Rwanda, pilleur de richesses naturelles de la RDC

Font size: Decrease font Enlarge font
image Kigali Airport

La recension, par Noël Kodia (essayiste congolais), de l’ouvrage «Du miracle rwandais au paradoxe congolais » publié aux éditions L’Harmattan par l’universitaire K. Katshingu, a soulevé de vagues au sein de l’opinion congolaise. « Citée parmi les taux de croissance les plus élevés au monde, cette croissance aurait permis au Rwanda, pays enclavé, pauvre en ressources naturelles, d'améliorer ses indicateurs de développement au point de se voir qualifié de « miracle économique du XXIe siècle ». En revanche, la RDC, pays riche en ressources naturelles, peine à distribuer les gains de croissance à sa population majoritairement pauvre : on évoque là « le paradoxe congolais ». Comment comprendre ce miracle et ce paradoxe ? »

K. Katshingu, auteur de l’ouvrage « Du miracle rwandais au paradoxe congolais » publié chez L’Harmattan, fait l’apologie du Rwanda, pilleur de richesses naturelles de la République démocratique du Congo.

Le fond du discours tenu par K. Katshingu tient à justifier le pillage des ressources naturelles de la RDC volées mais « bien utilisées » par le Rwanda. C’est le même discours distillé par certaines élites occidentales, en l’occurrence Herman Cohen (ancien secrétaire d’Etat américain) et Nicolas Sarkozy, ancien président français, qui estiment que le pillage des ressources naturelles de la RDC par le Rwanda, qui sont quand même mieux utilisées pour le développement de ce pays, alors que l’élite congolaise passe son temps à piller son propre pays pour des intérêts égoïstes. Une situation qui est à la base de l’extrême pauvreté des populations congolaises.

Un économiste n’est pas du tout d’accord de la manière simpliste avec laquelle l’auteur fait le parallélisme entre la croissance du Rwanda et celle de la RDC. Mais il ne va pas loin dans sa logique en présentant la distribution qu’on fait de cette croissance aussi bien au Rwanda qu’en RDC. Dans le cas de la croissance du Rwanda, l’auteur glorifie le taux de croissance élevé de ce petit pays pauvre et enclavé, oubliant que la croissance de la RDC reste aussi élevée depuis 2010. L’auteur se limite à décrier la distribution que la RDC fait de cette croissance, mais il ne pousse pas sa logique jusqu’au bout en disant quelle distribution le Rwanda fait de sa croissance, ce que le peuple rwandais bénéficie de  cette croissance. Et dans les profondeurs, l’auteur ne dit pas d’où vient la croissance, quels sont les secteurs qui en sont porteurs. Cette annonce dénote déjà d’un parti pris de la part de l’auteur.

Cela montre que l’analyse qu’il fait n’est pas correcte. Il devra comparer le taux croissance, le niveau de potentialités et les secteurs piliers de la croissance entre le Rwanda et le Congo. Parce que depuis 2010, le Congo affiche un taux de croissance de plus de 5%. Tout est biaisé.

Nous y reviendrons.

[Freddy Mulumba]


Cet article a été lu 4652 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
1.00