Home | AFRIQUE | Afrique Centrale | Rwanda | Washington le confirme : Le régime de Kigali recrute pour le M23

Washington le confirme : Le régime de Kigali recrute pour le M23

image

Dans un rapport  commenté dimanche 2 mars  par la porte-parole du Secrétaire d’Etat américain John Kerry, Washington accuse à nouveau Kigali de continuer à recruter des combattants pour le compte du M23, un ex-mouvement rebelle défait en novembre dernier par les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC). Le département d’Etat américain  affirme disposer de renseignements patents  qui soutiennent ce qu’il avance.

Par ailleurs, Washington s’insurge contre l’attitude du Rwanda qui s’inscrit dans la logique de l’élimination ou du musèlement de ses opposants, qu’il s’agisse de ceux qui sont à l’intérieur ou ceux de l’extérieur. Le tout récent cas est celui de l’attaque de la résidence de l’ex Général Kayumba Nyamuasa. Aucune liberté d’association, de manifestation ni d’expression n’est accordée à ces hommes et femmes qui  s’opposent  au pouvoir de Paul Kagame à l’intérieur du pays.

Ce rapport du Département d’Etat américain renforce  le dernier rapport  des experts des Nations- Unies, qui accuse aussi le Rwanda d’œuvrer pour la renaissance du M23, ce que Kigali a toujours nié. Cette fois-ci, ce n’est ni une Ong, congolaise ou étrangère, ni une quelconque organisation, et encore moins les enquêteurs qui l’affirment, mais bien l’une des puissances qui a toujours soutenu le régime de Kagamé qui l’affirme. Il s’agit, plus précisément, des services de renseignements  américains qui disent avoir recoupé des informations à ce sujet et qui font le  même constat que  les experts onusiens.

L’opinion tant nationale qu’internationale est, une fois encore, tenue au courant de cette énième violation, par le Rwanda, de l’accord cadre signé le 28 février 2013 à Addis-Abeba en Ethiopie.  Kigali qualifiera-t-il encore  de non fondé  ce rapport qui vient de son puissant allié  américain ? 

Des enfants soldats au sein du M23

Ce n’est pas la première fois que Washington pointe son doigt accusateur sur le Rwanda à ce sujet. L’on se rappellera qu’à la veille de la  déconfiture du M23, Washington avait  accusé Kigali de recruter les enfants soldats. Ce dernier rapport du Département d’Etat américain prouve combien Kigali est, non seulement récidiviste des actes prohibés par le droit international, mais aussi réfractaires aux engagements qu’il  a maintes fois pris pour œuvrer à la pacification de l’Est de la RDC et de la région des Grands Lacs. Pas plus tard qu’hier, congovirtuel.info faisait état de la présence, à Kigali, d’un émissaire de Sultani Makenga pourtant supposé sous surveillance en Ouganda. Fred Ngezi, puisque c’est de lui qu’il s’agit, devait rencontrer James Kabarebe et le chef d’état-major général de l’armée rwandaise.

Le comportement rebelle du Rwanda s’explique par l’indifférence de ceux qui sont censés le sanctionner et qui se distinguent par une commisération déconcertante, ce malgré la multitude des rapports aussi bien d’organisations internationales que des services compétents de grandes puissances.   Les observateurs  s’interrogent quant à la raison d’être même de ces rapports, dès lors qu’aucune sanction, aucune conséquence n’est infligée à Kigali.

[Giscard Havril]