RDC : Koffi OLOMIDE couchait avec la femme de King KESTER EMENEYA

Font size: Decrease font Enlarge font
image King Kester Emeneya

Le violeur des mineurs ANTOINE CHRISTOPHE AGBEPA MUMBA alias KOFFI OLOMIDÉ, inculpé pour «viol sur mineures, séquestration, actes de barbarie en bande organisée et trafic d’êtres humains» par une juge du tribunal de Nanterre en France, en février 2012, couchait en catimini avec la femme de King KESTER EMENEYA. Et pourtant, ce dernier le considérer comme un frère. De son vivant, King KESTER n'a jamais cessé de dénoncer cet act. Quand Koffi dis qu'il est bouleversé par la mort du KING, que veut-il dire exactement ? Bouleverser par ce qu'il a assouvi sa libido quand bon lui semblait avec la femme d'un Frère ? 

King Kester Emeneya, de son vrai nom Jean Emeneya Mubiala Nkwamambu, ce génie qu'ait connu la musique africaine, l'esprit de recherche est sa passion, celle qui l'amena à révolutionner la musique d'Afrique Centrale et de l'Est, en instaurant ce qui ne se faisait pratiqué que par des musiciens occidentaux. En effet, ce mystère que n'ait jamais connu la musique congolaise, a introduit le synthétiseur dans la musique d'Afrique Centrale et de l'Est, la musique assistée par ordinateur a été pour la première fois pratiquée par lui, le double CD, le Double Volume, le Single, le Mastering sont ses innovations dans notre musique. Et nous saisissons cette opportunité pour signaler que Kester Emeneya a été le premier artiste musicien de l'Afrique Centrale et de l'Est a produire un album de World-Music, l'on se souviendra de NZINZI qui avait ravagé le monde entier. Rien à redire : tout y est; on entend tous les instruments, le clavier est excellent. Il ne joue pas pour combler inutilement les vides, Il y a (chose rare ailleurs) de la synchronie, c'est du Mozart, tout est en place, c'est du tonnère sans trop de bruit chez les autres c'est "beaucoup de bruit pour rien. A savoir donc qu'on ne peut jamais parler de la musique congolaise et africaine en générale des années 80 sans parler d'Emeneya. Courage donc à ce grand-musicien de renommée internationale qui a toujours eu comme option la production du bon « son » instrumental et la sortie de la musique congolaise du ghetto.

Où sera enterré le corps sans vie de King Kester Emeneya ? Est-ce à Kinshasa ? Est-ce dans sa terre natale de Mayumbu à Kikwit ? A priori, le débat parait banal depuis la semaine dernière, après les précisions d’André Kimbuta. Lors d’une rencontre jeudi 20 février avec la presse et le comité d’organisation desdites obsèques, le Gouverneur de la ville de Kinshasa avait tranché net. " Le corps de King Kester Emeneya sera inhummé au cimetière Nécropole entre terre et ciel ", dans la bourgade Est de la ville de Kinshasa.

Sauf changement de calendrier de dernière minute, la dépouille du musicien Jean Mubiala Emeneya arrivera à Kinshasa le samedi 1er mars prochain par l’aéroport international de N’Djili. Les précisions sont du Gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta. Selon la même source, l’inhumation aura lieu le dimanche 2 mars au cimetière VIP de " Nécropole entre terre et ciel ", situé dans la commune de la N’Sele, dans l’Est de la capitale. Les autochtones de Kikwit se contenteront d’un monument qui sera érigé dans leur ville, en mémoire de cette célébrité de la musique congolaise moderne.

Cependant, l’agenda des obsèques d’Emeneya Kester tel que conçu par l’actuel locataire de l’Hôtel de ville, fait très polémique. Loin d’être une parole d’Evangile, l’option d’enterrement de Kester à Kinshasa divise encore l’opinion. Dans les rues de la capitale, les avis divergent. D’un côté, on retrouve les fidèles de la décision des officiels de l’Hôtel de ville. Par contre, un deuxième camp, plus majoritaire, voit les choses autrement. Partant de la vérité absolue selon laquelle " chaque Kinois a ses origines " ou plus exactement que " chacun de nous est Kinois de quelque part ", ceux qui s’opposent à la décision d’André Kimbuta souhaitent que l’enterrement de King Kester Emeneya ait lieu dans sa ville natale de Kikwit.

" Si encore vivant, le défunt avait lui-même décidé d’être enterré à Kikwit, pourquoi ne respecterait-on pas cette volonté qui a force de testament", s’interrogent sans cesse de nombreux Kinois, indignés par la décision de l’Hôtel de ville. Dans leur argumentaire, les tenants de cette thèse vont d’exemples en exemples pour justifier la pertinence de leur requête. "King Kester Emeneya n’est pas la première personnalité à se faire enterrer dans sa terre natale. Le cas de la plupart des autorités politiques du pays. Dans ce registre, on citerait de mémoire André Philipe Futa, alors ministre de l’Economie, Jeannot Bemba Saolona et Gaétan Kakudji tous deux sénateurs, Augustin Katumba Mwanke, député national et homme de confiance du Raïs jusqu’au jour de sa mort…. ", ont tous été pleurés à Kinshasa. Mais chacun d’eux a été inhumé dans son bled.

KIKWIT N’EST PAS UN VILLAGE

Y a-t-il de l’honneur pour King Kester Emeneya d’être enterré à Kinshasa ? Pas du tout. Serait-il humiliant d’inhumer cet artiste de genre particulier dans son " Mayumbu " natal ? Pas du tout non plus. Bien au contraire. Jean Mubiala Emeneya alias " Emeneya Nkwa Mambu ", n’a pas figuré sur la liste des acculturés. Vivant, l’artiste est resté très attaché à ses origines kikwitoises. De ce point de vue, des sources croisées s’accordent que la volonté du défunt doit être respectée. 

Si ceux qui pensent que Kester Emeneya doit être enterré à Kinshasa pour plus d’honneur, ils devront cependant, savoir que Kikwit n’est pas un village. En dépit de certaines considérations liées au retard de son urbanisation, " Mayumbu " fait ville. C’est donc Kikwit qui est la véritable capitale de la province du Bandundu. Et, même en termes de proximité géographique, la ville de Kikwit n’est pas loin de la capitale de Kinshasa. La route Kinshasa-Kikwit étant complètement reconstruite, les voyageurs dans les deux sens n’ont plus des semaines à parcourir pour atteindre leurs destinations. C’est plutôt au bout de quelques heures qu’ils arrivent, soit à Kinshasa, soit à Kikwit. De ce point de vue, plus d’un Kinois pense qu’il y a lieu de couper la poire en deux. Ils suggèrent que des obsèques officielles en mémoire de King Kester Emeneya soient organisées à Kinshasa. Mais, que l’enterrement ait lieu à Kikwit. Ainsi, on éviterait de frustrer des milliers des populations, non seulement de Kikwit, mais aussi des localités environnantes qui attendent de pied ferme l’arrivée de la dépouille mortelle de leur fils.

RECUPERATION POLITIQUE RISQUEE ?

Dans une ville comme Kinshasa où tout fait est aussitôt rattaché à la politique, certains voient déjà dans les obsèques de King Kester Emeneya, une main invisible du politique. Alors, si récupération politicienne il y a, elle sera donc la plus mauvaise. C’est vrai que les récupérateurs ont derrière la dette, l’idée de mieux faire les choses dans le but de servir le Raïs. Cependant, les experts en étude de l’opinion estiment que ce genre de marketing politique risque de produire les effets contraires. Etant donné qu’il n’est jamais tard pour mieux faire, les Kikwitois ne perdent pas encore espoir. Aussi, exhortent-ils le Comité d’organisation des obsèques de King Kester Emeneya de se raviser. Pour eux, la volonté du défunt doit être respectée sans la moindre restriction. 

[Laurel KANKOLE]

LA DÉPOUILLE MORTELLE DE KING KESTER EMENEYA RÉCLAMÉE À KIKWIT

la Société civile de Kikwit multiplie des démarches pour obtenir l’enterrement de la vedette congolaise au Bandundu.

Selon une dépêche de l’Agence congolaise de presse (ACP), des acteurs de la Société civile de Kikwit sont allés manifester cette préoccupation le mardi 25 février dernier auprès du Gouverneur du Bandundu, Jean Kamisendu Kutuka. Reçus en audience dans sa résidence de Kikwit, les représentants de cette composante ont imploré l’implication du président Joseph Kabila pour que King Kester soit enterré dans sa terre natale.

Déterminés à voir le patron de l’orchestre Victoria Eleison inhumé à Kikwit, sa ville natale, les acteurs de cette société civile affirment avoir déjà identifié des sites appropriés dans la commune de Lukola, renseigne l’ACP.

UN MAUSOLEE EN MEMOIRE D’EMENEYA

Les hôtes du Gouverneur Jean Kamisendu ont également émis le vœu de voir la journée du 12 février dédiée à l’artiste disparu. Ils se proposent même de l’honorer régulièrement en organisant, chaque année, un festival culturel en sa mémoire. 

La Société civile sollicite, par ailleurs, la construction d’un mausolée à Kikwit en l’honneur d’Emeneya Kester. A cet effet justement, une pétition circule déjà dans la ville où 26.000 signatures seraient déjà récoltées pour la concrétisation de cet objectif. 

Pour le gouverneur de la province, il serait bienséant de se soumettre à la volonté de la famille biologique du défunt. « Même s’il est enterré à Kinshasa, de grandes cérémonies seront organisées à Bandundu-ville et à Kikwit », a-t-il ajouté. 

Le gouverneur Jean Kamisendu a profité de la même occasion pour déplorer la perte de trois grands artistes musiciens, tous originaires de la province du Bandundu, en l’occurrence : Ndombe Opetum, Pascal Tabu Ley et Jean Mubiala dit King Kester Emeneya. 

[Merveille MIKOMO Correspondance particulière]


Cet article a été lu 47243 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
3.00