Home | CULTURE | RDC : Sit-in de l’UDPS devant l’ambassade de France, avorté par la police

RDC : Sit-in de l’UDPS devant l’ambassade de France, avorté par la police

image

Une certaine presse kinoise avait écrit que l’UDPS se proposait d’organiser hier mercredi un sit-in devant le nouvel immeuble de l’Ambassade de France sise à l’Avenue Mondjiba (prolongement du Boulevard du 30 Juin). Mais, les services de la Police d’intervention rapide ont pris des dispositions préventives pour faire avorter la manifestation à cet endroit précis. Les Udepessiens voulaient manifester contre l’arrivée de Mme Yamina Benguingui, la représentante de François Hollande. Dans leur mental, sa visite en Rdc est un symbole qui marque l’acceptation du président français de faire le déplacement de Kinshasa en octobre prochain alors qu’ils sont contre son arrivée.

Arrivée hier soir, la représentante de Hollande restera trois jours à Kinshasa et aura des entretiens avec les officiels congolais et la Société civile. On attend savoir avec intérêt la quintessence du message qu’elle vient apporter au peuple congolais. Si c’est un message d’injonction, elle aurait fait mieux de rester chez soi étant donné que la Rdc est un pays souverain qui n’a de leçon à recevoir de personne. Si c’est un message de compassion aux victimes de l’Est, la Rdc en saura gré à la France d’autant plus qu’elle est l’une des causes de l’insécurité permanente qui sévit dans cette portion du territoire national

C’est depuis hier soir que la ministre déléguée à la Francophonie auprès du ministre des Affaires Etrangères et représentante personnelle du président François Hollande à la Francophonie, Mme Yamina Benguigui est arrivée à Kinshasa. Elle est en mission de travail en République démocratique du Congo où elle séjournera jusque samedi 28 juillet 2012.

Cette dame est membre du gouvernement français aux charges décrites ci-dessus depuis le 21 juin dernier. Il a plu au président François Hollande de la solliciter d’être sa représentante personnelle auprès de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Il faut noter qu’il y a une dizaine de jours au Quai d’Orsay à Paris, elle avait eu un échange avec Mme Isabel Machik Tshombe, la représentante personnelle du Président de la République Joseph Kabila Kabange à la Francophonie. Bien que rien n’ait filtré de leurs entretiens, on croit savoir que les deux dames avaient discuté de cette mission de Kinshasa ainsi que de la tenue de la 14è sommet de la Francophonie dans la capitale congolaise en octobre prochain. Dès ce jeudi, elle aura à rencontrer les autorités congolaises et les représentants de la Société civile de la Rdc.

Quel message nous apporte Mme Yamina Benguingui ?

Depuis un bout de temps, la controverse autour de la venue de Hollande ou non aux assises de Kinshasa est vive. L’opinion congolaise est partagée. Les uns souhaitent vivement que François Hollande vienne à Kinshasa ; le contraire serait synonyme d’un sabotage de la langue et de la culture françaises. Les autres multiplient des pressions pour que Hollande ne vienne pas du tout à Kinshasa pour des raisons " de déficit démocratique " dans le pays. En ayant la tête froide, les esprits éclairés se posent la question pertinente de savoir quel message apporte Mme Yamina. La question vaut son pesant d’or. Et pour cause ?

Dans notre édition n° 5333 du mardi 24 juillet 2012, nous avions écrit que " les Congolais ne croiront en Hollande qu’au regard du respect que le Président de la France portera à l’endroit des Congolais et de leurs 8 millions de morts victimes des agressions soutenues par le Rwanda ainsi que des sanctions les plus rigoureuses qu’il proposera ou prendra contre Paul Kagame et ses collaborateurs qui pillent, volent et violent continuellement la République démocratique du Congo. La France aurait ainsi emboîté le pas aux Etats-Unis d’Amérique par l’entremise du Département d’Etat américain ". Au lieu que les pays francophones avec à leur tête la France manifestent leur compassion envers la Rd-Congo victime des affres de la bande à Bosco Ntaganda, c’est plutôt au chantage auquel nous assistons depuis un certain temps.

Dès lors, l’opinion des gens éclairés se demandent quel message Mme Yamina apporte-t-elle au peuple congolais. Est-ce un message d’injonction ? Est-ce un message de compassion ? Est-ce un message de condamnation ? En d’autres termes, la digne représentante de Hollande va-t-elle donner aux autorités congolaises des injonctions à observer strictement sans quoi le président français ne viendrait pas à Kinshasa ? Dans cette hypothèse, elle aurait mieux fait de rester chez soi. Car, non seulement les autorités congolaises n’ont aucune leçon à recevoir de personne fut-il de la France dans la mesure où la Rd-Congo est un pays souverain qui ne cherche pas sa légitimité ailleurs qu’à travers son peuple. Les opposants congolais, mus par un complexe de sous-développés mentaux ont toujours raisonné dans le sens contraire. C’est ainsi qu’on les voit parcourir les chancelleries et les pays étrangers pour chercher la " légitimité". C’est un non sens.

Mme Yamina vient-elle donner au peuple congolais un message de compassion ? Dans cette hypothèse, nous serions alors d’accord avec la France. Ce serait la meilleure façon de soutenir les 8 millions de Congolais qui souffrent atrocement à cause de la guerre injuste des affreux rebelles avec le financement des puissances capitalistes qui gèrent les entreprises multinationales.

Qu’est-ce que la Rdc gagne à la Francophonie ?

Quoique la République démocratique du Congo soit le premier pays francophone de la planète avec plus ou moins 10 millions d’habitants, nous croyons sincèrement que la Francophonie n’apporte rien à ce pays. C’est l’avis de plusieurs des Congolais de la diaspora qui trouve que la Francophonie n’est d’aucune utilité, contrairement aux pays lusophones comme l’Angola par rapport au Portugal ou au Brésil et aux pays anglophones par rapport au Commonwealth. Ces derniers tirent plus de dividendes que la Rdc vautrée dans la Francophonie. A telle enseigne que même si aujourd’hui on délocalisait le 14è sommet de la Rdc ou que le pays quittait la Francophonie, rien ne va changer. Les Congolais n’ont que faire d’une institution dont ils ne tirent aucun intérêt bien qu’ils constituent une frange importante des locuteurs de cette langue.

Pourquoi faire une chose et son contraire ?

Le président français nouvellement élu est une maniaque de la démocratie. Il n’a cessé de clamer ces convictions même lorsqu’il était en campagne électorale dans son pays. Il est vrai qu’une certaine opinion lui prête l’intention de boycotter le sommet de Kinshasa pour des raisons de déficit démocratique. Mais, on est ahuri que le même président reçoive en grande pompe à l’Elysée des chefs d’Etat des pays dont le régime politique n’est pas parmi les plus démocratiques.

D’aucuns ne comprennent pas cette contradiction qui saute aux yeux. Pour mieux noyer la Rdc, ses détracteurs s’acharnent beaucoup plus sur l’accessoire, l’organisation du Sommet de la Francophonie plutôt que compatir avec des milliers des Congolais tués par ceux qui veulent arracher de force les richesses de la Rd-Congo.

Tentative de sit-in de l’UDPS devant l’ambassade de France

Une certaine presse kinoise avait écrit que l’UDPS se proposait d’organiser hier mercredi un sit-in devant le nouvel immeuble de l’Ambassade de France sise à l’Avenue Mondjiba (prolongement du Boulevard du 30 Juin). Mais, les services de la Police d’intervention rapide ont pris des dispositions préventives pour faire avorter la manifestation à cet endroit précis. Les Udepessiens voulaient manifester contre l’arrivée de Mme Yamina Benguingui, la représentante de François Hollande. Dans leur mental, sa visite en Rdc est un symbole qui marque l’acceptation du président français de faire le déplacement de Kinshasa en octobre prochain alors qu’ils sont contre son arrivée.

Le moins qu’on puisse dire est que ces manifestants sont des gens manipulés. On ne sait pas en plus de quelle obédience udepessienne puisqu’on sait que Etienne Tshisekedi wa Mulumba a renvoyé pratiquement tout le monde qui n’a pas adhéré à sa vision " dictatoriale ". En deux mots comme en cent, nous attendrons la fin du séjour de Mme Yamina Benguigui. Nous croyons qu’un communiqué final sera publié à l’issue de ce séjour, lequel donnera probablement la quintessence de tous les entretiens qu’elle aura eus avec les officiels congolais et les représentants de la Société civile. De toute façon, la controverse autour de la venue ou non de François Hollande au sommet de Kinshasa est un faux débat.

[L’Avenir]