Home | ÉCO / TECH | Augmentation du prix de la bière : Silence complice du ministère de l'Economie en RDC

Augmentation du prix de la bière : Silence complice du ministère de l'Economie en RDC

image

Les sociétés brassicoles en RDC, ont décidé d'augmenter les prix de leurs produits au grand dam des consommateurs congolais. Sur base de quels facteurs les deux sociétés se sont basées pour prendre une décision aussi lourde de conséquence ? Pourquoi ce silence complice du ministère de l'Economie congolais ? Le ministère de l'Economie doit très vite sortir de sa torpeur. Dans le cas d'espèce, il faut qu'il décide de revoir les prix de boisson à la baisse  ou fixer la population sur les raisons de l'actuelle augmentation.

Depuis quelques jours, les deux plus importantes sociétés brassicoles de la capitale ont décidé d'augmenter les prix de leurs produits au grand dam des consommateurs congolais. Cette augmentation a surpris plus d'un Kinois dans la mesure où ces derniers mois le franc congolais garde une stabilité impressionnante face aux devises étrangères. C'est pourquoi, le commun des mortels se posent la question de savoir sur base de quels facteurs les deux sociétés se sont basées pour prendre une décision aussi lourde de conséquence ?

Là où le bât blesse c'est le fait que le ministère de l'Economie qui a les prérogatives de réglementer les prix des biens en RDC garde le silence devant ce comportement des producteurs des boissons alors que le gouvernement Matata se bat comme un diable dans un bénitier pour assurer tant soit peu aux Congolais un train de vie acceptable. Lorsqu'on sait que la majeure partie des Kinois investissent nuit et jour les débits de boisson qui pullulent  à travers la capitale pour noyer leurs soucis, il y a avoir dans cette attitude des deux sociétés incriminées une volonté délibérée de vouloir faire monter la tension inutilement dans une société où les gens sont imprévisibles dans leur comportement.

Le ministère de l'Economie qui laisse faire jusque-là serait-il complice de ce comportement ?  Pourquoi n'a-t-il entrepris aucune action pour fustiger l'indiscipline de ces sociétés qui passent outre régulièrement ses dispositions et celles du ministère du Travail ?

Lorsque les sociétés  pétrolières et les usines de fabrication de pains  décident d'augmenter les prix de leurs produits,  les Congolais sont informés par voie de presse suivant un communiqué du gouvernement. Pourquoi les sociétés brassicoles ne sont elles pas soumises aux mêmes exigences ? Se considèrent-elles au-dessus de la loi ?

Le ministère de l'Economie doit jouer son rôle jusqu'au bout et regarder dans la même direction que l'ensemble du gouvernement. Celui-ci constitue un corps. Si une partie  ne fonctionne pas normalement, le corps entier devient malade. Il est connu de tous que certains opérateurs économiques recourent aux méthodes moins catholiques pour faire passer leurs intérêts capitalistes au détriment du bien-être de la population. Les autorités du ministère de l'Economie ne devraient pas céder devant les pressions ou intimidations de tous genres pour fuir leurs responsabilités. Elles doivent s'assumer quelque soit le prix.

Actuellement le mécontentement s'observe dans les propos des nombreux consommateurs de la bière et de boisson sucrée suite à l'augmentation inattendue des prix de ces produits. N'ayant pas d'autres choix, ils se résignent à contre cœur à consommer ce qui leur est proposé et aux prix qui leur sont imposés.  Mais toutes les jérémiades que  nous entendons dans la rue constituent une mauvaise côte pour le gouvernement Matata. Le ministère de l'Economie doit très vite sortir de sa torpeur. Dans le cas d'espèce, il faut qu'il décide de revoir les prix de boisson à la baisse  ou fixer la population sur les raisons de l'actuelle augmentation. Cela calmerait les esprits aujourd'hui surchauffés.

Rombaut Ot.