Egypte : Frères musulmans, retour à la clandestinité

Font size: Decrease font Enlarge font
image Mohamed MORSI - Président de l'Egypte.

La justice égyptienne a interdit lundi les "activités" des Frères musulmans et de son organisation non gouvernementale. Les membres de la confrérie dénoncent une décision "politique".

La justice a interdit, lundi 23 septembre, les activités des Frères musulmans en Égypte, et a ordonné la confiscation des biens de l'influente confrérie. Une nouvelle étape de la campagne de répression orchestrée par les nouvelles autorités du Caire, envers le groupe, dont est issu le président Mohamed Morsi, destitué début juillet.

"La cour interdit les activités de l'organisation des Frères musulmans et de son organisation non gouvernementale, et toutes les activités auxquelles elle participe, et toute organisation qui en dérive", peut-on lire dans un arrêt rendu lundi.

Les Frères musulmans ont réagi, via leur compte Twitter, en qualifiant ce jugement de "politique et entaché de corruption". Ils ont par ailleurs promis de rester "présents sur le terrain".

Le 6 septembre, les autorités égyptiennes avaient déjà annoncé la dissolution d’une ONG liée au groupe islamiste, accusée de servir de façade à la confrérie. Les Frères musulmans eux-mêmes, fondés il y a 85 ans, n'ont jamais eu d'existence légale en Égypte, tantôt tolérés, tantôt sévèrement réprimés.

Depuis la destitution de Mohamed Morsi et son arrestation, les nouvelles autorités installées par l'armée répriment dans le sang les manifestations de ses partisans, et ont arrêté les principaux dirigeants de la confrérie.

Avec dépêches


Cet article a été lu 3238 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0