RDC : Arrivée massive des sud-soudanais dans les provinces du Haut-Uélé et du Bas-Uélé

Font size: Decrease font Enlarge font
image Réfugiés sud-soudanais

Depuis quelques temps, plusieurs vagues d’arrivée massive des ressortissants sud-soudanais sont enregistrées dans les provinces congolaises du Haut-Uélé et du Bas-Uélé, où leur nombre estimé à des milliers des personnes ne cesse d’augmenter.

Les dernières chiffres livrés par des sources humanitaires indiquent que plus de 3 000 ressortissants sud-soudanais ont traversé, depuis le 17 novembre dernier la frontière congolaise et ont pour la plupart de cas trouvé refuge auprès de familles d’accueil.

Ces personnes ont fui l’insécurité qui prévaut actuellement dans leur pays (Soudan du Sud), consécutive aux conflits intercommunautaires dans la région d’Ezo. Elles sont arrivées notamment dans le territoire de Dungu (Haut-Uelé) et dans celui d’Ango (Bas-Uelé).

Avec plus de précision, ces refugiés sud-soudanais, affirment d’avoir fui des affrontements ethniques opposant les Dinga aux Zande dans la localité d’Ezo (Soudan du Sud).  Ils bénéficient ainsi de l’hospitalité des populations des localités de Naparka, Doruma et Gangala dans le territoire de Dungu et de Mopoyi, dans le territoire d’Ango.

Dans ces vagues des personnes fuyant l’insécurité dans ce pays voisin, il n’y a pas que des ressortissants sud-soudanais, mais également des ressortissants congolais. A toute chose malheur est bon, dit-t-on, ces compatriotes qui avaient à leur tour fui les attaques des rebelles ougandais de l’Armée de résistance du seigneur (LRA) dans leurs villages respectifs, ont profité de ces incidents pour regagner le pays.

Certainement pour en avoir plus de détails, une mission, constituée du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), du Programme alimentaire mondial (PAM), de l’organisation non gouvernementale INTERSOS et de la Commission nationale pour les réfugiés (CNR), s’est rendue le 24 novembre dernier dans les villages touchés par les vagues d’arrivée massive des réfugiés sud-soudanais pour une évaluation des besoins et l’enregistrement de ces personnes.

Dans l’entre-temps, rassure-t-on, si la situation venait à se dégrader davantage à Ezo et leur présence perdure dans le Bas-Uele, le HCR et ses partenaires sont en train de se préparer pour d’éventuelles interventions.

Quatre chasseurs kidnappés

Par ailleurs, l’environnement sécuritaire dans ces deux  provinces (Haut-Uélé et de Bas-Uélé) constate-t-on, reste marqué par la poursuite des activités militaires menées par les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) avec l’appui des troupes onusiennes, contre les exactions des éléments réfractaires de l’Armée de résistance du seigneur (LRA).

Dans la province de Haut-Uélé, quatre  chasseurs ont été kidnappés le 22 novembre dernier  par des présumés éléments de la LRA dans la région située à 30 kilomètres à l’Est de la localité de Masombo, située à 65 kilomètres au Nord-est de Doruma.

Un jour après, soit le 23 novembre dernier, un groupe d’éléments supposés appartenir à la LRA, a tendu une embuscade à deux  motocyclistes dans la région située près de la localité de Tomati, située à 30 kilomètres au Sud-est de Sambia (136 kilomètres au Sud-est de Dungu), dans le territoire de Faradje et pillé tous leurs biens.

Les mêmes hommes armés, très actifs sur l’axe Nambia-Niangara-Bangadi, ont tendu le 25 novembre dernier une embuscade à dix individus dans la localité de Mabadabada, située à 23 kilomètres au Nord de Niangara et pillé de l’argent, des denrées alimentaires, ainsi que d’autres biens de valeur. C’est dans ce contexte que des unités des forces des Nations Unies  déployées au poste opérationnel de Nagero, situé à approximativement 23 kilomètres à l’Ouest de Faradje, poursuivent conjointement avec les troupes gouvernementales, la lutte contre l’activisme des éléments de la LRA, dans le but d’assurer une protection optimale des populations civiles vivant dans les provinces de Haut-Uélé  et de Bas-Uélé.

Une opération qui s’avère salutaire sur le terrain, car une patrouille conjointe d’intervention rapide armée loyaliste-mission onusienne, a fait avorter le 27 novembre dernier le kidnapping d’une fille de 13 ans par trois éléments de la LRA dans la localité de Nakale, située à 12 kilomètres à l’Est de Duru, dans le territoire de Dungu.

Alors que dans la province de l’Ituri, cinq incidents majeurs liés à l’activisme des éléments du Front de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI) contre les populations civiles, ont été enregistrés dans les localités situées au Sud du territoire d’Irumu, notamment Aveluma, Bahura, Nyasona, (à respectivement 23, 17, et 20 kilomètres au Nord-ouest, Nord et Nord-ouest d’Aveba), Androzo et Kaengelo.

Sans désemparée, les forces gouvernementales poursuivant leurs activités militaires destinées à contrer les activités négatives des éléments du FRPI.

Une zone d’exploitation minière investie par FRPI

Pas plus tard que le 26 novembre dernier, des insurgés du FRPI ont investi la zone d’exploitation minière dénommée  »Grâce à Dieu », située à plus ou moins  77 kilomètres au Sud de Bunia et pillé une importante quantité d’or et des biens domestiques. Deux jours après, le 28 novembre dernier, vingt autres  éléments du FRPI ont attaqué la localité de Kaengelo et pillé deux magasins. Des troupes d’intervention rapide des FARDC déployées dans la région sont intervenues et ont repoussé les assaillants.

Toujours pour faire face à ces attaques, des troupes onusiennes basées au poste opérationnel d’Aveba ont été immédiatement projetés sur les lieux de l’incident, dans le but de dissuader de nouvelles attaques, de mener des patrouilles vigoureuses de domination de terrain, et d’assurer également la protection des populations civiles.

Un civil blessé suite à ces accrochages, a été évacué par les troupes des Nations Unies vers l’hôpital d’Aveba pour des soins appropriés. Enfin, le 29 novembre dernier, suite aux combats entre les FARDC et les rebelles de l’ADF dans le territoire de Beni, un large mouvement des populations civiles a été observé dans la région du Sud Irumu, vers Luna, à 75 kilomètres au Sud-ouest de Komanda et 150 kilomètres au Sud-ouest de Bunia, le long de l’axe LunaKomanda.

[Dovin Ntelolo Diasonga]


Cet article a été lu 2579 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0