Tchad : Les dégâts causés par le régime de Hissène Habré sont incommensurables

Font size: Decrease font Enlarge font
image Hissène Habré et Francois Mitterrand

Hissène Habré, né en 1942, au pouvoir de 1982 jusqu'à son renversement en 1990 par l'actuel chef de l'Etat, Idriss Déby Itno, s'était ensuite réfugié au Sénégal, où il bénéficia pendant plus de 20 ans de la bienveillance des autorités sénégalaises avant d'être finalement arrêté. Il y est toujours en attente de jugement par une juridiction spéciale créée par un accord entre le Sénégal et l'Union africaine (UA).

La justice tchadienne convoquée en session criminelle spéciale juge à N'djamena à partir de vendredi, notamment pour "assassinats" et "tortures", 29 complices présumés de l'ex-président Hissène Habré, renversé en 1990, inculpé de crimes contre l'humanité et détenu à Dakar.

Pour ce premier procès visant les crimes imputés à l'ex-président, dont certains remontent à bientôt trente ans, le principal accusé est Saleh Younous, un des anciens patrons de la sinistre et redoutée Direction de la Documentation et de la Sécurité (DDS, police politique).

Aujourd'hui encore, signe de la terreur qu'inspirait la DDS dans les années 80, certains habitants de N'djamena baissent toujours la voix en passant devant les anciens bâtiments de la DDS, pourtant dissoute.

"Tortionnaire redouté"

Dans le box des accusés figure également Mahamat Djibrine, présenté par la Commission nationale d?enquête tchadienne comme l'un des "tortionnaires les plus redoutés" du Tchad lors de ces années noires. Les autres accusés sont également pour l'essentiel des anciens agents de la DDS.

Ils sont jugés pour assassinats, tortures, séquestrations, détention arbitraire, coups et blessures et actes de barbarie.

Hissène Habré, né en 1942, au pouvoir de 1982 jusqu'à son renversement en 1990 par l'actuel chef de l'Etat, Idriss Déby Itno, s'était ensuite réfugié au Sénégal, où il bénéficia pendant plus de 20 ans de la bienveillance des autorités sénégalaises avant d'être finalement arrêté.

Il y est toujours en attente de jugement par une juridiction spéciale créée par un accord entre le Sénégal et l'Union africaine (UA).

"Les dégâts causés par le régime de Hissène Habré sont incommensurables. Face à cette situation, les victimes, constituées en association, ont formulé et déposé une plainte avec constitution de partie civile contre leurs anciens tortionnaires" devant un juge d'instruction du Tribunal de Ndjamena, qui a abouti au procès, avait expliqué à la presse le 30 octobre, le procureur général de N'djamena, Louapambé Mahouli Bruno.

Une session criminelle spéciale sera organisée du 14 novembre au 13 décembre "en vue de juger Saleh Younous et 28 autres coauteurs", avait-il ajouté.

Combat de 24 ans

Selon le procureur, "le gouvernement, qui entend rendre justice à toutes les victimes, traduit ainsi dans les faits sa ferme volonté de lutter contre l'impunité".

En 2000, des dizaines de victimes avaient porté plainte à N'djamena contre une cinquantaine d'ex-responsables de l'appareil répressif du régime Habré.

Peu d'entre eux avaient été inquiétés jusqu'en 2013, année où la justice tchadienne a relancé ces poursuites, arrêté et inculpé plusieurs anciens tortionnaires présumés.

"Les survivants, les veuves et les orphelins du régime de Hissène Habré luttent depuis 24 ans pour que Hissène Habré et ses complices soient traduits en justice", selon Reed Brody, conseiller juridique à Human Rights Watch (HRW) qui travaille avec les victimes depuis 1999: "le procès des supposés sbires de Habré pourrait être un événement majeur de l?histoire du Tchad, mais un procès vicié serait une insulte aux victimes", a-t-il ajouté dans un communiqué à la presse.

Selon l'organisation de défense des droits de l'Homme, "les avocats des victimes craignent que les autorités tchadiennes ne soient en train d?expédier le dossier, sans l'attention et la préparation qu'il mérite, peut-être pour justifier le non-transfèrement de Younous et de Djibrine à Dakar", devant le tribunal spécial qui voulait les juger aux côtés de l'ex-président.

"Si le procès respecte les normes internationales, alors les victimes commenceront à retrouver la dignité qu'elles cherchent depuis 24 ans", selon Me Jacqueline Moudeina, principale avocate des victimes et présidente de l'Association tchadienne pour la promotion et la défense des droits de l'Homme (ATPDH), citée par HRW.

"Mais la vitesse avec laquelle le pouvoir judiciaire tchadien fait avancer le dossier, après des années de retard, laisse craindre que le procès sera expéditif et mal préparé", a-t-elle ajouté.

Des archives de la DDS dont HRW a pris connaissance "ont révélé les noms de 1. 208 personnes exécutées ou décédées en détention, et de 12. 321 victimes de violations des droits humains", pendant des années terribles marquées par des atrocités à grande échelle.

L'ex-président Habré, renversé en 1990 par l'actuel chef de l'Etat Idriss Deby, est parti en exil au Sénégal. Il a été arrêté le 30 juin 2013 à Dakar, puis a été inculpé de crimes contre l'humanité et crimes de guerre le 2 juillet 2013 par le tribunal spécial et placé en détention préventive.

[Afp]


Cet article a été lu 2820 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0