« Dignité FM » : La radio des rebelles du M23 !

Font size: Decrease font Enlarge font
image Radio mic

Dans sa nouvelle stratégie de communication, la rébellion du M23, qui sévit depuis avril 2012 dans l’Est de la RD  Congo, avance désormais ses pions en sourdine, aidée par un faisceau de « fans qui croient à [sa] cause ».Ainsi, le mouvement rebelle dirigé par Bertrand Bisimwa compte lancer «  Dignité Fm », sa propre radio, pour diffuser sa propagande au Kivu et à travers le monde.

Une astuce qui permet aux insurgés de « continuer à faire entendre [sa] voix, même si beaucoup aujourd’hui veulent [le] réduire au silence », affirme Amani Kabasha, le responsable de communication et porte-parole du M23.

Une offensive médiatique du groupe rebelle à laquelle s’ajoutent des relais de propagande sur internet.

Le groupe rebelle n’a pas oublié l’épisode de la polémique autour de sa page Facebook, après la chute de la ville de Goma. Plus le nombre des abonnés augmentaient, plus les voix s’élevaient pour réclamer sa fermeture, jusqu’à sa suppression, le 30 novembre, par l’équipe de Mark Zuckerberg.

Il en est de même du site internet officiel de la rébellion, créé et mis en ligne depuis la ville de Provo, dans l’Utah (États-Unis) par la « fédération américaine du M23 », « offline depuis bientôt trois mois », explique Amani Kabasha qui reproche « aux experts onusiens [d’être] à la base de cette censure ».

Innovations chez les rebelles de Bunagana

« Nous travaillons en ce moment pour la réouverture du m23mars.org », confie le porte-parole du mouvement rebelle à Jeuneafrique, sans donner plus de détails.

Mais le  responsable de communication et porte-parole du M23 est moins bavard en revanche sur le lancement, début août, de la radio du groupe armé depuis Kibumba, à une trentaine de kilomètres de Goma.

« C’est encore un projet », se contente-t-il de lâcher.

La radio Dignité FM, qui est en « période de test technique », devrait couvrir la zone occupée par la rébellion et pourrait également être captée à Goma, précise-t-il.

« Nous voulons faire entendre notre opinion et diffuser des messages de paix, commente Bertrand Bisimwa, chef politique du M23.

Car, ces derniers temps, ce sont des propagandistes de Kinshasa qui ne cessent de lancer des appels à la haine » dans la capitale du Nord-Kivu. Et à ceux qui accusent le mouvement rebelle d’avoir pillé une radio locale pour monter la sienne, Bertrand Bisimwa répond : « Nous avons acheté du matériel tout neuf. Aucune radio n’a été vandalisée par nos hommes. »

Du NTIC pour communiquer Sur le web, le M23 fait également peau neuve. 

Si, officiellement, le groupe armé n’a plus de site internet, il dit se « débrouiller comme [il] peut » pour porter sa voix à l’extérieur. Des sympathisants sont appelés à la rescousse et beaucoup répondent présents.

Parmi ces principaux nouveaux relais de propagande, Bruno Gouteux sort du lot. Rédacteur en chef de la revue La nuit rwandaise et membre de plusieurs associations de soutien au peuple rwandais, notamment France Rwanda Génocide et Appui Rwanda, le Français a lancé, fin mai, le site internet L’agence d’information.

« C’est un groupe de huit personnes intéressées à ce qui se passe au Kivu, conséquence de ce qui s’est passé au Rwanda en 1994.

Nous voulons observer la première mission «offensive» de l’ONU », explique Bruno Gouteau, soulignant n’avoir « aucun lien direct avec le M23 ». Le ton des articles publiés sur son « agence » ne laisse pourtant aucun doute sur son positionnement dans la crise au Kivu.

À côté de L’agence d’information, plusieurs autres sites internet, pages Facebook et comptes Twitter ont également vu le jour, ces derniers mois, pour faire la propagande du M23. Avec très souvent, une certaine Lucie Divova à la manœuvre. Toutes les tentatives pour la contacter se sont avérées vaines. Aux dernières nouvelles, elle a mis en ligne le site internet Soleil du Graben, réputé proche du M23.

Sympathisante de la première heure de la rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CDNP) du général déchu Laurent Nkunda, Lucie Divova ne se limite pas à la création des sites estampillés « M23 », elle écrit aussi des poèmes. À la gloire de Sultani Makenga, le chef rebelle.


Cet article a été lu 4047 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0