Tchad : Hissène Habré tombe du haut de son piédestal

Font size: Decrease font Enlarge font
image Hissène Habré et Ronald Reagan

Personne n’est si important pour monter si haut sans qu’un jour le destin implacable ne le descende impitoyablement de son piédestal. Comme il n’existe aucun humain sur Terre moins important pour descendre si bas sans espoir de remonter, un jour, pour être vu. Telle est la leçon que l’on peut tirer de cette vie pleine d’aléas. Que dire de ce qui arrive à Hissème Habré depuis son incarcération à Dakar en 2013  -dont le procès a commencé le 20 juillet – après avoir été déposé le 1er décembre 1990 par son lieutenant, Idriiss Déby. l’actuel  président tchadien ? La vie de bien des dictateurs et autres despotes a fini dans une geôle, comme celle de beaucoup de prisonniers a fini au soleil, à l’instar de celle du célébrissime Nelson Mandela après avoir passé 27 ans en prison.

Un président et un prisonnier ont beaucoup de similitudes dans leur destin. Si bien qu’il arrive souvent qu’un président devienne  prisonnier et un prisonnier a également toutes les chances de devenir président…C’est-à-dire qu’à la faveur des circonstances dues à la mauvaise ou bonne gestion de leur vie, une personne peut facilement tomber du haut de son piédestal ou faire le chemin contraire.

L’Histoire judiciaire de ce monde est riche en renseignements ou récits de ce genre. On a connu beaucoup d’hommes qui se sont hissés au haut  de la gloire à la faveur des circonstances favorables. Le plus grand nombre d’entre eux se recrute parmi les dirigeants de ce monde, toutes fonctions confondues, spécialement les chefs d’Etat. Ivres du pouvoir enivrant qui rend sourd, aveugle, voire insensé, les chefs d’Etat ne font que ce qui contente leur cœur, n’entendent que la voix de leur conscience et ne voient que ce que voient leurs yeux aveugles.

Un chef d’Etat ne naît pas chef d’Etat. Il le devient par diverses voies, y compris, en Afrique, antidémocratiques. Il y en a qui naissent dans des palais présidentiels sans devenir présidents d’un pays, comme il en existe qui le deviennent. Par contre, un grand nombre de ceux qui sont devenus premiers citoyens de leur pays ne sont pas issus de familles présidentielles.

Il arrive la même situation à un prisonnier. Qui ne naît pas, lui, non plus, prisonnier, même s’il y en a qui peuvent naître dans une prison. Plusieurs causes poussent des personnes à devenir des prisonniers, le choix d’un mauvais chemin, notamment.

Quoi qu’il arrive, un président et un prisonnier ont pratiquement un même destin. A juger par ces faits. Lorsqu’un chef de l’Etat se déplace, toute une disposition sécuritaire accompagne son déplacement, policiers et militaires veillent que rien de fâcheux ne lui arrive. Policiers et militaires qui accompagnent le chef de l’Etat sont armés jusqu’aux dents, prêts à tirer sur tout ce qui bouge.

Un président et un prisonnier prêtent serment

Le déplacement d’un prisonnier est également entouré de toute cette précaution sécuritaire pour que le prisonnier arrive sain et sauf à destination. Les agents de l’ordre qui accompagnent le véhicule transportant des prisonniers ont la main sur la gâchette, prêts à ouvrir le feu.

Le cortège de  l’un et de l’autre roule à vive allure  Gare à quiconque se hasarderait à en freiner la progression de quelque manière que ce soit…

Savez-vous qu’un président de République prête serment lorsqu’il entre en fonction et qu’un prisonnier le fait également lorsqu’il comparaît devant le juge. Quelle similitude lorsqu’on constate malheureusement que les deux respectent rarement leur parole.

Le palais présidentiel est traditionnellement gardé par des agents de l’ordre. Rappelez-vous qu’une prison est également gardée par des agents de l’ordre. Si les agents de l’ordre veillent qu’on ne touche pas à la vie du président, ils veillent également au grain pour qu’aucun prisonnier n’échappe de la geôle. Le palais présidentiel et une prison sont débaptisés ; ce qui n’est pas le cas pour nos habitations personnelles.

Aucun palais présidentiel n’appartient à un chef d’Etat

Dans un pays dirigé par un président, il y a un gouvernement. Il y en a également dans une prison.

Lorsqu’on a assumé les fonctions de chef de l’Etat, on reste presque éternellement marqué, si bien qu’un retour aux affaires ne le quitte presque pas. Même si on est sorti du palais présidentiel par un coup de force… Même s’il y a des prisonniers récidivistes qui répètent à ceux qui veulent les écouter que la prison est pour eux une maison où il fait bon vivre et que certains chefs d’Etat refusent d’abandonner le pouvoir en voulant occuper le plus longtemps possible le palais présidentiel, la prison n’appartient à aucun prisonnier ni le palais présidentiel à un chef de l’Etat.

Tout alléchante qu’elle puisse paraître, la fonction de la magistrature suprême reste une prison potentielle : quoique premier citoyen d’un pays, un chef de l’Etat n’est pas libre de tout faire : ses faits et gestes, ses dires sont soumis à un filtrage dû à son rang. Que dire d’un prisonnier ? Sa liberté est également restreinte. N’est plus libre de recevoir n’importe qui.

Personne n’est si important pour monter si haut sans qu’un jour le destin implacable ne le descende impitoyablement de son piédestal. Comme il n’existe aucun humain sur Terre moins important pour descendre si bas sans espoir de remonter, un jour, pour être vu. Telle est la leçon que l’on peut tirer de cette vie pleine d’aléas. Que dire de ce qui arrive à Hissème Habré depuis son incarcération à Dakar en 2013  -dont le procès a commencé le 20 juillet – après avoir été déposé le 1er décembre 1990 par son lieutenant, Idriiss Déby. l’actuel  président tchadien ? La vie de bien des dictateurs et autres despotes a fini dans une geôle, comme celle de beaucoup de prisonniers a fini au soleil, à l’instar de celle du célébrissime Nelson Mandela après avoir passé 27 ans en prison.

[Kléber Kungu]


Cet article a été lu 3300 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0