Home | CULTURE | RDC : Les funérailles de TABU LEY a permis de mettre Majorité et Opposition ensemble

RDC : Les funérailles de TABU LEY a permis de mettre Majorité et Opposition ensemble

image

De passage au Palais du peuple, Etienne Tshisekedi a semé la panique parmi les acteurs politiques de la Majorité présents sur les lieux. Aussi curieux que cela puisse paraître, plusieurs ont préféré vider les lieux, plutôt que de serrer la main de celui qui se considère comme « président élu ». Seul Modeste Bahati l’a salué. La foule le suivait dans tous ses mouvements. C’est lorsqu’il a quitté le Palais du peuple que les combattants l’ont raccompagné jusqu’à sa résidence de Limete, d’un pas lent et scandant des slogans en son honneur.

Auparavant, les mêmes acteurs politiques ont rendu un hommage mérité au chanteur Pascal Tabu Ley. Tour à tour, Evariste Boshab, Vital Kamerhe et Etienne Tshisekedi pour ne citer que ces trois ont signé le registre de condoléances et se sont inclinés devant la dépouille de l’illustre artiste musicien exposée au Palais du peuple.

Les ministres Bahati, Banza Mukalayi, Geneviève Inagosi… Kimbembe Mazunga, les acteurs de l’opposition Gabriel Mokia, Bomanza, … étaient également présents. Transformé en un lieu des retrouvailles, les funérailles de Tabu Ley a permis de mettre Majorité et Opposition ensemble. Une vraie cohésion nationale, même si, comme le veut la tradition bantu, lorsqu’un aîné arrive sur le lieu de deuil, que les cadets lui rendent le respect dû à son âge !

Il convient de noter que le passage du président de l’UDPS a été fort remarqué dans la mesure où le sphinx de Limete fait depuis un temps de rares apparitions publiques. Enfermé dans son antre de Limete, ses sorties publiques attirent des foules. Le passage aux funérailles de Tabu Ley n’ont pas fait exception. La foule le suivait dans tous ses mouvements. C’est lorsqu’il a quitté le Palais du peuple que les combattants l’ont raccompagné jusqu’à sa résidence de Limete, d’un pas lent et scandant des slogans en son honneur.

Tabu Ley est décédé à 73 ans à Bruxelles après une longue et riche carrière de plus de 50 ans, avec un répertoire de plus de 2 000 tubes à succès. Député national, vice-gouverneur, député provincial et ministre provincial en charge de la Culture. C’est à 17h17 du samedi 7 décembre que le régulier de Brussels Airlines a ramené la dépouille de l’illustre disparu à Kinshasa. Il sera inhumé demain lundi 9 décembre à la nécropole « Entre ciel et terre ».

La nouvelle « Avenue Tabu Ley » croise désormais l’« Avenue Luambo Makiadi »

Le gouverneur de la ville de Kinshasa a annoncé lundi 09 décembre 2013 que l’ex-avenue Tombalbaye, du nom de l’ancien président tchadien Ngarta Tombalbaye, s’appellera désormais « Avenue Tabu Ley », dans la commune de la Gombe.

« J’ai signé un arrêté débaptisant l’avenue Tombalbaye. Cette avenue portera désormais le nom de Tabu Ley, pour lui rendre hommage », a-t-il déclaré  dans son oraison funèbre devant l’ensemble du gratin politique de la République démocratique du Congo (RDC) réuni au Palais du peuple pour rendre les derniers hommages au célébrissime artiste-musicien Seigneur Rochereau Tabu Ley.

Ley et Franco se « croisent » de nouveau

La nouvelle « Avenue Tombalbaye » a cette particularité de croiser, à la hauteur de l’immeuble ex-Kin Mazière au centre-ville de Kinshasa, l’« Avenue Luambo Makiadi » dédiée à l’autre monstre sacré de la musique congolaise moderne Luambo Makiadi « Franco de Mi Amor », mort le 12 octobre 1989 à Mont-Godinne en Belgique.

Les deux géants de la musique congolaise avaient surpris tout le monde en 1983 en chantant en duo notamment « Lisanga Ya Ba Nganga » (L’Union des Maîtres), « Ngungi » et « Lettre à Mr le Directeur général ».

Les deux géants de la musique congolaise avaient surpris tout le monde en 1983 en chantant en duo notamment « Lisanga Ya Ba Nganga » (L’Union des Maîtres), « Ngungi » et « Lettre à Mr le Directeur général ».