50 ans de l'UA : Rien de neuf

Font size: Decrease font Enlarge font
image Mouammar KADHAFI

Il semble que l'Union africaine (UA) vient de totaliser 50 ans d'existence. Age qui consiste pour un homme d'être plus que sage. Pour célébrer ce " Jubilé d'or ", une trentaine de chefs d'Etat et des gouvernements se sont retrouvés, du 25 au 26 mai, dans la capitale éthiopienne. La suite, on la connaît… Rien de neuf si ce n'est que du déjà entendu et du déjà vu !

Pourtant, l'on sait qu'à sa création, alors Organisation de l'unité africaine (OUA), la mission première de cette organisation était de promouvoir l'unité et la solidarité entre les Etats africains en vue d'un avenir politique et économique meilleur et durable.

Mais 50 ans après, cette organisation semble naviguer à vue: sans boussole. Tant elle apparait désormais comme un organe sans réel pouvoir, un club de chefs d'Etats amis, pour la plupart autocrates qui n'ont pas eu le mérite  de répondre aux attentes de leurs peuples.

Presqu'absente dans la résolution de différentes crises qui mine le continent, l'UA ne convainc plus les Africains. Pas d'impact réel sur le continent. Au Mali, en RDC, à  Madagascar, en Libye, en Tunisie, en Egypte, en Cote d'Ivoire, en Angola, en RCA, …, l'UA a été inexistante. Juste des prises de positions sporadiques à faire rire.

Malgré quelques succès sporadiques, l'action de l'organisation reste souvent entravée par de profondes divisions en son sein. Que de contradiction pour créer, par exemple, la Force africaine en attente (FAA) et la monnaie unique. Projet initié par le défunt Mouammar Kadhafi. A ce jour, ce projet semble battre de l'aile. On ne l'évoque presque plus, même en sourdine.

Au lieu de rationnaliser ses efforts en matière d'intégration, elle est plus attentiste et croit toujours au miracle  du vieux continent, son " allié de taille ". La résolution des crises politiques, les stratégiques de lutte contre la pauvreté, l'émergence d'une classe moyenne, connait pas. Pourtant, son avènement était considéré comme un événement majeur dans l'évolution institutionnelle du continent.

En effet, le 9 septembre1999, les Chefs d'Etat et de gouvernement de l'Organisation de l'Unité africaine (OUA) ont adopté une déclaration, la Déclaration de Syrte, demandant la création de l'Union africaine en vue, entre autres, d'accélérer le processus d'intégration sur le continent afin de permettre à l'Afrique de jouer le rôle qui lui revient dans l'économie mondiale, tout en déployant des efforts pour résoudre les problèmes sociaux, économiques et politiques multiformes auxquels elle était confrontée, problèmes accentués par certains effets négatifs de la mondialisation.

Ses principaux objectifs étaient notamment " d'éliminer les derniers vestiges du colonialisme ". Vous avez bien lu du colonialisme ? " De renforcer l'unité et la solidarité des Etats africains ". Elle est où ? Quand on malmène certains chefs d'Etat africains sous l'œil complaisant de l'UA ! " De coordonner et d'intensifier la coopération en faveur du développement économique de défendre la souveraineté et l'intégrité territoriale des Etats membres ".  Et de favoriser la coopération internationale, dans le cadre des Nations Unies. Un rêve qui tarde à se concrétiser.

UA ? Elle a encore beaucoup de chemin à faire.

[Willy K.]


Cet article a été lu 3604 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0