Home | CULTURE | Majorité Présidentielle de «KABILA» : La chasse aux traites a t-elle commencé ?

Majorité Présidentielle de «KABILA» : La chasse aux traites a t-elle commencé ?

image

PPRD a t-il déclenché la guerre contre le front du refus au sein de la Majorité Présidentielle (MP) ? La RTGA en feu ?   Origine criminelle ou accidentele ? Que reproche-t-on au député de Kinshasa à Pius Muabilu ? Pour avoir quitté le Pprd et creé son propre parti, le Congrès des Nationalistes Congolais (CNC) ?

Fidèle lieutenant de Joseph Kabila, le patron du groupe de presse l’Avenir, pour des raisons qui sont propres, avait donc courageusement décidé de rompre avec le Pprd.  Pour avoir exercé cette liberté fondamentale, le député démissionnaire de Kinshasa-Mont Amba passe, aujourd’hui, pour un homme à abattre. Tous les moyens et intrigues politiques sont mis en contribution pour tenter de le descendre, de le tuer politiquement. Articles de presse commandités, colportages des rumeurs les plus invraisemblables, intimidations, coups bas politiques, etc…  «Au lieu de peaufiner des stratégies, certains Kabilistes nébuleux passent leur temps à diaboliser les autres, à chercher des boucs émissaires.

En fait, que reproche-t-on au député de Kinshasa/Mont Amba ? En l’absence de tout repère crédible, de mauvaises langues tentent de mettre en exergue la rencontre entre le président national du CNC, Claude Ibalanky Ekolomba et le leader de l’Udps, Etienne Tshisekedi. Les deux personnalités avaient eu un échange à Johannesburg, au mois de juillet 2011, lors du bref séjour du sphinx de Limete au pays de Nelson Mandela.

Des médias, désabusés, ont présenté les photos de cette rencontre comme un scoop, voire comme la preuve de trahison. Pourtant, ces informations et photos étaient déjà publiées, début août, dans les colonnes du journal du CNC, «La Lettre du Congrès». Elles avaient été portées à la connaissance du public par les dirigeants du CNC eux-mêmes. Le n°0 de «La Lettre du Congrès» avait été largement distribué aux membres du parti et même à divers autres milieux par les dirigeants de ce parti eux-mêmes, indique un membre de ce parti.

«Il n’y a que dans les têtes des personnes mal intentionnées que la rencontre entre les deux acteurs politiques pourrait susciter une polémique. Sous d’autres cieux, une telle rencontre est plutôt perçue comme une démarche normale, à encourager même. Nous considérons que l’Udps d’Etienne Tshisekedi n’est pas un parti politique ennemi mais plutôt un adversaire politique», note une mise au point des dirigeants de ce parti sur cette question.

L’acharnement exercé contre le patron du groupe L’Avenir étonne plus d’une personne. Puis Mwabilu n’est, pourtant, pas le premier ou le seul cadre à avoir quitté les rangs du parti présidentiel. Bien avant lui, plusieurs autres personnalités avaient déjà pris congé du Pprd sans que leurs départs n’aient suscité autant de passion. C’est le cas de l’ancien argentier national, Marco Banguli, de Pr Grégoire Bakandeja et de plusieurs députés nationaux et provinciaux partis avec le leader de l’Unc, Vital Kamerhe (Jean Betrand Ewanga, Claudel Lubaya et autres…).

Le malaise qui couve au parti présidentiel devrait interpeller ses dirigeants. Les victimes de la guerre des clans qui le paralyse ne se comptent plus. La dernière en date n’est autre que le tout puissant gouverneur du Katanga, Moise Katumbi Chapwe.

PAR FKB