Arrestation de Jamil MUKULU : Le silence de Kinshasa est inquiétant

Font size: Decrease font Enlarge font
image Jamil MUKULU

Qu’est devenu Jamil Mukulu, le numéro 1 des rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) ? Où est passé ce voyou ougandais dont la rébellion a sur ses mains du sang de plusieurs milliers de familles des Congolais victimes de ses exactions et actes barbares commis. En se posant toutes ces questions, ces familles ne cessent de réclamer la tête de Sheik Jamil Mukulu. Depuis son arrestation en avril dernier en Tanzanie, un silence épais couvre l’existence de Jamil Mukulu. Le silence de Kinshasa est inquiétant.

Il y a près de deux mois depuis que Jamil Mukulu (51 ans), chef rebelle de l’ADF/NALU depuis 2007 a été arrêté par les forces spéciales  de la République unie de Tanzanie, après avoir échappé pendant plus de 30 ans à toute arrestation.

Après quelques bruits faits par les autorités ougandaises et congolaises, chacune de leur côté, pour réclamer son extradition dans leur pays respectif, c’est le silence total. Comme si ce rebelle qui doit répondre de ses nombreux actes odieux commis principalement en République démocratique du Congo a été furtivement extradé soit en Ouganda soit dans un autre pays, pas en RDC.

Les nombreuses familles de Congolais dans lesquelles les rebelles de l’ADF ont enlevé ou mutilé des êtres chers n’entendent pas rester silencieuses alors que l’une des personnes à la base de leur malheur a été arrêtée. Une rébellion réputée pour sa cruauté et sa barbarie. En effet, faisant l’économie de leurs munitions, les rebelles de l’ADF-Nalu utilisent des haches, des machettes, des houes, des marteaux pour envoyer ad patres les compatriotes de Beni.

Accord tacite ?

Peut-on conclure que Kinshasa est arrivé à se faire duper par Kampala qui aurait réussi à avoir la tête de Jamil Mukulu auprès des autorités tanzaniennes ? Ou Kinshasa et Kampala sont-ils parvenus à un accord tacite permettant au voyou de Jamil Mukulu de rentrer dans son pays retrouver sa famille ? Ce qui serait cracher sur la mémoire de milliers de victimes  provoquées par les exactions de l’ADF-Nalu qui continue à répandre le sang des Congolais dans le territoire de Beni où cette rébellion a déjà fait plus de 400 victimes.

Or, ces victimes ainsi que leurs familles ne cherchent que réparation. Une réparation qui passe immanquablement par la justice devant laquelle le sanguinaire Jamil Mukulu devra comparaître pour répondre de ses actes ignobles.

Que Jamil Mukulu n’emboîte pas le pas des criminels comme Nkundabatware qui, dans les montagnes sanguinolentes des Kivu, se donnait le plaisir de trucider des Congolais au nom du Rwanda, avant que Paul Kagame ne retire ce pion de l’échiquier, son rôle terminé. Depuis,  on ne parle plus de ce pasteur avec Bible à la main gauche et Kalachnikov à la main droite, le doigt sur la gâchette, prêt à flinguer.

Si Jamil Mukulu venait à disparaître sans donner de ses nouvelles comme aujourd’hui Laurent Nkundabatware dont on ne parle plus, après avoir été mis à l’abri des radars des Congolais, nous donnerions notre tête à couper que le Rwanda et l’Ouganda ont une mission funeste similaire en RDC : venir en territoire congolais pour tuer les hommes, les femmes et les enfants  de la RDC qu’ils estimeraient en surnombre pour en réduire la population.

Sinon, que Kinshasa s’investisse pour obtenir l’extradition de Jamil Mukulu vers le pays où sa barbarie a fait plus de victimes que dans son propre pays, l’Ouganda.

[Kléber Kungu]


Cet article a été lu 4037 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0