RDC : Remise des médailles, la procédure de sélection des récipiendaires pose problème

Font size: Decrease font Enlarge font
image PNMCA - Koffi OLOMIDE décoré avec 3 médailles

Qu'est- ce qui a établi la liste des récipiendaires venus de l'étranger ? Est-ce un arrangement entre amis ? Telles sont les questions que bon nombre d'artistes résidant, eux aussi, à l'extérieur du territoire national mais qui n'ont pas eu la chance d'être sélectionnés se posent avec amertume. Leur déception est profonde. Selon le président du jury, Joseph Ibongo, les critères qui ont prévalu à la sélection des lauréats sont les suivants: 1. Ancienneté dans le métier 2. Notabilité et moralité. 3. Œuvres conformes aux us et coutumes. D'après certains artistes mécontents, qui pour la plupart exercent depuis plus de 40 ans, ils remplissent eux aussi ces critères. « Pourquoi les autres et pas nous ? », « Sont-ils plus méritants que nous ? », s'interrogent-ils. C'est là que le bât blesse. Comment a-t-on pu ignorer le travail abattu par les artistes tels que Michelino Mavatiku Visi, Sam Mangwana, Lokombe, Wuta Mayi, Beniko Popolipo, Dino Vangu, Dona Mobeti, Bumba Massa, Matolu Dode Papy Tex et bien d' autres ? Voire la gent féminine a été oubliée.  Faya Tess, qui totalise cette année 31 ans de carrière musicale, a fait ses preuves. Une artiste toujours plus volontaire et ambitieuse que jamais. Pire, aucun artiste de théâtre, dessinateur, photographe, plasticien...résidant à l'étranger n'a été primé.

Le président de l'Assemblée nationale de la République Démocratique du Congo (RDC), Aubin Minaku, a, au nom du chef de l’Etat Joseph Kabila, procédé mardi 29 décembre 2015 au Palais du Peuple à Kinshasa, à la remise des médailles du « Prix national de mérite de la culture et des arts » (PNMCA) aux 90 artistes et personnalités du monde culturel évoluant au pays et à l'étranger.

Mais, certains artistes congolais de la diaspora, qui n'ont pas été nominés , se sentent marginalisés et s'interrogent sur la procédure de sélection des récipiendaires.   

Pour les lauréats venus de l'étranger, cette reconnaissance nationale est bienvenue parce qu'elle répare une injustice qui montre que le titre d'ambassadeur de la culture congolaise ne revient pas au seul artiste congolais qui réside en RDC. 

En effet, parmi les artistes primés au cours de cette cérémonie figurent notamment ceux de la diaspora :  Lita Bembo, Nedule Papa Noël, Bonghat Tshekabu Saak Sakoul 1er, Kiambukuta Josky, Ray Lema, Dizzy Mandjeku, Lokwa Kanza, Nyboma Mwan'Dido Danos Canta et Barly Baruti.

Il ne faudrait donc pas résider en RDC pour mériter une reconnaissance nationale. C'est aujourd'hui prouvé qu' un artiste résidant à l'étranger n'est pas moins artiste et moins congolais que son collègue vivant au pays. L'équivoque est enfin levée sur cet imbroglio. 

LA RESURRECTION DES LAUREATS DE LA DIASPORA

C'est « la résurrection » pour les récipiendaires venus de l'étranger, d'autant plus que l'occident est considéré comme un « cimetière » des artistes congolais. Certains esprits tordus ignorent que ces individualités sont avant tout artistes et  qu'ils sont passionnés par leur métier, et qu'ils continuent à créer comme leurs collègues vivant au pays.

Il est juste et honnête que leur talent ait été reconnu. Pour eux, c'est l'accomplissement d'un désir ; un motif de fierté , car il est indécent d'attendre toujours le jour des funérailles de leur disparition pour leur rendre hommage.

Nedule Papa Noël, Bonghat Tshekabu Saak Sakoul 1er, Ray Lema, Nyboma Mwan'Dido Danos Canta... ont raison de se réjouir, car ils ont mérité leur récompense. C'est le couronnement d'une carrière, de toute une vie artistique.

Chapeau bas!

Il est d'ailleurs souhaitable que soit organiser à titre posthume une cérémonie similaire en mémoire des artistes congolais disparus, incluant notamment ceux ayant résidé à l'étranger: Teddy Sukami, Ntesa Zitani Dalienst, Likinga Redo, Philo Kola...

Néanmoins, le choix des artistes venus de l'étranger n'a pas fait que des heureux. Certains infortunés collègues s'interrogent sur l'objectivité d'une telle sélection. 

PROFONDE DECEPTION DES NON SELECTIONNES

Qu'est- ce qui a établi la liste des récipiendaires venus de l'étranger ? Est-ce un arrangement entre amis? Telles sont les questions que bon nombre d'artistes résidant, eux aussi, à l'extérieur du territoire national mais qui n'ont pas eu la chance d'être sélectionnés se posent avec amertume. Leur déception est profonde.

Selon le président du jury, Joseph Ibongo, les critères qui ont prévalu à la sélection des lauréats sont les suivants: 1. Ancienneté dans le métier 2. Notabilité et moralité. 3. Œuvres conformes aux us et coutumes. 

D'après certains artistes mécontents, qui pour la plupart exercent depuis plus de 40 ans, ils remplissent eux aussi ces critères. « Pourquoi les autres et pas nous? », « Sont-ils plus méritants que nous ? », s'interrogent-ils. C'est là que le bât blesse. 

Comment a-t-on pu ignorer le travail abattu par les artistes tels que Michelino Mavatiku Visi, Sam Mangwana, Lokombe, Wuta Mayi, Beniko Popolipo, Dino Vangu, Dona Mobeti, Bumba Massa, Matolu Dode Papy Tex et bien d' autres?

Voire la gent féminine a été oubliée.  Faya Tess, qui totalise cette année 31 ans de carrière musicale, a fait ses preuves. Une artiste toujours plus volontaire et ambitieuse que jamais.

Pire, aucun artiste de théâtre, dessinateur, photographe, plasticien...résidant à l'étranger n'a été primé.

La créativité de l'auteur dessinateur Serge Diantantu, l'homme au talent indéniable et reconnu au plan international, a été méconnue; Les œuvres théâtrales  d'un artiste-comédien de la trempe de Mpeti Mpeya alias Mangobo sont jetées dans les oubliettes.

Certes, on ne peut contenter tout le monde dira-t-on. Mais, l'amertume de ces artistes, déçus dans le choix des récipiendaires, risque de raviver l'animosité qui existe déjà entre artistes musiciens congolais de l'étranger et créer un sentiment de frustration au sein de la corporation, et partant les opposer davantage les uns aux autres.

ORGANISER LE VIVRE ENSEMBLE

La reconnaissance nationale ne doit pas être un sujet de discorde entre les artistes. Cet événement doit plutôt les encourager à créer davantage et permettre l'émulation qui fait avancer les projets.

On peut espérer qu'il ne s'agit pas, là,  d' « un coup politique » et qu'il y aura d'autres éditions pour reconnaitre le travail des vaillants créateurs congolais. Et Dieu sait qu'ils sont nombreux.

Il appartient donc au ministère de la Culture de travailler dans ce sens et de créer les conditions du mieux vivre ensemble entre les artistes. Il est impératif de lutter contre la division entre les artistes musiciens congolais, parce que c'est d'eux dont il s'agit. Ils participent, au même titre que les autres artistes et opérateurs culturels, à la valorisation de l'art et de la culture congolaise.

[Robert Kongo]

== // ==

Mot de circonstance du ministre de la Culture et des Arts, Baudouin Banza Mukalay

Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat " Avec l’expression de mes hommages les plus déférents"

Honorable Président de l’Assemblée Nationale

Honorable Président du Sénat

Honorables Députés et Sénateurs

Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement Messieurs les membres du Gouvernement et Chers Collègues Monsieur le Gouverneur de la Ville de Kinshasa

Madame la Bourgmestre de la Commune de Lingwala

Mesdames et Messieurs en vos différents titres et qualités.

C’est pour moi un grand honneur doublé d’un plaisir indicible de prendre la parole, ce jour, sur les perrons du palais du peuple, cet agora des temps modernes où le peuple s’exprime du fond de sa souveraineté. Lieu chargé d’histoires.

En liminaire, je voudrais ici, présenter mes vœux les meilleurs pour les fêtes de Noël et de nouvel an au Président de la République, Chef de l’Etat à qui je souhaite santé, prospérité et courage.

Le caractère hautement exceptionnel de la manifestation qui nous réunit ce jour n’échappe à personne.

Exceptionnel d’abord par la présence de la plus haute Autorité du pays, j’ai cité, Son Excellence Joseph KABILA KABANGE, Président de la République, Chef de l’Etat.

Exceptionnel en suite par le nombre des lauréats, 90 au total. Exceptionnel enfin par leur qualité et leur diversité.

Ils sont issus de diverses disciplines, de la musique, de belles lettres, des arts vivants et l’artisanat, de l’architecture, de la photographie, de la critique d’arts, de la mode, de la publicité, du cinéma et de la sculpture. Ils sont venus de différentes provinces et de la diaspora.

Ce sont ceux-là qui vont recevoir des mains du Grand Chancelier des Ordres Nationaux, le Président Joseph KABILA KABANGE, la preuve de la reconnaissance de la Nation pour leurs exploits dans le domaine de la culture et des arts.

Aujourd’hui, la culture a pris rendez-vous avec elle-même au milieu d’un jour de grand soleil. La culture nous invite à célébrer les meilleurs de ses fils et filles.

A travers cette cérémonie, le travail de l’Esprit est magnifié, sublimé, porté au pinacle de la reconnaissance. C’est pour dire le culte du travail exigeant qui gagne en vertu, en dignité et en humanité, voila pourquoi, Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, nous ne vous remercierons jamais assez.

En regardant chacun des lauréats du jour, on devine l’auréole d’une âme, inventive, créative, anoblie par la forge de nos terroirs multiples.

En cela, la présente cérémonie se veut un rite fondateur d’une culture de reconnaissance du mérite, mérite du travail bien fait, un appel et une promesse d’un humanisme en partage, un appel à l’unité et à la fraternité des corps et des esprits dans la chaleur de la forge inventive.

Les lauréats nous appellent à la suite du Président de la République, à plus de fraternité, à plus d’amitié et à plus de dialogue.

Dialoguer c’est entendre, mais surtout écouter l’autre, dialoguer c’est regarder mais surtout voir l’autre, dialoguer c’est toucher mais surtout sentir l’autre. Chez nous en Afrique, le dialogue procède donc de notre culture.

La culture est l’élément essentiel qui rapproche les peuples et consolide la cohésion nationale. C’est pourquoi le Gouvernement de la République tient, désormais, à faire de la culture un vecteur du développement durable, car, en elle, une société vit et projette son avenir ses rêves, ses peines, ses craintes, ses espoirs, ses normes et ses valeurs, c’est la culture qui façonne les individus pour en faire les citoyens actifs et responsables.

C’est encore la culture qui propulse l’image d’un pays. C’est le lieu de nous rappeler que notre pays n’est pas qu’un scandale géologique, comme on dit souvent mais il est également un scandale culturel mieux une merveille culturelle.

C’est avec un bonheur renouvelé que je voudrais annoncer que sur les 5 villes dites ’créatives " que l’UNESCO vient de classer en Afrique sur la liste du patrimoine immatériel de l’humanité, deux (2) appartiennent à la République Démocratique du Congo, à savoir : la ville de Kinshasa sous la thématique de ville de la musique et la ville de Lubumbashi dans la thématique de ville artisanale dans l’Art populaire. Ce qui montre que notre pays est rempli de talents qui naissent et croissent.

Tous ces exploits se font grâce à votre impulsion personnelle. Impulsion qui garantit la liberté de pensée, sève de toute oeuvre de l’esprit.

Cher Lauréats, pour perpétuer cet esprit de reconnaissance de mérite, notre Ministère, s’apprête, à commémorer, en partenariat avec la Ville de Kinshasa, les Héros Culturels et Artistiques qui nous ont précédés dans l’au-delà. Célébration Sous le Thème " Banganga Bakenda".

De même notre Ministère, dans le cadre de la politique culturelle définie par le Gouvernement, s’emploie à revaloriser en partenariat avec le Ministère du Tourisme, le patrimoine culturel matériel et immatériel, les sites historiques à travers la République, les sites liés à la traite négrière, à Nsiamfumu, Province du Kongo-Central, la Prison de transit, dans la Province du Haut Katanga, dans les sites du Maniema, à Nyangwe, Kabambare, Kasongo, etc.

Que me reste-t-il encore si non réitérer notre gratitude au président de la République, Chef de l’Etat qui, malgré ses multiples occupations a daigné présider personnellement cette manifestation. Preuve, si besoin en était encore, de son attention et son intérêt pour touts les secteurs de la vie nationale.

A tout le ghota intellectuel, culturel, économique et politique ici présent, je dis merci également.

Que Dieu bénisse la République Démocratique du Congo

Mot de circonstance du ministre de la Culture et des Arts, Baudouin Banza Mukalay

Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat " Avec l’expression de mes hommages les plus déférents"

Honorable Président de l’Assemblée Nationale

Honorable Président du Sénat

Honorables Députés et Sénateurs

Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement Messieurs les membres du Gouvernement et Chers Collègues Monsieur le Gouverneur de la Ville de Kinshasa

Madame la Bourgmestre de la Commune de Lingwala

Mesdames et Messieurs en vos différents titres et qualités.

C’est pour moi un grand honneur doublé d’un plaisir indicible de prendre la parole, ce jour, sur les perrons du palais du peuple, cet agora des temps modernes où le peuple s’exprime du fond de sa souveraineté. Lieu chargé d’histoires.

En liminaire, je voudrais ici, présenter mes vœux les meilleurs pour les fêtes de Noël et de nouvel an au Président de la République, Chef de l’Etat à qui je souhaite santé, prospérité et courage.

Le caractère hautement exceptionnel de la manifestation qui nous réunit ce jour n’échappe à personne.

Exceptionnel d’abord par la présence de la plus haute Autorité du pays, j’ai cité, Son Excellence Joseph KABILA KABANGE, Président de la République, Chef de l’Etat.

Exceptionnel en suite par le nombre des lauréats, 90 au total. Exceptionnel enfin par leur qualité et leur diversité.

Ils sont issus de diverses disciplines, de la musique, de belles lettres, des arts vivants et l’artisanat, de l’architecture, de la photographie, de la critique d’arts, de la mode, de la publicité, du cinéma et de la sculpture. Ils sont venus de différentes provinces et de la diaspora.

Ce sont ceux-là qui vont recevoir des mains du Grand Chancelier des Ordres Nationaux, le Président Joseph KABILA KABANGE, la preuve de la reconnaissance de la Nation pour leurs exploits dans le domaine de la culture et des arts.

Aujourd’hui, la culture a pris rendez-vous avec elle-même au milieu d’un jour de grand soleil. La culture nous invite à célébrer les meilleurs de ses fils et filles.

A travers cette cérémonie, le travail de l’Esprit est magnifié, sublimé, porté au pinacle de la reconnaissance. C’est pour dire le culte du travail exigeant qui gagne en vertu, en dignité et en humanité, voila pourquoi, Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, nous ne vous remercierons jamais assez.

En regardant chacun des lauréats du jour, on devine l’auréole d’une âme, inventive, créative, anoblie par la forge de nos terroirs multiples.

En cela, la présente cérémonie se veut un rite fondateur d’une culture de reconnaissance du mérite, mérite du travail bien fait, un appel et une promesse d’un humanisme en partage, un appel à l’unité et à la fraternité des corps et des esprits dans la chaleur de la forge inventive.

Les lauréats nous appellent à la suite du Président de la République, à plus de fraternité, à plus d’amitié et à plus de dialogue.

Dialoguer c’est entendre, mais surtout écouter l’autre, dialoguer c’est regarder mais surtout voir l’autre, dialoguer c’est toucher mais surtout sentir l’autre. Chez nous en Afrique, le dialogue procède donc de notre culture.

La culture est l’élément essentiel qui rapproche les peuples et consolide la cohésion nationale. C’est pourquoi le Gouvernement de la République tient, désormais, à faire de la culture un vecteur du développement durable, car, en elle, une société vit et projette son avenir ses rêves, ses peines, ses craintes, ses espoirs, ses normes et ses valeurs, c’est la culture qui façonne les individus pour en faire les citoyens actifs et responsables.

C’est encore la culture qui propulse l’image d’un pays. C’est le lieu de nous rappeler que notre pays n’est pas qu’un scandale géologique, comme on dit souvent mais il est également un scandale culturel mieux une merveille culturelle.

C’est avec un bonheur renouvelé que je voudrais annoncer que sur les 5 villes dites ’créatives " que l’UNESCO vient de classer en Afrique sur la liste du patrimoine immatériel de l’humanité, deux (2) appartiennent à la République Démocratique du Congo, à savoir : la ville de Kinshasa sous la thématique de ville de la musique et la ville de Lubumbashi dans la thématique de ville artisanale dans l’Art populaire. Ce qui montre que notre pays est rempli de talents qui naissent et croissent.

Tous ces exploits se font grâce à votre impulsion personnelle. Impulsion qui garantit la liberté de pensée, sève de toute oeuvre de l’esprit.

Cher Lauréats, pour perpétuer cet esprit de reconnaissance de mérite, notre Ministère, s’apprête, à commémorer, en partenariat avec la Ville de Kinshasa, les Héros Culturels et Artistiques qui nous ont précédés dans l’au-delà. Célébration Sous le Thème " Banganga Bakenda".

De même notre Ministère, dans le cadre de la politique culturelle définie par le Gouvernement, s’emploie à revaloriser en partenariat avec le Ministère du Tourisme, le patrimoine culturel matériel et immatériel, les sites historiques à travers la République, les sites liés à la traite négrière, à Nsiamfumu, Province du Kongo-Central, la Prison de transit, dans la Province du Haut Katanga, dans les sites du Maniema, à Nyangwe, Kabambare, Kasongo, etc.

Que me reste-t-il encore si non réitérer notre gratitude au président de la République, Chef de l’Etat qui, malgré ses multiples occupations a daigné présider personnellement cette manifestation. Preuve, si besoin en était encore, de son attention et son intérêt pour touts les secteurs de la vie nationale.

A tout le ghota intellectuel, culturel, économique et politique ici présent, je dis merci également.

Que Dieu bénisse la République Démocratique du Congo

Je vous remercie.


Cet article a été lu 3874 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0