RDC : Un taux d’accroissement de 4,9% au budget 2014

Font size: Decrease font Enlarge font
image Lambert MENDE OMALANGA

Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) présente le budget du pouvoir central de l’exercice 2014 en équilibre, en recettes et en dépenses, à 7.611,8 milliards de FC, équivalant à 34,9% du PIB.

« Comparé au budget de l’exercice 2013 arrêté à 7.259,1 milliards de FC, il se dégage un taux d’accroissement de 4,9%. Il comprend le budget général, les budgets annexes et les comptes spéciaux. Le budget général se chiffre à 6.787,4 milliards de FC (89,2% du total du budget), les budgets annexes à 516,4 milliards (6,8%) et les comptes spéciaux  à 307,9 milliards de FC (4,0%) », a expliqué lundi 18 novembre 2013 à Kinshasa le ministre des Médias Lambert Mende Omalanga, lisant le compte-rendu du Conseil des ministres présidé par le chef de l’Etat Joseph Kabila.

Principaux indicateurs macroéconomiques

Selon le porte-parole du gouvernement, les principaux indicateurs macroéconomiques qui sous-tendent les prévisions budgétaires de l’exercice 2014 se déclinent comme suit :

- Taux de croissance du PIB : 8,7% ;

- Déflateur du PIB : 2,2% ;

- Taux d’inflation moyen : 3,9% ;

- Taux d’inflation fin période : 3,7% ;

- Taux de change moyen : 927,97 FC/USD ;

- Taux de change fin période : 932,26 FC/USD ;

- PIB nominal (en milliards de FC) : 21.828,2 ;

« Les recettes internes, essentiellement courantes sont de l’ordre de 4.818,8 milliards de FC et les recettes extérieures fixées à 1.968,6 milliards de FC. Les recettes extérieures représentent 25,9% des recettes totales, 9,0% du PIB et un taux d’accroissement de 7,4% comparativement à celles prévues en 2013 arrêtées à 1.833,3 milliards de FC. Elles comprennent les recettes d’appuis budgétaires de l’ordre de 197,4 milliards de FC et celles de financement des investissements d’un montant de 1.771,2 milliards de FC », a-t-il indiqué.

Quant aux dépenses du budget général, elles sont ventilées par nature économique de la manière suivante :

- Dette publique en capital : 258,4 milliards de FC, soit 3,8% des dépenses du budget général et un taux de régression de 43,7% par rapport à son niveau de l’exercice 2013 situé à 458,6 milliards de FC ;

- Frais financiers : 110,7 milliards de FC, soit 1,6% des dépenses du budget général et un taux de régression de 28,0% par rapport au crédit voté de l’exercice 2013 fixé à 153,7 milliards de FC ;

- Dépenses de personnel : 1.748,3 milliards de FC, soit 25,8% des dépenses du budget général et un taux d’accroissement de 17,9% par rapport à leur niveau de l’exercice 2013 situé à 1.482,8 milliards de FC ;

- Biens et matériels : 194,9 milliards de FC, soit 2,9% des dépenses du budget général et un taux de régression de 4,3% par rapport à l’enveloppe retenue en 2013 de l’ordre de 203,8 milliards de FC ;

- Dépenses de prestations : 442,8 milliards de FC soit 6,5% des dépenses et un taux d’accroissement de 37,3% ;

- Transferts et interventions de l’Etat : 1.191,2 milliards de FC soit 17,6% des dépenses et une régression de 3 ?9% par rapport à 2013 ;

- Equipements : 1.648,3 milliards de FC soit 24,3% des dépenses et un taux d’accroissement de 7,8% par rapport à 2013 ;

- Construction, réfection, réhabilitation, addition d’ouvrage et d’édifice, acquisition immobilière : 1.192,7 milliards de FC soit 17,6% des dépenses et un taux d’accroissement de 14,2 % par rapport à l’enveloppe de 2013.

COMPTE-RENDU DE LA HUITIEME REUNION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES

Présidence : Président de la République, Chef de l'Etat 

Lieu : Cité de l'Union Africaine 

Date : Lundi, 18 novembre 2013

Heure : (Début : 11H40’)

Points à l'ordre du jour: 

I. Points d'informations 

II. Approbation du relevé des décisions de la seizième réunion extraordinaire du Conseil des Ministres du lundi 28 octobre 2013

III.Examen et adoption des textes

I. Points d'informations 

I.1. Etat du territoire (Ministre de l'Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires Coutumières)

D’une manière générale, la situation du pays demeure relativement calme, en dépit de quelques cas d’insécurité enregistrés dans la partie Est du Pays. La position du Gouvernement aux pourparlers de Kampala avec la défunte rébellion du M23, le rétablissement de l’autorité de l’Etat dans les territoires naguère occupés par le M23 et la formation du gouvernement de cohésion nationale annoncé par le Chef de l’Etat ont été signalés comme constituant l’essentiel des préoccupations et commentaires de l’opinion publique nationale.

Le Vice-Ministre de l’Intérieur a fait le point sur le lancement d’une opération de lutte contre le phénomène de criminalité urbaine connu sous l’appellation de Kuluna depuis le 15 novembre courant. Cette opération qui durera trois mois est menée conjointement par la PNC, la Magistrature et les Services de Sécurité et d’Intelligence.

Plusieurs marches de soutien au Chef de l’Etat et aux FARDC pour la victoire contre le M23 ont eu lieu à travers différentes provinces de la RDC.

Dans la province du Katanga, le Ministère de l’Intérieur a signalé la reddition aux FARDC/Manono le 15 novembre  2013, de quelques 800 éléments Maï-Maï du Groupe Gédéon conduits par un certain « Toche ».

Au Nord Kivu, l’attention du Gouvernement a été attirée  sur la présence depuis le 14 novembre 2013 au camp des réfugiés de Kyaka (district de Kasese en Ouganda) de 400 éléments de l’ex-rébellion du M23 en fuite.

D’autres mouvements d’hommes en armes ont été signalés. La vigilance est donc de mise de la part de toutes les couches de la population.

Intervenant à ce sujet, S.E.M. le Président de la République a instruit le Gouvernement de veiller à accorder priorité à la gestion des récents succès militaires enregistrés par notre pays à l’Est. Il a insisté particulièrement sur l’accélération du retour des déplacés internes dans leurs localités d’origine et des réfugiés congolais se trouvant notamment dans les pays voisins conformément aux accords conclus avec lesdits pays voisins et le HCRNU.

Il a en outre confirmé ses instructions concernant  la mise en œuvre sans atermoiements du programme Démobilisation, Désarmement et Réinsertion sociale en faveur des membres d’anciens groupes armés qui acceptent de déposer les armes suite à l’ultimatum qui leur a été signifié et méritent, de ce fait de recevoir un accueil digne et correct des autorités nationales congolaises.

Il. Approbation du relevé des décisions du Conseil des Ministres du lundi 28 octobre 2013 (Son Excellence Monsieur le Premier Ministre)

Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a présenté le relevé des décisions prises lors de la 16ème réunion extraordinaire du Conseil des Ministres du lundi 28 octobre 2013 à la Cité de l’Union Africaine. Celles ci portent sur les matières suivantes :

1)Le Conseil des Ministres a approuvé le dossier portant sur la stratégie cadre de la mise en œuvre de la loi N°011 du 13 juillet 2011 relative aux Finances Publiques présenté par M. le Ministre Délégué auprès du Premier Ministre, Chargé des Finances.

2) Les Projets de Lois ci-après ont été également soumis aux délibérations du Conseil des Ministres. Il s’agit de:

-Projet de Loi autorisant la ratification par le RDC de la Convention de l’Afrique Centrale pour le Contrôle des Armes et de Petit Calibre, de leurs Munitions et de toutes Pièces et Composantes pouvant servir à leur fabrication, réparation et assemblage ;

-Projet de Loi autorisant l’adhésion de la RDC au Protocole de 2003 à la Convention Internationale de 1992 portant création d’un Fonds International d’indemnisation pour les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures ;

- Projet de Loi autorisant l’adhésion de la RDC à la Convention Internationale sur la responsabilité civile pour les dommages dus à la pollution par hydrocarbures de soute ;

- Projet de Loi autorisant l’adhésion de la RDC à la Convention Internationale de 2004 pour le contrôle et la gestion des eaux de Ballast et Sédiments des navires (et ses annexes) ;

- Projet de Loi autorisant l’adhésion de la RDC au Protocole insérant l’article 83 bis dans la Convention de Chicago, relatif au transfert de certaines fonctions et obligations ;

- Projet de loi de ratification de l’Accord pour la promotion et la protection mutuelle des investissements signé à New Delhi, en Inde, le 13 avril 2010 entre le Gouvernement de la RDC et le Gouvernement de la République de l’Inde ;

- Projet de Loi autorisant par la RDC des amendements aux statuts du FMI ;

- Projet de Loi autorisant la ratification de la Convention de l’Union Africaine sur la Protection et l’Assistance aux Personnes Déplacées en Afrique (Convention de Kampala) ;

- Projet de loi autorisant la ratification par la RDC de la Convention de l’Union Panafricaine des Postes adoptée le 9 juin 2009 au Caire (Egypte ;

- Projet de Loi autorisant la ratification par la RDC de la Convention sur les Armes à sous munition ;

- Projet de Loi autorisant l’adhésion de la RDC à la Convention relative à la Coopération en matière de protection et de mise en valeur du milieu marin et des zones côtières de la région de l’Afrique de l’Ouest et du Centre ainsi qu’à son Protocole relatif à la Coopération en matière de Lutte Contre la Pollution en cas de situation critique ;

- Projet de Loi autorisant l’adhésion de la RDC à la Convention Internationale de 1973 pour la Prévention de la Pollution par les Navires ;

- Projet de Loi autorisant l’adhésion de la RDC  au Pacte de Non Agression et de Défense Commune de l’Union Africaine ;

- Projet de Loi autorisant la Ratification du Protocole de Nagoya sur l’Accès aux Ressources Génétiques et le Partage Juste et Équitable des Avantages découlant de leur utilisation relative à la Convention sur la Diversité Biologique ;

- Projet de Loi autorisant l’adhésion de la RDC à la Convention sur la Diversité Biologique ;

- Projet de Loi autorisant la Ratification par la RDC du Protocole Additionnel de Nagoya – Kuala Lumpur sur la Responsabilité et la Réparation relatif au Protocole de Cartegena sur la prévention des risques biotechnologiques ;

- Projet de Loi autorisant la ratification par la RDC de la Convention Africaine révisée pour la Conservation de la Nature et des ressources naturelles dites Convention de Maputo adoptée à Maputo (Mozambique) ;

- Projet de Loi Autorisant l’adhésion de la RDC au Protocole de Cartegena sur la Prévention des Risques biotechnologiques relatif à la diversité biologique ;

- Projet de Loi autorisant l’Accord entre la BAD, le Fonds Africain de Développement et le Gouvernement de la RDC concernant l’établissement du Bureau régional de la BAD sur le territoire de la RDC ;

- Projet de Loi autorisant la ratification par la RDC de l’Accord de Coopération économique et Technique signé à Kinshasa le 07 juillet 2011 avec la République de Corée du Sud ;

- Projet de Loi autorisant l’adhésion de la RDC au statut du Centre International pour le Génie Génétique et la Biotechnologie ;

- Projet de Loi autorisant l’Accord entre le Gouvernement de la République Portugaise et le Gouvernement de la RDC concernant la Promotion et la Protection réciproque des Investissements ;

- Projet de Loi relative à la Métrologie légale et à la normalisation en RDC.

Ces projets de Lois ont été adoptés par le Conseil des Ministres et seront transmis au Parlement par les soins de Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement.

3) 07 (sept) Projets de Décret ont été également débattus et approuvés par le Conseil des Ministres. Ils portaient respectivement (i) modification du Décret N° 08/27 du 24 décembre 2008 portant création et statuts d’un Etablissement Public dénommé Fonds National d’Entretien Routier en sigle FONER, (ii) consolidation des perceptions opérées à l’occasion de l’importation et de l’exportation des marchandises, (iii) Règlement général sur la comptabilité publique, (iv) Règlement d’Administration des Comptables Publics, (v) Plan Comptable de l’Etat, (vi) Création du Comité National de Pilotage du Projet de Développement des Pôles de Croissance (PPDC) en sigle, et (vii) Régime fiscal applicable aux Entreprises éligibles au Partenariat stratégique sur les chaines de valeurs.

4) Le Dossier des Ministres des Transports et Voies de Communication et du Portefeuille concernant le Projet de Création de la nouvelle Compagnie aérienne nationale de la RDC a été renvoyé à la prochaine réunion du Conseil des Ministres pour une bonne coordination avant réexamen.

5) L’Avant projet de Loi des Finances de l’exercice 2014 a été adopté sous réserve d’y intégrer les réponses aux préoccupations soulevées par les membres du Conseil.

6) Le Projet de Loi Organique portant organisation et fonctionnement de la Caisse Nationale de Péréquation présenté par le Ministre de l’Intérieur et Décentralisation a été adopté sous réserve d’une harmonisation avec le Ministre du Plan.

7) Le Projet de Décret portant création du Comité National de la Migration vers la Télévision Numérique Terrestre présenté par Mme la Ministre de la Justice en l’absence du Ministre des Médias a été renvoyé par le Conseil à une réunion ultérieure pour harmonisation avec le Ministre des PT & NTIC.

IV. Examen et adoption d’un texte

IV. 1. Vice-Premier Ministre, Ministre du Budget (01 texte)

1. « Projet de Loi des Finances de l’exercice 2014 »

Le Vice Premier Ministre, Ministre du Budget a rappelé que sur le plan économique, le Gouvernement poursuit l’objectif de mobiliser les ressources budgétaires substantielles en vue de réaliser la vision de l’émergence du Congo à l’horizon 2030 et, à court terme, celle d’un pays à revenu intermédiaire d’ici 2018.

Pour ce faire, au cours de l’année budgétaire 2014, le Gouvernement s’emploiera à certifier nos réserves minières et en hydrocarbures et au désenclavement des provinces, à l’électrification du monde rural, à l’équipement et au renforcement des PME en vue de la création d’une classe moyenne, à la réhabilitation des centres et instituts de recherche, de même qu’à la relance de la recherche agricole et forestière.

Les principaux indicateurs macroéconomiques qui sous-tendent les prévisions budgétaires de l’exercice 2014 se déclinent comme suit :

- Taux de croissance du PIB : 8,7% ;

- Déflateur du PIB : 2,2% ;

- Taux d’inflation moyen : 3,9% ;

- Taux d’inflation fin période : 3,7% ;

- Taux de change moyen : 927,97 FC/USD ;

- Taux de change fin période : 932,26 FC/USD ;

- PIB nominal (en milliards de FC) : 21.828,2.

Le budget du pouvoir central de l’exercice 2014 est présenté en équilibre, en recettes et en dépenses à 7.611,8 milliards de FC, équivalant à 34,9% du PIB. Comparé au budget de l’exercice 2013 arrêté à 7.259,1 milliards de FC, il se dégage un taux d’accroissement de 4,9%.

Il comprend le budget général, les budgets annexes et les comptes spéciaux. Le budget général se chiffre à 6.787,4 milliards de FC (89,2% du total du budget), les budgets annexes à 516,4 milliards (6,8%) et les comptes spéciaux  à 307,9 milliards de FC (4,0%).

Les recettes internes, essentiellement courantes sont de l’ordre de 4.818,8 milliards de FC et les recettes extérieures fixées à 1.968,6 milliards de FC.

Les recettes extérieures représentent 25,9% des recettes totales, 9,0% du PIB et un taux d’accroissement de 7,4% comparativement à celles prévues en 2013 arrêtées à 1.833,3 milliards de FC. Elles comprennent les recettes d’appuis budgétaires de l’ordre de 197,4 milliards de FC et celles de financement des investissements d’un montant de 1.771,2 milliards de FC.

Quant aux dépenses du budget général, elles sont ventilées par nature économique de la manière suivante :

- Dette publique en capital : 258,4 milliards de FC, soit 3,8% des dépenses du budget général et un taux de régression de 43,7% par rapport à son niveau de l’exercice 2013 situé à 458,6 milliards de FC ;

- Frais financiers : 110,7 milliards de FC, soit 1,6% des dépenses du budget général et un taux de régression de 28,0% par rapport au crédit voté de l’exercice 2013 fixé à 153,7 milliards de FC ;

- Dépenses de personnel : 1.748,3 milliards de FC, soit 25,8% des dépenses du budget général et un taux d’accroissement de 17,9% par rapport à leur niveau de l’exercice 2013 situé à 1.482,8 milliards de FC ;

- Biens et matériels : 194,9 milliards de FC, soit 2,9% des dépenses du budget général et un taux de régression de 4,3% par rapport à l’enveloppe retenue en 2013 de l’ordre de 203,8 milliards de FC ;

- Dépenses de prestations : 442,8 milliards de FC soit 6,5% des dépenses et un taux d’accroissement de 37,3% ;

- Transferts et interventions de l’Etat : 1.191,2 milliards de FC soit 17,6% des dépenses et une régression de 3 ?9% par rapport à 2013 ;

- Equipements : 1.648,3 milliards de FC soit 24,3% des dépenses et un taux d’accroissement de 7,8% par rapport à 2013 ;

- Construction, réfection, réhabilitation, addition d’ouvrage et d’édifice, acquisition immobilière : 1.192,7 milliards de FC soit 17,6% des dépenses et un taux d’accroissement de 14,2 % par rapport à l’enveloppe de 2013.

Commencée à 11heures 40’, la réunion du Conseil des Ministres a pris fin vers 14 heures.

Lambert MENDE OMALANGA

Ministre des Médias, chargé des Relations avec le Parlement et de l’Initiation à la Nouvelle Citoyenneté

Porte-parole du Gouvernement


Cet article a été lu 8578 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0