RDC : Paul KAGAME, un homme providentiel !

Font size: Decrease font Enlarge font
image Davos - Global Business Leaders with President Kagame during breakfast meeting on sidelines of World Economic Forum, 23 January 2013

Pendant que plusieurs compatriotes ne parlent plus que de dialogue et des élections, ''la kabile'' affûte ses armes. Ce jeudi 24 septembre 2015, Ngoy Mukena est au Rwanda pour une rencontre bilatérale sur la sécurité. Par la magie de l'Internet, quelques bribes de son discours sont twittés. Que dit-il ? Il dit entre autre qu'il saisit l'opportunité de son passage au Rwanda pour soutenir que Kagame est ''un homme providentiel''. Il a sorti le peuple rwandais du gouffre du désespoir pour lui redonner de l'espoir. Et Ngoy Mukena '' salue le peuple rwandais pour la force dont il a fait preuve depuis les événements de 1994''. Dans cette ''diplomatie du mensonge'', toute l'histoire de la sous-région des Grands Lacs africains telle qu'elle est écrite depuis plus de deux décennies par ses dignes filles et fils ainsi que par les hommes et les femmes de bonne volonté est reniée. Ngoy Mukena s'adonne à un révisionnisme digne des complices des élites mafieuses et compradores ayant contribué à la descente du Congo-Kinshasa en enfer. 

Le repli sur les questions faussement internes du Congo-Kinshasa peut constituer une grave distraction préjudiciable pour l'avenir de ce pays. Le Congo-Kinshasa semble être l'un de ses rares pays au monde où la question électorale est mise au centre des débats des ''politiciens'' pendant trois ou quatre ans. Cela conduit à baisser la garde sur d'autres questions d'intérêt régional ou international. Heureusement, par la magie de l'Internet, plusieurs compatriotes arrivent quand même à proposer autre chose. Un exemple. ''Le Ministre de la défense congolaise'' vient de procéder, au Rwanda, à un révisionnisme de l'histoire de ce pays et de celle des Grands Lacs africains pendant que les Rwandais se mobilisent au Canada pour éviter que Paul Kagame ne s'y rende afin de participer à un congrès. Quand les Rwandais évoquent les crimes historiques de Kagame, ''un Ministre congolais'' soutient qu'il est ''un homme providentiel''. Ce n'est pas un détail.

Pendant que plusieurs compatriotes ne parlent plus que de dialogue et des élections, ''la kabile'' affûte ses armes. Ce jeudi 24 septembre 2015, Ngoy Mukena est au Rwanda pour une rencontre bilatérale sur la sécurité. Par la magie de l'Internet, quelques bribes de son discours sont twittés.

Que dit-il ? Il dit entre autre qu'il saisit l'opportunité de son passage au Rwanda pour soutenir que Kagame est ''un homme providentiel''. Il a sorti le peuple rwandais du gouffre du désespoir pour lui redonner de l'espoir. Et Ngoy Mukena '' salue le peuple rwandais pour la force dont il a fait preuve depuis les événements de 1994''.

Dans cette ''diplomatie du mensonge'', toute l'histoire de la sous-région des Grands Lacs africains telle qu'elle est écrite depuis plus de deux décennies par ses dignes filles et fils ainsi que par les hommes et les femmes de bonne volonté est reniée. Ngoy Mukena s'adonne à un révisionnisme digne des complices des élites mafieuses et compradores ayant contribué à la descente du Congo-Kinshasa en enfer. Néanmoins, il partage le point de vue des Anglo-saxons ayant dit de Paul Kagame qu'il était leur ''kind of guy''[1].

Ngoy Mukena s'exprime au Rwanda au cours d'une conférence de presse tenue avec James Kabarebe, l'un des bouchers du Congo-Kinshasa. Il le fait au moment où, par paresse intellectuelle, nous sommes plusieurs à croire que ''la kabilie'' va rendre le tablier en 2016 par les urnes. Certains d'entre nous voudraient se servir de nos populations comme ascenseur pour cautionner cette lecture biaisée de notre histoire immédiate. Ils feignent de ne pas comprendre qu'à travers la bouche d'Herman Cohen[2], les Anglo-saxons ne lâcheront pas ''le raïs'' s'ils ne sont pas sûrs qu'il va avoir ''une sortie honorable'' après les énormes services qu'il leur a rendus à côté de leur ''kind of guy''.

La conférence de presse tenue par Ngoy Mukena et James Kabarebe en ce jour au Rwanda (24 septembre 2015) vient rappeler aux plus amnésiques d'entre nous qu'en dehors des acteurs pléniers ayant orchestré la guerre raciste de basse intensité au Congo-Kinshasa, les grandes décisions concernant la marche de ce pays se prennent au Rwanda de Paul Kagame. Cette conférence vient rappeler à la mémoire collective congolaise que la suite des événements au Congo-Kinshasa pourrait dépendre de la décision de Paul Kagame de partir ou de rester au pouvoir-os au Rwanda. S'il reste ou s'il passe la main à l'un de ses dauphins, le Congo-Kinshasa pourrait lui aussi garder ''le raïs'' ou passer la main à un membre de ''la cinquième colonne néolibérale et néocoloniale''[3].

Il faut avouer que le Congo-Kinshasa est à une des périodes les plus critiques de son histoire. Plusieurs de ses filles et fils ont accepté, consciemment ou inconsciemment, d'être et/ou de devenir les esclaves volontaires de l'ordre néolibéral et néocolonial. Tous, adeptes du statu quo, envoûtés par l'argent et les postes de pouvoir-os, ne jurent que par ''l'alternance'' ; c'est-à-dire la perpétuation du système de notre assujetissement et de notre abâtardissement collectifs.

Une preuve récente a été donnée par Lisanga Bonganga[4] dans sa critique du refus du ''dialogue'' par ''l'opposition politique Congolaise''. Une large majorité de cette opposition avait signé un texte avalisant le principe de ce fameux dialogue sous les auspices de la communauté dite internationale. Le revirement a eu lieu au cours du séjour de quelques membres de cette ''opposition politique'' aux USA. Certains de ces membres ont renié leurs signatures et ont cherché à se présenter chez les acteurs pléniers de la guerre raciste de basse intensité au Congo-Kinshasa comme étant ''les candidats de l'alternance''. Et c'est ne pas un hasard que dans son interview sur Al-jazeera, Herman Cohen cite certains noms. Lire les twittes de Sonia Rolley au sujet de la conférence de presse de Ngoie Mukena au Rwanda au moment où les Rwandais se mobilisent au Canada pour que Paul Kagame ne foule pas le sol canadien ou y soit arrêté[5] aide à comprendre que plusieurs ''ministres'' du Congo-Kinshasa ne sont que des ''nègres de service'' de l'ordre néocolonial et du ''boucher du Rwanda''.

Cependant, lire ''Noir Canada'' et ''Le Canada dans les guerres en Afrique centrale. Génocides & pillages des ressources minières du Congo par le Rwanda interposé'' et savoir que Paul Kagame va au Canada régulièrement et qu'il y est invité au ''Global Youth Convention'' parrainé par l'ambassade du Rwanda à Ottawa[6], c'est aussi s'aider à comprendre que les Etats prédateurs du monde n'ont rien à voir avec les principes de démocratie et de droits de l'homme. Ils ne voient que leurs intérêts. Et croire que les prendre comme témoins au cours d'un dialogue opposant les adeptes congolais du statu quo au service de leurs intérêts serait bénéfique pour les masses populaires manipulées au nom des ''élections libres, démocratiques et transparentes'', c'est mentir à ces mêmes masses. En lisant les twittes de la conférence de presse de Ngoy Mukena au Rwanda, les plus naïfs d'entre nous peuvent comprendre pourquoi, récemment, le documentaire intitulé ''l'homme qui répare les femmes'' est interdit au Congo-Kinshasa. Certaines de ses thèses contredisent les bêtises débitées par ce ''nègre de service'' au Rwanda.

Ces twittes confirment certaines appréhensions sur le proche avenir du Congo-Kinshasa : il risque d'être trouble et chaotique. Il est infiltré et occupé par les proxys des anglo-saxons. Ceux-ci y ont leur ''cinquième colonne'' jouant le rôle de ''démocrates et d'hommes d'Etat''. Mettre à nu les pratiques des infiltrés et des occupants, déconstruire le faux discours de ces ''larbins'' déguisés en ''démocrates et hommes d'Etat'' devraient faire partie du programme des minorités patriotes, résistantes et organisées en conscience.

Elles doivent travailler à la proposition d'un autre profil des gouvernants du Congo-Kinshasa et lutter contre ''le vertige de la première place'' conduisant au malheureux culte du moi. Il leur appartient de conscientiser les masses populaires congolaises afin qu'elles évident d'être en permanence les ascenseurs de ''la cinquième colonne'' de la néocolonie. La tâche est dure. Elle doit être assumée avec une grande liberté et un grand esprit de responsabilité.

Bruxelles, Jeudi 24/09/2015

[Mbelu Babanya Kabudi]

L'OEIL DU PATRIOTE

[1] http://www.voltairenet.org/article167964.html

[2] http://congovox.com/flash-flash-flash-interview-de-lambassadeur-herman-cohen-%E2%80%94-est-ce-que-kabila-peut-il-saccrocher-au

[3] Lire à ce sujet G. MAKITU NZINGA, La fabrique des opposants : cas de Moïse Katumbi et de Vital Kamerhe, dans F. DIANGITUKA(éd) , Les Congolais rejettent le régime de Kabila, Monde Nouveau/Afrique Nouvelle, Vevey, 2015, p.215-236.

[4] https://www.youtube.com/watch?v=qVIYRhyONHI (Personne n'a remis les propos de Lisanga Bonganga en question sur ce reniement jusqu'à ce jour.)

[5] http://www.france-rwanda.info/2015/09/le-canada-appele-a-arreter-le-president-rwandais-paul-kagame.html

[6] Ibidem.


Cet article a été lu 3165 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0