Home | ÉCO / TECH | Maffia au Katanga : La RDC est loin de quitter le bourbier de la mauvaise gouvernance

Maffia au Katanga : La RDC est loin de quitter le bourbier de la mauvaise gouvernance

image

Trois milliards de dollars américains de l’état congolais ont été coulés au Katanga par la maffia. Le député Emery Okundji a dénoncé cette situation à la tribune de l’assemblée nationale lors du débat sur la loi portant reddition des comptes 2012.

Il a déploré que la mission judiciaire d’enquête diligentée par le procureur général de la république ait été rappelée à Kinshasa alors que dans ses investigations, elle avait déjà identifié 741 millions de dollars d’amendes et pénalités que la DGDA devait recouvrer dans onze entreprises pour trois ans.

Pourtant, cette régie n’avait projeté de mobiliser pour la même période les recettes de l’ordre de 154.975.533 millions de dollars. ‘‘Même si les statistiques nous présentées sont trompeuses et ne reflètent pas la réalité des recettes entendues, la DGDA sur 3 ans, sur un total de 154.975.533 dollars prévu, ne récolte qu’un chiffre ridicule de 18.139.953 dollars, c’est le taux de réalisation le plus faible que l’on puisse imaginer’’, a indiqué Emery Okundji. Pour élucider cette situation, le procureur général de la république avait dépêché une mission sur place mais vite retournée à Kinshasa sur ordre d’un membre du gouvernement. Des signes de corruption, de concussion et de fraude douanière sont patents à la DGDA-Katanga. Deo Rugwiza, le patron de la DGDA était favorable à cette mission pour éventrer le boa.

Contre toute attente, la commission économico-financière de l’assemblée nationale a demandé dans son rapport sur la reddition des comptes 2012 que seuls les responsables de la DGDA ayant soutenu la mission, soient sanctionnés protégeant presque la ministre de la justice à la base du rappel de la mission, a dénoncé un syndicaliste de la DGDA-Katanga.

 Au total, la mission Nyandu du nom de l’avocat général qui a conduit la délégation, n’a pu enquêter que dans 11 entreprises sur les 252 répertoriées. Le député Okundji précise que la mission judiciaire dans son rapport affirme ‘‘en page 9 point 3 qu’il lui restait 252 dossiers à examiner dont le montant en amendes et pénalités était estimé à 2.964.080.060 dollars américains’’. Il a plaidé pour la constitution d’une commission d’enquête parlementaire qui utiliserait l’équipe Nyandu comme expert, pour tirer au clair cette situation.

‘‘Le rapport Nyandu démontre à suffisance que quand le chef de l’état affirme que notre budget est ridicule parce qu’il y a corruption, coulage des recettes et enrichissement illicite, il ne croit pas si bien dire’’, a déploré le secrétaire général des Fonus. Le constat est malheureux, argumente Okundji, s’interrogeant si pour onze entreprises d’une seule province, trois milliards de dollars peuvent se volatiliser et que dire de l’ensemble de provinces et de toutes les entreprises de la république.

La Rdc pointe à la 154 émè place sur 177 pays au monde dans le dernier classement de Transparency international sur la corruption. Avec de tels scandales, le pays est loin de quitter le bourbier de la mauvaise gouvernance et l’impunité malgré le semblant de rigueur qu’affiche le premier ministre actuel.

== / ==

Monga fraude la douane pour 41 millions Usd avec la couverture de la ministre Mumba

La rédaction de “CONGONEWS” a réussi à mettre la main sur une partie du rapport sur la fraude douanière au Katanga, remis au Procureur général de la République, Flory Kabange Numbi, sous la signature de l’Avocat général de la République, Simon Nyandu. Cette fraction est circonscrite aux activités de l’agence en douane Trade service d’Eric Monga Mumba, le protégé de la ministre de la Justice et Droits humains, Wivine Mumba. 

Remarquez la synonimie entre les deux cousins Mumba qui explique la protection que la ministre apporte à son parent (Lire «CONGONEWS» n°606 du vendredi 8 novembre 2013).

Avant elle, Trade service était placée sous la toute-puissante ombre d’Augustin Katumba Mwanke. Des années durant, l’agence n’a pas payé des droits dus à l’importation de ses clients. La commission Nyandu a plongé dedans et elle a conclu à un montant de 261 millions de dollars -droits éludés et pénalités- que Monga doit à la DGDA pour la période ente 2008-2013. Et dire que Monga est le président en exercice de la FEC-Katanga. Plutôt que d’être un modèle, Monga utilise sa position pour monter les autres opérateurs chaque fois que la DGDA décide de procéder à un recouvrement forcé.

La dernière fois, il a rallié les autres contrevenants à une menace de grève générale pour donner prétexte à Mumba d’arrêter la mission des enquêteurs dépêchés depuis Kinshasa. Monga avait dû faire le déplacement de Kinshasa. D’abord chez le PGR où il avait fait le pied de grue toute une journée. Ensuite chez Mumba qu’il avait pratiquement assiégé avant d’obtenir de celle-ci une lettre dans laquelle la ministre formulait des allusions claires au PGR pour qu’il mette un terme à la commission Nyandu. Ce qui fut fait. Mais c’était sans compter que la commission avait déjà collecté tous les éléments pour établir un rapport une fois de retour à Kinshasa.

Dans ce rapport, Trade service est mis en cause pour plusieurs infractions, du transfert illégal des fonds estimés à plus de 7 millions de dollars à la soustraction des marchandises au paiement des droits et à la vérification jusqu’à la sous-évaluation.

Pour la seule période 2013, la DGDA réclame à Monga et sa maffieuse agence la somme de 41 millions de dollars de droits éludés (Lire fac similé p. 3,4,5). Des documents de même nature pour 2008 à 2012 seront servis aux lecteurs de «CONGONEWS» dans le prochain numéro. Comme sur le transfert illégal des fonds vers l’extérieur.

PAUL MULAND