Egypte, la honte d'une justice téléguidée

Font size: Decrease font Enlarge font
image Mohamed Morsi - Le président égyptien Mohamed Morsi, le 8 janvier 2013 au Caire.

Un tribunal égyptien a blanchi samedi l'ancien président Hosni Moubarak de l'accusation de complicité de meurtres qui pesait sur lui après la mort de centaines de manifestants durant la révolte de 2011 qui a mis fin à ses 30 années au pouvoir.

La cour a également acquitté M. Moubarak, âgé de 86 ans, d'accusations de corruption, notamment dans le cadre de la vente de gaz naturel égyptien à Israël qui se serait faite en dessous des prix du marché.

Cinq hauts responsables de la sécurité, dont l'ex-ministre de l'Intérieur de l'ancien président Hosni Moubarak, ont été également acquittés par le juge Mahmoud Kamel al-Rashidi, qui les a déclarés "innocents".

Néanmoins celui qui a dirigé pendant trois décennies le pays d'une main de fer est toujours en détention dans un hôpital militaire car il purge une peine de prison de trois ans dans le cadre d'un autre jugement pour corruption.

Le temps passé par M. Moubarak en détention provisoire est pris en compte dans le décompte de sa peine, a indiqué à l'AFP son avocat Farid el-Deeb. Selon lui, M. Moubarak "a déjà purgé les deux tiers de sa peine".

Arrêté en 2011, M. Moubarak a déjà passé au moins deux années en détention provisoire.

"Selon un récent amendement législatif, une fois que les deux-tiers de la peine sont purgés, il peut y avoir libération", a ajouté M. el-Deeb.

Un millier de personnes ont manifesté samedi soir près de la place Tahrir pour protester contre le verdict de M. Moubarak. La police a dispersé le rassemblement et deux personnes ont été tuées et neuf blessés dans les heurts, selon un nouveau bilan communiqué par le porte-parole du ministère de la Santé, Hossam Abdel Ghaffar.

Au moins 85 personnes avaient été arrêtées dans ces violences, "toutes ont été relâchées à l'exception de quatre personnes", a indiqué à l'AFP M. Ramy Ghanem, un avocat des droits de l'Homme et membre du "front de défense des manifestants", qui n'était pas en mesure de dire pourquoi les quatre avaient été retenues.


Cet article a été lu 2407 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0