Kordofan, les armes fourni par le régime de Khartoum sont utilisés dans des rivalités locales

Font size: Decrease font Enlarge font
image Guerre - Kordofan, Sud-Soudan

Le Kordofan-ouest est frontalier à la fois du Kordofan-sud, théâtre depuis trois ans d'une rébellion de la branche nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N), et du Darfour, où le conflit en cours depuis plus d'une décennie redouble de violences depuis plusieurs mois. Des experts ont mis en garde contre la détérioration des relations entre Khartoum et les tribus. D'autant plus que les autorités leur ont fourni des armes pour qu'elles combattent les rebelles, armes qu'elles tendent désormais à utiliser dans des rivalités locales liées aux terres, à l'eau et aux ressources minéralogiques.

Plus de cent personnes ont péri au Soudan dans des affrontements entre deux clans d'une tribu du Kordofan-ouest se disputant des terres dans cette région riche en pétrole, ont indiqué jeudi à l'AFP des chefs tribaux.

Ces combats, qui ont éclaté dimanche entre deux clans de la puissante tribu arabe des Misseriya --les al-Zioud et les Awlad Amrane-- et se poursuivaient jeudi, ont fait 133 morts, selon le chef de tribu Mokhtar Babo Nimir, qui a évoqué un nombre "élevé" de blessés.

D'après un autre chef tribal, non impliqué dans ces combats près de la frontière avec le Soudan du Sud, "il n'y a pas de troupes gouvernementales pour séparer les belligérants et plus de 100 personnes ont été tuées".

Les affrontements tribaux causés par des disputes sur la propriété des terres et du bétail sont fréquents et meurtriers au Soudan.

Le Kordofan-ouest est frontalier à la fois du Kordofan-sud, théâtre depuis trois ans d'une rébellion de la branche nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N), et du Darfour, où le conflit en cours depuis plus d'une décennie redouble de violences depuis plusieurs mois.

Des experts ont mis en garde contre la détérioration des relations entre Khartoum et les tribus. D'autant plus que les autorités leur ont fourni des armes pour qu'elles combattent les rebelles, armes qu'elles tendent désormais à utiliser dans des rivalités locales liées aux terres, à l'eau et aux ressources minéralogiques.

[Afp]


Cet article a été lu 2150 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0