Home | AFRIQUE | Afrique Centrale | Rwanda | Guerre au Kivu : Les Etats-Unis somment le Rwanda de se retirer de la RDC

Guerre au Kivu : Les Etats-Unis somment le Rwanda de se retirer de la RDC

image

Sur la place diplomatique internationale, le vent est en train de tourner indiscutablement en faveur de la Rdc. Longtemps abonnés au service minimum concernant l’implication de Kigali dans la guerre en RDC, les USA haussent le ton. C'est désormais, la colère dans les allées de l'Administration Obama quand il s'agit de la déstabilisation de la Rdc par les rebelles du M23 soutenus par le Rwanda.

La dernière ire à Washington date de la nuit de mardi à mercredi dernier, après lecture du rapport accablant de l'Ong américaine " Human rights watch " (HRW) qui documente le soutien du Rwanda au M23 fait les experts de l'Onu. Faisant totalement foi à ce rapport, le Gouvernement américain enjoint expressément le Rwanda à cesser immédiatement son soutien au M23.

Washington exige également le retrait, toutes affaires cessantes, des troupes rwandaises de la Rdc comme dénoncées par HRW. Le ton est ferme dans ces injonctions et n'appelle à de faux-fuyants. Cesser immédiatement. Retirer les troupes. Il n'y a pas mieux que ces deux injonctions pour confirmer deux choses.

La première, c'est que le Rwanda continue à soutenir massivement le M23 et non de manière limitée comme l'ont fait croire les experts de l'Onu et que ses soldats et ses officiers viennent encore à la rescousse du M23 pour toutes les batailles décisives. Pour prendre position de manière aussi ferme, c'est que les Américains savent bien par leurs autres sources que les faits contenus dans le rapport de HRW sont véridiques.

Raison pour laquelle, ils ont qualifié ce rapport de crédible. Ce qui veut dire qu'il recoupe les éléments en leur possession. Kagame est coincé. Il est dans de sales draps. Jamais encore, il n'a senti la planète s'écrouler sur sa tête comme avec ces deux injonctions de son soutien financier, celui-là même qui chaque année accorde à son pays des dizaines de millions Usd d'aide au développement. Mêmement pour son armée. Celui qui le nourrit est en colère et lui demande de décamper l'Est de la Rdc.

Que reste-t-il de Paul Kagame ? Il est réduit à sa portion congrue d'un chef d'un Etat qui ne respecte aucun engagement comme par exemple l'Accord-cadre qu'il continue à violer délibérément, ses soldats et ses officiers se trouvant en Rdc pour appuyer le M23. Tout le contraire de ce qu'il a promis de ne pas faire. Depuis des années, l'homme n'a vécu que sur base des mensonges.

Il en est de même de l'exploitation illégale des ressources naturelles de la Rdc à laquelle il se livre par le biais de ces groupes armés comme le M23, créé pour le besoin de la cause. Avec la sortie du bois de l'Oncle Sam, tout cela est derrière. Aujourd'hui la Communauté internationale sait avec quel individu, elle a à faire. Un homme qui sait rouler dans la farine avec son habituel fonds de commerce du génocide de 1994 dont les Américains ont toujours des remords d'avoir été  passifs.

Kagame profite de ce sentiment de pitié à l'égard de son régime pour étendre ses tentacules à l'Est de la Rdc et l'exploiter jusqu'à la moelle épinière. Aujourd'hui le compteur est remis à zéro. Cette position claire et nette, sans aucune ambiguïté de la part de la  première superpuissance, a des conséquences sur les plans diplomatique et militaire.

Diplomatique : il y a un message positif qu'Obama II, actuel, est différent d'Obama I. Ce qui veut dire que désormais au Conseil de sécurité, Washington va se départir nettement de sa vision du Rwanda sous le génocide de 94, des années Clinton et Madeleine Allbrigt, pour s'opposer mécaniquement à la moindre condamnation de Kigali.

A l'avenir, le Rwanda sera sanctionné à l'aune de ses actes de déstabilisation de la Rdc. Les prémices de cette nouvelle vision des Usa se sont annoncées au Comité des sanctions mardi dernier où Washington laissé faire. Cette attitude donne une idée sur ce que sera aujourd'hui jeudi au Conseil de sécurité où se tient une réunion sur les Grands lacs avec en prime la guerre en Rdc. La réunion sera présidée par John Kerry, le secrétaire d'Etat américain.

Le coup de colère de Washington qui tape du poing sur la table en allant au-delà de ce auquel les Congolais pouvaient s'attendre, un simple communiqué est un signe annonciateur qui ne trompe pas. Des conséquences sur le plan militaire. L'injonction des USA au Rwanda intervient au lendemain des derniers combats qui ont permis aux Fardc, requinquées, d'avoir le dessus sur le M23.

Le revers le plus cuisant confirmé à ce jour, c'est la prise par les Fardc d'une position ultrastratégique qui est la colline de Munzonga dite " Trois antennes " à Kibati. C'est la fin du M23 car c'est de cette colline avec des pièces d'artillerie lourde que les rebelles pouvaient ouvrir un couloir sur Goma, à chaque instant et mettre les loyalistes en difficulté.

Cette colline offre également une vue panoramique qui surplombe le Q.G du M23 à Kibumba susceptible d'être pilonné à tout moment. La position des Américains à ce moment précis empêche le Rwanda de voler à la rescousse de ces ouailles en débandade. Kigali n'est plus en mesure de mener des opérations souterraines au profit du M23. Ce qui sonne la fin de l'aventure commencée sous la signature de Kigali en mai 2012.

L'UNION AFRICAINE INTERPELLEE

Après cette position au vitriol de Washington, c'est l'UA qui est interpellée à cause de sa torpeur. L'Organisation panafricaine doit donner de la voix et agir pour l'étape finale. Celle-ci concerne des sanctions à prendre contre le Rwanda qui a violé la charte de l'UA en occupant par procuration une partie de la Rdc. L'affaire ne se situe plus au niveau de fournir des preuves de cette déstabilisation de la Rdc par le Rwanda.

Ce travail de recherche avait déjà été fait par d'autres notamment le groupe des experts de l'Onu et l'Ong américaine HRW qui n'en est pas à son premier rapport ni le dernier. Washington vient d'endosser ce rapport en le qualifiant de crédible et sur cette base, a demandé au Rwanda de quitter la Rdc.

L'UA doit non seulement en prendre acte mais sanctionner Kigali pour violation de la Charte commune qui prohibe des actes dont il est l'auteur.

Par ailleurs, le Rwanda continue à fouler aux pieds les engagements pris par les parties dans l'Accord-cadre d’Addis-Abeba, contresigné par l'UA et qui est de ne pas s'immiscer dans les affaires intérieures de la Rdc. Kigali a continué à le faire en armant le M23, en mettant ses soldats et ses officiers à sa disposition et en recrutant pour son compte de enfants-soldats aussi bien sur le territoire rwandais que congolais. Faudra-t-il encore plus ?

[Kandolo M.]