Libye : Le fils de Kadhafi sous protection de mercenaires sud-africains

Font size: Decrease font Enlarge font
image Seif el-Islam, le fils de Mouammar Kaddafi

Annoncé chaque jour dans un pays différent, Seif el-Islam, ancien héritier désigné du « Guide », serait dans le sud de la Libye accompagné d’un groupe de mercenaires sud-africains qui chercherait à l’exfiltrer au Niger, selon le quotidien sud-africain Beeld.

Sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l’humanité, Seif el-Islam, fils de Mouammar Kaddafi, et Abdallah Senoussi, ex-chef des services secrets de l’ancien "Guide", sont signalés en fuite entre la Libye et le Mali.

Deux hommes en cavale. Seif el-Islam, le fils de Mouammar Kaddafi, et Abdallah Senoussi, l’ancien chef des services secrets libyens, tous deux visés par un mandat d’arrêt de la CPI  pour crimes contre l’humanité sont toujours en fuite, séparément.

Annoncé chaque jour dans un pays différent, Seif el-Islam, ancien héritier désigné du « Guide », serait dans le sud de la Libye accompagné d’un groupe de mercenaires sud-africains qui chercherait à l’exfiltrer au Niger, selon le quotidien sud-africain Beeld. Toujours selon ce journal, des avions seraient positionnés à Johannesburg et à Sharjah, dans les Émirats arabes unis, pour aller rechercher les mercenaires - et éventuellement Seif el-Islam - dès que la situation le permettra.

« Les autorités sud-africaines mènent une enquête », a indiqué l'ambassadeur sud-africain à l'ONU, Baso Sangqu. « Nous vérifions les faits. Il y a des lois, mais ces gens agissent de leur propre initiative. Que pouvons-nous faire ? », a-t-il expliqué. 

Senoussi au Mali

Le fils de Mouammar Kaddafi, qui contrairement à son père et son frère Moatassem, est parvenu à s’échapper de Syrte, n’aurait donc pas l’intention de se rendre à la CPI comme un temps annoncé. Il est actuellement recherché par Interpol.

Lui aussi dans le viseur de la justice internationale, Abdallah Senoussi, signalé en compagnie de Seif el-Islam près de la frontière entre la Libye et le Niger par des touaregs nigériens mardi, serait aujourd’hui au Mali.

« Abdallah Senoussi est arrivé dans le désert malien, en provenance du Niger », a affirmé une source sécuritaire nigérienne sous couvert de l'anonymat. L’ex-chef des services secrets libyens serait accompagné « d’une petite équipe d’hommes », toujours selon cette source.

Fin à l’intervention militaire de l’Otan en Libye

Le Conseil de sécurité des Nations unies a voté ce jeudi 27 mars à l’unanimité une résolution mettant fin à l’intervention militaire de l’Otan en Libye.

Évoqué depuis mercredi, l’arrêt de l’intervention militaire de l’Otan en Libye a été voté à l’unanimité jeudi 27 mars par le Conseil de sécurité de l’ONU. La mission de l’organisation transatlantique prendra donc fin le 31 octobre à minuit, et ce malgré les appels des nouvelles autorités libyennes à prolonger la mission jusqu’à la fin de l’année.

Fin de la mission de protection des civils

« La chute de Syrte a conduit les dirigeants libyens à déclarer la libération du territoire libyen le 23 octobre dernier. Prenant acte de cette évolution, le Conseil de sécurité devrait adopter aujourd'hui une résolution mettant fin aux autorisations de la résolution 1973 ayant permis l'usage de la force pour protéger les civils et faire respecter la zone d'exclusion aérienne », avait préalablement déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères français, Bernard Valéro.

Par cette décision le conseil ordonne la fin de l'autorisation d'une zone d'exclusion aérienne et de toute action militaire pour protéger les civils à compter de 23H59 (heure libyenne) le 31 octobre. La résolution allège également l'embargo international sur les armes et met fin au gel des avoirs de la Corporation nationale libyenne du pétrole, de la Zuetina Oil Company, de même que les restrictions visant la Banque centrale de Libye, la Libyan Arab Foreign Bank, la Libyan Investment Authority, et la Libyan Africa Investment Portfolio.

L'Otan doit se réunir vendredi à Bruxelles pour officialiser la fin des frappes en Libye, qui durent depuis le 17 mars.

(Avec agences)


Cet article a été lu 6729 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0