Rwanda : Paul KAGAME, le mercenaire en chef

Font size: Decrease font Enlarge font
image Paul KAGAME

La Cour suprême du Rwanda vient de rejeter la requête d‘un parti politique rwandais dénommé le Parti démocratique vert. Ce dernier s’opposait bon gré mal gré contre le projet de révision constitutionnelle introduit par des partisans de Paul Kagamé. Donc, après Nkurunziza au Burundi, toujours dans les Grands Lacs, Paul Kagamé, le mercenaire en chef s’assure de rester « Sese-Seko » au pouvoir. Un énième mandat l’attend en 2017. Ni Cohen ne le critique, ni le fils de Louis Michel comme premier ministre du Royaume de la Belgique n’ose s’en prendre en lui, il fait attendre la France juste pour un ambassadeur. Le mercenaire Paul Kagamé est le patron de la classe dite politique congolaise, je dis toutes tendances confondues. On peut alors dire, et ce en toute quiétude, jamais un sans deux, voire deux sans trois, son cheval de Troie en RD-Congo y restera.

Ban Ki Moon, dans son rôle de guignol à la tête du « machin » au service de Rome, a désigné ce jour un « nègre de service » à la direction de la Monusco. Et ce en remplacement de l’allemand Martin Köbler en RD-Congo. Son nom est monsieur Maman Sambo Sidikou. Et le nouveau commissaire de Ban Ki Moon en Rd-Congo vient du Niger. Nigérien est sa nationalité. Les autres diront, il est un « africain ». Mais pour moi, l’Africain reste encore à construire. Qu’il le soit pas, j’affirme que des congolais en ont marre de se faire diriger, hier par des colons européens et aujourd’hui par leurs esclaves nègres d’Afrique.

Toutefois, la biographie de Maman Sambo-Sidikou, on s’y habituera avec ce nom donné à un homme, est assez révélatrice. Maman a travaillé notamment pour la Banque mondiale à Washington, et par la suite comme représentant au Rwanda, à Kigali, d’une association britannique du nom de « Save the Children». Et plus récemment encore, c’est-à-dire de 2011 à 2014, il fut ambassadeur de son pays, le Niger (une colonie française), aux États-Unis.

Et je me demande qui n’a pas toujours compris que pour se faire nommer en RD-Congo, et ce comme garçon de course, outre l’aval de Kigali, il faut son parcours de combattant, ayant servi et travaillé chez les deux parrains du Rwanda, j’ai cité le Royaume-Uni et « Rome ». Je ne m’y oppose sauf que je fais un constat mais qui, selon moi, en dit long pour ceux qui veulent bien se servir de leur regard précieux.

Dans l’entretemps, La Cour suprême du Rwanda vient de rejeter la requête d‘un parti politique rwandais dénommé le Parti démocratique vert. Ce dernier s’opposait bon gré mal gré contre le projet de révision constitutionnelle introduit par des partisans de Paul Kagamé.

Donc, après Nkurunziza au Burundi, toujours dans les Grands Lacs, Paul Kagamé, le mercenaire en chef s’assure de rester « Sese-Seko » au pouvoir. Un énième mandat l’attend en 2017. Ni Cohen ne le critique, ni le fils de Louis Michel comme premier ministre du Royaume de la Belgique n’ose s’en prendre en lui, il fait attendre la France juste pour un ambassadeur. Le mercenaire Paul Kagamé est le patron de la classe dite politique congolaise, je dis toutes tendances confondues. On peut alors dire, et ce en toute quiétude, jamais un sans deux, voire deux sans trois, son cheval de Troie en RD-Congo y restera. Non pas parce que le peuple congolais n’écrit pas assez, ne dialogue pas assez, ne dénonce pas assez, ne marche pas assez, mais parce que certains parmi nous jubilent suite aux diverses distractions démission par-ci par-là, candidatures, députés à gauche et à droite, gouverneur de région, etc…

Des volontaires pour oser en 2016, « Patria o Muerte »

Likambo ya mabele Likambo ya makila

[Mufoncol Tshiyoyo]


Cet article a été lu 8560 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0