Home» FEMMES»

L’homoparentalité bloque l’adoption des enfants en RDC

Font size: Decrease font Enlarge font
image Homoparentalité - Nicolas SARKOZY et Francois HOLLANDE

Le Gouvernement de la RDC a annoncé, lundi, l’autorisation de sortie de 69 enfants adoptés par des couples étrangers. Cette nouvelle est, non seulement le début d’un dégel de la situation, mais aussi, un ouf de soulagement pour un millier de parents adoptifs qui attendaient impatiemment leurs enfants depuis 2013. Selon RDC Adoption, un collectif de parents adoptifs, « certaines familles attendent leurs enfants depuis quatre ans ». Plusieurs causes dont celle de la légalisation, dans plusieurs pays d’accueil, du mariage gay auraient poussé les pays d’origine à durcir les conditions d’adoption pour les ressortissants étrangers. De l’avis de certains observateurs, ces pays d’origine, pour la plupart, opposés à l’homoparentalité, craignent que leurs enfants soient confiés à des couples homosexuels. Raison principale avancée par Kinshasa pour justifier la suspension des autorisations de sortie.

Gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) a annoncé, lundi 02 novembre 2015, l’autorisation de sortie de 69 enfants adoptés par des couples étrangers et de trois enfants atteints de maladie grave. Ces enfants, qui vont retrouver leurs parents adoptifs, étaient retenus pendant plus de deux ans en RDC.

« Nous avons autorisé la sortie de 69 enfants du territoire national. Nous avons également autorisé la sortie de trois enfants atteints de maladies graves », a déclaré Alexis Thambwe Mwamba, ministre de la Justice, au cours d’un point de presse tenu lundi à Kinshasa.

Cette nouvelle est, non seulement le début d’un dégel de la situation, mais aussi, un ouf de soulagement pour un millier de parents adoptifs qui attendaient impatiemment leurs enfants depuis 2013. Ces derniers sont légalement adoptés mais, retenus depuis lors, dans un orphelinat suite à un gel des autorisations de sortie imposé par les autorités congolaises.

Selon RDC Adoption, un collectif de parents adoptifs, « certaines familles attendent leurs enfants depuis quatre ans ».

Plusieurs causes dont celle de la légalisation, dans plusieurs pays d’accueil, du mariage gay auraient poussé les pays d’origine à durcir les conditions d’adoption pour les ressortissants étrangers.

De l’avis de certains observateurs, ces pays d’origine, pour la plupart, opposés à l’homoparentalité, craignent que leurs enfants soient confiés à des couples homosexuels. Raison principale avancée par Kinshasa pour justifier la suspension des autorisations de sortie.

Alors qu’il devait se pencher sur cette question et mettre éventuellement fin au blocage au cours du Conseil des ministres du 14 août 2015, au, le gouvernement congolais a ajourné sine-die l’examen du dossier. Ce, en dépit de la demande officielle, au début du mois d’août, des sénateurs américains qui ont sollicité des autorités congolaises, l’accélération des dossiers laissés en souffrance.

« Un drame pour les enfants et les parents adoptants »

A l'issue d'une réunion avec les ambassadeurs des principaux pays concernés, le ministre de la Justice a précisé que cette autorisation de sortie concerne uniquement des enfants devant être adoptés par des familles américaines, italiennes, belges, canadiennes, allemandes, françaises, néerlandaises et suisses.

En août dernier, un parent adoptant a confié à l’AFP  que tout ce qu’il voulait, « c’est obtenir le soutien des autorités, organiser un pont humanitaire pour protéger les enfants, le temps que cette crise soit réglée ».

« C’est un drame pour les enfants et les parents adoptants », s’est-il désolé. Un des membres du collectif des parents a expliqué également que  « les tribunaux congolais ont validé en septembre 2012 notre adoption d’une fratrie de deux enfants âgés aujourd’hui de 5 et 6 ans. On nous empêche même de leur parler ».

Selon les statistiques officielles recueillies à la Direction générale de Migration, « 1104 enfants congolais ont été adoptés, depuis 2009, dans 16 pays étrangers». En tête figurent, les Etats-Unis d’Amérique (453 adoptés), l’Italie (433 adoptés) et la France (160 adoptés). Une moyenne d’environ 200 enfants par an, selon des sources des services étatiques.


Cet article a été lu 2598 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
5.00