Home | AFRIQUE | Afrique Centrale | Rwanda | Crise en RDC : Députés et personnalités rwandaise se trompent dans leur document-fleuve

Crise en RDC : Députés et personnalités rwandaise se trompent dans leur document-fleuve

image

Des députés et différentes personnalités Rwandais ont publié un document-fleuve dans lequel ils analysent sommairement la situation sécuritaire en Rdc. En gros, ils estiment qu'il est faux d'affirmer que tous les problèmes de la Rdc viennent du Rwanda. Ils s'attaquent aussi bien à certaines personnes congolaises qu’aux étrangers voire aux associations et regroupements qui travaillent sur le sujet et qui ont toujours documenté la déstabilisation de la Rdc par le Rwanda. Sur le même ton, ils vilipendent l'analyste de renommée internationale Thierry Vircoulon, directeur du desk-Afrique à International Crisis Group (ICG) pris à partie à cause de ses enquêtes fouillées sur l'Est de la Rdc.

Pour les Rwandais signataires du document, tous ces écrits sont truffés de mensonges. Mensonges? En tout cas, en Rdc on n'a jamais soutenu que toutes les difficultés du pays viennent du Rwanda. Loin il en faut. Mais ce qui est évident et donc indiscutable, c'est que toutes les déstabilisations de l'Est de la Rdc viennent du Rwanda. Ces déstabilisations ont un impact négatif sur la vie nationale car créant le dysfonctionnement de l'Etat et lui faisant perdre le contrôle d'une bonne partie du pays avec un énorme manque à gagner au Trésor public congolais par l'exploitation illégale et illicite des ressources dans les zones en conflits.

Tous les observateurs s'accordent à l’unanimité que les activités clandestines du Rwanda à l'Est de la Rdc se justifient par le fait que le pays de Paul Kagame est confronté à deux difficultés majeures qui le poussent comme dans une sorte d’instinct de réflexe de conservation à chercher des solutions sur des parties  considérées comme  ventres mous sur le territoire congolais. Il s'agit de la question démographique dans un pays minuscule confronté à l'une des densités les plus élevées du continent africain, le pays à vocation pastorale à un déficit de pâturage. Il y a aussi l'insuffisance des ressources du trésor d'un pays qui survit grâce à la générosité de la Communauté internationale avec en tête les USA, la Grande Bretagne et nombreux pays occidentaux qui pourvoient à son budget par des aides au développement alors qu'en Rdc, le sous-sol est scandaleusement riche. Il est question maintenant de mettre en œuvre des stratégies pour passer la frontière et aller se servir.

LA MORT DU PRESIDENT RWANDAIS JUVENAL HABYARIMANA

Voici comment la déstabilisation de la Rdc par l'Est vient du Rwanda. Tout commence en juillet 1994 lorsque l'APR, Paul Kagame réussit à chasser du pouvoir le régime hutu, «auteur» du génocide Tutsi après la mort du Président rwandais, le général-major Juvénal Habyarimana le 6 avril 94. L'ancien Zaïre sous le gouvernement de Léon Kengo Wa Dondo, actuellement Président du Sénat congolais, ferme sa frontière pour empêcher l'arrivée au Nord-Kivu d'un flux incontrôlé de réfugiés rwandais fuyant les hostilités.

C'est la Communauté internationale qui a sommé le Zaïre à ouvrir la frontière pour faciliter l'entrée des réfugiés rwandais. Au même moment, la France de François Mitterrand lance l'opération militaire dénommée "La Turquoise" qui est destinée à exfiltrer vers le Zaïre tous les tenants de l'ancien pouvoir hutu. Ces derniers  constitués de génocidaires se retrouvent au Nord-Kivu avec tous les attributs d'Etat rwandais, armée, armement, Banque centrale, l' économie, avec en prime quelque 2 millions de réfugiés hutu rwandais.

Ceux-ci ont dévasté le Nord-Kivu qui a perdu sa qualité de grenier agricole de l'Est de la Rdc. Les difficultés ont commencé ici. Par le Rwanda qui a transféré ses misères au Nord-Kivu, jusque- là considéré comme un paisible eldorado touristique. La situation s'est aggravée quand l'ancien pouvoir hutu rwandais réfugié en Rdc a commencé à se reconstituer au Nord-Kivu avec son armée, les ex-fars,  redoutable garde présidentielle d'Habyarimana formée par les Français et les miliciens hutus dénommés "Interhamwe".

Ces forces ont survécu pendant 19 ans et les FDLR d'aujourd'hui sont leur survivance. Ce sont ces forces avec leurs activités sur le territoire congolais qui ont toujours donné à Kagame le prétexte d'attaquer la Rdc. Mais on a vite oublié que c'est sur la pression de la Communauté internationale que ces forces sont arrivées en Rdc où elles sont devenues des problèmes qui ont amené la Rdc à aligner un bilan macabre de 5 millions de morts au cours de la guerre de 98 à 2003. La Rdc a payé le prix de son hospitalité.

LA CONCRETISATION DU PLAN MACHIAVELIQUE

En 96-97, Paul Kagame aidé par les USA de Bill Clinton va à l'assaut du Nord-Kivu pour démanteler ces forces des génocidaires hutus qui y sont cantonnées. Ce n'est qu'un prétexte car l'objectif caché est de chasser Mobutu pour le remplacer par quelqu'un que le Rwanda utiliserait pour trouver des réponses à ses deux difficultés ci-dessus décrites. Les génocidaires hutus ne sont qu'un prétexte pour la concrétisation de ce plan. Car  en dépit du fait  que le Rwanda a occupé avec son armée toutes les zones hébergeant les génocidaires hutus (FDLR), l'armée rwandaise ne s'est pas empêchée d'arriver jusqu'à Kinshasa. Alors qu'il n'y avait aucun génocidaire dans la capitale congolaise.

La preuve de cette dimension dans la stratégie du Rwanda en Rdc est donnée par l'occupation de 1998 non seulement par la rébellion du RCD-Goma, mais l'armée rwandaise elle-même a fait main basse sur plus de la moitié du pays. Où elle prétendait rechercher les génocidaires. Ils sont allés même dans des coins et recoins où les habitants n'ont jamais entendu parler des Hutus comme la province du Bas-Congo, le Kasaï, le Katanga. Après 5 ans d'occupation, le Rwanda n'a jamais capturé un seul génocidaire hutu (FDLR). Jamais. Par contre, Kigali en a même fabriqué pour perpétuer son fallacieux prétexte de droit de poursuite en Rdc.

Mais c'est l'exploitation illégale et les pillages des ressources naturelles qui sous-tendent toutes ces actions militaires. Il n'y a qu'un moyen pour amener les Congolais à empêcher le Rwanda de matérialiser ses desseins noirs sur l'Est de la Rdc comme il l'a accompli avec le M23, c'est d'ériger une armée redoutable et redoutée, avec des hommes disposant d'une formation requise, encadrés par des officiers compétents, consciencieux et patriotes, pourvus de moyens opérationnels conséquents afin d'imposer l'autorité de l'Etat partout et surtout dans le Kivu qui continue à faire rêver tous les vautours de la maffia financière internationale.     

[Kandolo M.]