Tunisie : Des attaques terroristes inspirées par DAECH

Font size: Decrease font Enlarge font
image Abu Bakr Al-Baghdadi - ISIS leader

Près de quarante morts à la suite de l’attentat de Sousse en Tunisie. Et le bilan , hélas, est loin d’être définitif . Parmi ces victimes innocentes de la barbarie , un nombre important de Britanniques . L’attaque contre la station balnéaire de Sousse fait résonner comme en écho l’attentat du musée de Bardo à Tunis, voici trois mois. Il s’agit, dans les deux cas, des attaques terroristes inspirées par le fameux DAECH, c’est-à- dire l’Organisation de l’Etat islamique . Une espèce d’internationale terroriste aux antipodes des valeurs de paix que véhicule l’islam.

Cet attentat de Sousse s’inscrit donc dans un vaste projet de propagation de l’extrémisme dans l’espace arabo-musulman. Mais, pas seulement. Et dans cette Afrique du Nord post-printemps arabes, la Tunisie paraît une cible de choix pour DAECH, Al Qaïda et leurs affidés respectifs. 

Ce pays , qui a fait le pari de la modernité et donc de l’ouverture dès son indépendance avec le président Bourguiba, a su négocier son passage du régime autoritaire à la démocratie. La Tunisie faisant ainsi partie des pays arabo-musulmans à donner la preuve que l’islam est compatible avec la démocratie pluraliste. Et tout ce qui va avec en termes de libertés.

En frappant, en mars dernier, un musée et vendredi 26 juin un hôtel fréquenté par des touristes, ce sont deux symboles à la fois de culture et d’ouverture à l’extérieur qui ont été visés. L’objectif étant de créer de la peur et en même temps de fragiliser l’économie tunisienne qui dépend en partie du tourisme.

AIDER LA TUNISIE A COMBATTRE LE TERRORISME

Reste que lorsqu’on aura fini de condamner l’attentat, de compatir avec les Tunisiens et tous les pays qui ont perdu leurs ressortissants dans l’attaque, il restera bien le plus déterminant. A savoir que, d’une part, la Tunisie a grandement besoin du soutien des pays démocratiques autrement mieux équipés qu’elle pour combattre efficacement le terrorisme. Depuis l’attentat contre le musée de Bardo, des tonnes de messages de sympathie sont tombés , telle la pluie, sur le pays de la Révolution du Jasmin. Une marche internationale a même eu lieu à Tunis. Cette solidarité avec le peuple tunisien n’était pas certes négligeable .

Mais, pour fort qu’il ait été cette marque d’amitié et de fraternité ne saurait à elle seule tenir lieu de réponse au terrorisme . Il est essentiel d’aider matériellement la Tunisie à faire face à ce danger rampant. A cette espèce de cancer qui a vocation à se métastaser si rien n’est fait . D’autant qu’à côté de la Tunisie se situe la tumeur cancéreuse . 

La Libye post-Kadhafi devenue un no man’s land ou plus exactement un repaire de tous les « jihadistes » interroge et défie la communauté internationale. Avec en premier, certaines capitales occidentales qui ont liquidé Mouammar Kadhafi et son régime sans penser le moins du monde au service après vente . Aujourd’hui, la Tunisie démocratique paie un lourd tribut de son voisinage immédiat avec la Libye . A qui le prochain tour ? Vivement des actions conséquentes contre le terrorisme ! 

[José NAWEJ]


Cet article a été lu 2948 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0