RDC : Un taux de croissance économique positif en 2011

Font size: Decrease font Enlarge font
image Jean-Claude Masangu - Gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC)

Faisant le bilan de cette année, le gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC) s'est réjoui du fait que notre croissance économique est restée vigoureuse, en dépit de cet environnement économique et financier international défavorable.

L'année 2011 va se terminer dans quelques heures. Sur le plan économique, cette année a été émaillée des difficultés pour les grandes économies (Etats-Unis, Europe,….). A l'instar d'autres pays, la RDC n'a pas échappé aux difficultés liées à cet environnement. Mais, le pays a su tirer son épingle du jeu, notamment en maintenant un taux de croissance économique positif en 2011, en stabilisant le taux de change du Franc congolais et en maîtrisant l'inflation…

Faisant le bilan de cette année en marge de l'échange des vœux avec le personnel de la Banque Centrale du Congo, le gouverneur Jean-Claude Masangu s'est réjoui du fait que notre croissance économique est restée vigoureuse, en dépit de cet environnement économique et financier international défavorable. " Notre taux de croissance qui se chiffrait à 7,2 % en 2010 se situe aujourd'hui à 6,9 %....notre croissance est pour sa part restée vigoureuse. Elle le doit au dynamisme des secteurs des mines, du commerce, de l'agriculture et des bâtiments et travaux publics ".

En ce qui concerne le taux d'inflation pour l'année qui s'achève, les dernières estimations de la BCC le chiffre à 15,44 % contre 9,84 % en 2010. A ce sujet, Jean-Claude Masangu explique qu'au premier semestre 2011 l'économie de la RDC a subi de très fortes pressions inflationnistes causées par la flambée des prix des produits alimentaires et pétroliers sur le marché international. Au fait, il s'est agi ici d'une inflation importée qui a impacté le rythme de formation des prix internes. Toutefois, il y a eu une période de désinflation durant le second semestre, et ce suite à l'amélioration de l'offre des biens dans un contexte d'accalmie des cours des produits de première nécessité sur le marché mondial.

Quant à la monnaie nationale, son comportement aura été bon tout au long de l'année. " La monnaie nationale est restée remarquablement stable par rapport au dollar américain tout au long de l'année, sauf en novembre où elle a connu une forte appréciation due à un accroissement important de l'offre des devises induit par les opérations liées aux échéances électorales ". Pour y arriver, la BCC aura été performante, s'est félicité le numéro 12 de la BCC. " Sur le marché de changes, la Banque Centrale dès janvier 2011 est demeurée très active et proactive soit en effectuant d'importantes dépenses en faveur du Trésor directement en devises, notamment celles de la Commission Electorale nationale Indépendante, soit en achetant ou en vendant celles-ci sur le marché pour lisser le taux de change et reconstituer ses réserves internationales ".

Sur ce volet, l'on doit reconnaître que de cette évolution est satisfaisante car la stabilité du taux de change du Franc congolais rime avec la préservation du pouvoir d'achat de la population. Et aujourd'hui les réserves internationales sont estimées à 1,25 milliard dollars US, soit 7,04 semaines d'importations des biens et services. Dans la politique monétaire envisagée en 2012, la BCC va poursuivre une politique prudente et proactive. Elle entend renforcer la coordination entre les politiques monétaire et de change, le cadre de surveillance de la conjoncture et ses capacités de collecte et d'analyse des statistiques. Les objectifs affichés en 2012 sont : un taux d'inflation à un chiffre, un taux directeur raisonnable, une croissance soutenue,…

4 et 5èmes revues du PEG II

Dans le chapitre de la gestion des finances publiques, la situation se présente aussi bien. Cependant, le gouverneur de la BCC est revenu sur l'importance de l'accession du pays au point d'achèvement de l'initiative PPTE en juillet 2010 au regard de l'actualité d'aujourd'hui. " En effet certains pays de la zone euro sont présentement en difficulté à cause de leur endettement qui va au-delà des normes généralement admises de 60 % du PIB. La RDC qui était dans ce cas de figure avant le Point d'achèvement a pu réduire le fardeau de sa dette. Sur un stock initial de 13,7 milliards de dollars, l'allègement obtenu s'est chiffré à 10,9 milliards. Ainsi, le stock après l'allègement n'est plus que de 2,8 de milliards USD, soit 25 % du PIB, contre 124 % auparavant ".

Ainsi, avec un service de la dette soutenable, le pays est en train de maintenir une gestion saine des finances publiques. Pour l'exécution des opérations financières du secteur public, elle pourrait se solder par un déficit de 1,7 % du PIB, un niveau inférieur à la norme de 3,0 %. " Ceci démontre qu'il y a une gestion prudente des finances publiques ".

L'occasion était aussi bonne pour parler des relations avec le FMI et de l'exécution du Programme Economique du Gouvernement (PEG II) appuyé par cette institution de Bretton Woods. Ainsi, il ressort que l'exécution des trois premières revues semestrielles du PEG II ont été conclues de façon satisfaisante. Cela a donné lieu à chaque fois à un décaissement de près de 80 millions de dollars US d'appui à la balance de paiement.

Selon JC Masangu, ces résultats globalement satisfaisants ont pu être atteints dans ces trois revues, sans que les membres du conseil d'administration du FMI aient eu à se rencontrer physiquement. Néanmoins pour la quatrième revue fixée au 30 juin 2011, il note que bien que les paramètres soient au vert, il est exigé de la RDC, selon les règles de jeu, de rendre publics tous les contrats miniers. " A ce jour, c'est chose non faite ", a-t-il déploré. Pour la cinquième revue et avant dernière revue du PEG II fixée à fin décembre 2011, toutes les perspectives sont très bonnes. " Mais, pour aller de l'avant nous buterons sur les mêmes exigences soulevées lors de la 4ème revue ". Pour la non publication des contrats miniers, la RDC se voit priver de deux décaissements du FMI pour un total d'environ 150 millions de dollars US.

Pour l'intérêt du pays, le gouverneur de la BCC a émis le vœu de voir les acteurs politiques et économiques concernés prendre conscience de l'impact des déclarations qu'ils font et des actes qu'ils posent, l'impact sur les finances publiques et sur les facteurs de production et de l'investissement. Enfin, les prévisions de croissance selon le FMI pour 2012( la moyenne africaine de 5,8 % et de 6,6 % pour la RDC) pourraient être révisées à la baisse au regard de la conjoncture mondiale défavorable.

Didier Munsala


Cet article a été lu 6168 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (5 posted):

ALAK NITSLECE on 05/01/2012 22:06:16
avatar
POLITICIEN AFRICAINS,PETITS OU GRANDS,SONT TOUS DE VOLEURS ET MENTEURS...
Thumbs Up Thumbs Down
1
CAB on 01/01/2012 06:54:00
avatar
De la poudre aux yeux pour occulter l'arrestation de sa femme (ou une de ses femmes) aux USA pour blanchiment d'argent sale dont on ne dit pas un mot, ni lui, ni la BCC, ni le Sinistre des Finances, ni le raïs 100% ***** et inculte, mais qui restera consignée dans les archives criminelles de ce Pays pour 50 ans au moins.
Thumbs Up Thumbs Down
4
jose on 30/12/2011 08:09:03
avatar
vraiment vs les kasaiens vs devez avoir tous un problemes mental, meme la ou ce sont des institutions credible et independantete ki livrent leurs avis sur le bonne prevision de la croissance de finance du pays, mais le tshisekediste vs etes tjrs maldrois prck ce ne pas votre vieux fatiguer ki ne ps au pouvoir. cynik
Thumbs Up Thumbs Down
-4
ALAK NITSLECE on 05/01/2012 22:17:34
avatar
SI JE TE RETROUVE, JE VAIS ENFONCER UNE FOURCHETTE DS TON KAJONDO...DEPUIS QUAND KATANGAIS EST POLITICIEN... SOULARDS...
Thumbs Up Thumbs Down
1
REVOLTE on 30/12/2011 04:48:45
avatar
Comment ces gens peuvent-ils se féliciter des chiffres qu'ils avancent,pendant que le Pays est dernier au monde en ce qui concerne le revenu par tête d'habitant.
Ceci prouve et confirme qu'ils se réjouissent du travail bien fait en faveur des étrangers(Rwandais,Tanzaniens et Occidentaux).
Nous devons nous libérer de ces prédateurs et affameurs du Peuple.
Thumbs Up Thumbs Down
2
total: 4 | displaying: 1 - 4

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0