Fibre optique : Un grand scandale financier en RDC

Font size: Decrease font Enlarge font
image Emery OKUNDJI NDJOVU

C’est un véritable scandale que les Congolais sont en train de connaître avec ce qui se passe autour de la fibre optique. La commission d’enquête parlementaire mise en place par l’Assemblée nationale pour vérifier les allégations sur le détournement des deniers publics dans la mise en place de la fibre optique, a présenté son rapport à la plénière de la chambre basse le lundi 18 mai au Palais du peuple. Tout ce que nous pouvons retenir de ce qui apparaît comme un grand scandale financier est que les Congolais n’aiment pas véritablement leur pays.

Selon le rapport de ladite commission, les travaux de l’installation de la fibre optique sont caractérisés par la surfacturation des matériels.  Le cas le plus patent est celui du prix du câble dont il a été découvert qu’il a été acheté à 52.000 dollars américains le kilomètre alors qu’il est de notoriété mondiale que sa meilleure qualité revient à 20.000 Usd. Par km les inciviques qui ont tripatouillé ce marché ont donc volé à l’Etat congolais une bagatelle de 32.000$. A multiplier par autant de kms de câble posés, on peut deviner la hauteur des fonds encaissés par les magouilleurs.

Dans son intervention du haut de la tribune de la chambre basse, le député Emery Okundji, à la base de la création de la commission d’enquête, a indiqué que la fibre optique de la RDC est la plus coûteuse de toute l’Afrique. Quel scandale !  Le degré du crime a poussé les députés à exiger que les auteurs de ce crime économique soient traduits en justice pour répondre de leur acte. Ils en ont appelé à l’implication significative de la chambre basse du parlement.

Fortifié par le rapport de la commission, Emery Okundji a décidé de transformer sa question orale avec débat en une interpellation du ministre ayant en charge le secteur des postes, téléphones et nouvelles techniques de l’information et de la communication. Pour une fois, les téléspectateurs ont vu les députés de deux familles politiques, bien qu’opposées sur certains points politiques, regarder dans la même direction tant les faits reprochés à l’équipe mise en place pour l’installation de la fibre optique mettent à nu le haut degré de la corruption en RDC. Le ministre en question aura difficile à s’en sortir surtout que maintenant il est difficile de manipuler les députés après l’accord trouvé dernièrement par tous les groupes parlementaires sur la manière de débattre des motions de censure.

En tout état de cause, il appert que la justice doit désormais jouer véritablement son rôle pour mettre fin à l’impunité que nous observons dans la société congolaise. Beaucoup d’inciviques communément appelés  » Kuluna en cravate  » se pavanent dans la rue après la commission des crimes économiques alors que leur place est bien en prison. A la base de cette impunité la collusion des hommes de droit avec cette pègre des malfaiteurs. Mais comme on dit, chaque chose ayant sa fin, ce sulfureux dossier de la fibre optique va sonner sans doute le glas de la mafia qui opère allègrement dans le pays sans être inquiétée le moins du monde.

Le projet doit aboutir

Pour rappel, la station d’atterrage de la fibre optique à Moanda avait été inaugurée au mois de juillet 2013 par le président de la République Joseph Kabila. A l’heure de la mondialisation, la RDC ne doit pas rester en marge de la planète. C’est pourquoi, quelque soit la faiblesse observée aujourd’hui dans  l’exécution de ce projet, les travaux doivent aller jusqu’au bout. C’est la raison pour laquelle, pour éviter le blocage des travaux à cause de la mafia qui a vu le jour autour de cet ouvrage, les inciviques qui seront reconnus coupables des détournements des fonds décaissés pour ce faire, doivent subir la rigueur de la loi pour que, désormais, pareille aventure ne puisse plus jamais se répéter dans le pays.

La suite de l’affaire dépend en grande partie ou même entièrement des députés qui sont appelés à s’impliquer totalement pour la manifestation de la vérité. Ce sont eux-mêmes qui l’ont souhaité devant le peuple congolais. Il leur revient de s’assumer pour que, au moins cette fois-là, ils soient réellement la représentation du peuple. Il y va de leur intérêt au moment où nous nous approchons irrévocablement des législatives nationales.

[Rombaut Ot]


Cet article a été lu 3558 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0