation parmi les fermiers et les opérateurs étrangers œuvrant dans le secteur.

Jean-Pierre Seke