Rwanda : Le commencement de la fin

Font size: Decrease font Enlarge font
image Emmanuel Karenzi Karake

Le samedi, 20 juin 2015, à Londres, un général tutsi-rwandais, grand criminel de guerre et auteur de nombreux crimes contre l’Humanité, spoliateur des richesses du Congo depuis 1994,  Emmanuel KARENZI Karake, chef de la Gestapo du Rwanda a été arrêté par la Police anglaise en vertu d’un mandat d’arrêt international émis par l’Espagne suite à la disparition, principalement de neuf de ses ressortissants au Rwanda entre 1994 et 2000. Ce tortionnaire comme tant d’autres du Tutsi power International, tels que Paul Kagame, James Kabarebe, Hyppolite Kanambe alias «Joseph Kabila» vivent en toute liberté et sûrement avec une conscience très chargée et tourmentée, grâce à la complicité de leurs puissants parrains occidentaux.

Son arrestation intéresse au plus haut point le peuple congolais, car en réalité, Emmanuel Karenzi n’est jamais passé inaperçu dans le radar de l’holocauste congolais. Il est parmi les principaux auteurs des horribles crimes qui continuent à endeuiller encore aujourd’hui des millions des familles en République Démocratique du Congo. Il est impérieux de savoir qu’il fait partie du noyau de l’intelligentsia de «l’International Tutsi power». Il débuta sa carrière dans la diaspora tutsi-rwandaise en Ouganda. Peu à peu, il s’engagea dans la rébellion de Museveni dont l’objectif fixé, fut celui de chasser le régime de Milton Obote ensuite conquérir le pouvoir à Kigali avec l’APR (Armée Patriotique Rwandaise). Après avoir atteint les deux objectifs politico-militaires, il devint l’un des membres co-fondateurs  de l’AFDL (Alliance des Forces démocratiques pour la Libération du Congo) et à ce titre, il prit part à la campagne d’invasion de la RDC qui se solda par un génocide congolais. Ce drame sans précédent après la seconde guerre mondiale tarde cependant à être reconnu officiellement à cause des rapports de force sur le terrain et des complicités au niveau des puissants lobbies politiques et mafieux à travers le monde. Le fait que la caution pour la mise en liberté provisoire de Karenzi, fixée à 1 million de dollar vienne d’être payée par l’épouse de Tony Blair en personne, qui s’avère être aussi l’avocat de ce dernier , confirme s’il en était encore besoin les liens qui unissent depuis des années le régime du criminel Paul Kagame  au couple Blair devenu l’un des garants des intérêts des lobbies qui financent la guerre en RDC . Leurs liens sont tels que les Blair n’ont donc pas hésité à associer leur nom à celui de ce véritable génocidaire rwandais.

En effet, cet officier rwandais quinquagénaire a pris une part active à presque tous les crimes tutsis commis sur les sols congolais et rwandais de 1994 à ce jour. A titre illustratif, nous pouvons citer les massacres de Tingi- Tingi, Makobola, de Bukavu au cours desquels les femmes congolaises ont été enterrées vivantes sous la supervision de Ruberwa, Bugera, Bizima et consorts.

Alors officier supérieur puis Lieutenant- colonel, Il n’épargna point ses propres compatriotes rwandais leaders politiques en les éliminant systématiquement. Nous pouvons rappeler pour mémoire les cas avérés suivants :

  1. Emmanuel GAPSISI, vice-président du Mouvement Démocratique Républicain (MDR) et président du Forum Paix et Démocratie, fut éliminé le 18 mai 1993 ;
  2. Mr  GATABAZI Félicien, président du Parti Socialiste Démocrate (PSD), assassiné le 22 février 1994 ;
  3. Mr  BUCYANA Martin, président du Parti pour la Coalition pour la République (CDR), assassiné de ses propres mains le 23 février 1994 ;
  4. En avril 1994, il participe au massacre de plus de 120 personnes du Secteur de KABARE dans la commune de BURINGA, il a en outre fait assassiner le Dr HIGIRO et fait massacrer plus d’une centaine d’écoliers dans la commune TABA, préfecture de GITARAMA .
  5. De juillet à décembre 1994, il participe au  massacre et à l’incinération ethnique à NDERA, MASAKA et KAMI ;
  6. Il supervise les massacres de KIBEHO du 17 au 23 avril 1995 qui avaient fait plus de 8.000 victimes ;
  7. En juillet 1997,  massacre des populations de KINIGI, GATONDE,NDUSU, VUNGA, NYARUTOVU et CYERY ayant fait plusieurs victimes, plus de 500 victimes ;
  8. Le 9 janvier 1998, l’extermination des Hutu en association avec son prédécesseur, le Lt Colonel KAYALBA NYAMWASA (voir « Le réquisitoire Tome V, page 37 Robert MBELO).

Entre 2007 et avril 2009, il est désigné, pour être blanchi et médaillé au nettoyage de l’ONU à Darfour, au Soudan. C’est durant cette période que le mandat d’arrêt espagnol fut émis à son encontre et il finira par provoquer des tensions théâtrales entre le Rwanda du dictateur et criminel Kagamé et l’ONU. Réputé pour son franc-parler que les services rwandais ne tolèrent jamais du vivant de son initiateur, il tomba en disgrâce en avril 2010 et il fut mis au frigo (résidence surveillée) pour une mauvaise conduite avant d’être libéré en novembre 2010 juste après la publication par l’ONU du Rapport Mapping (octobre 2010) jusqu’à son arrestation à Londres, le 20 juin 2015. Avec ses services, il supervise les actions du « Bataillon Delta » qui opère à l’extérieur du Rwanda et qui est responsable des assassinats politiques au Canada, en Europe et en Afrique particulièrement en Afrique du sud.

Tout en versant des larmes de crocodiles, Kagame et ses sbires sont surpris et s’étonnent de l’arrestation de leur tueur à gage parce qu’ils étaient assurés de leur impunité. Mais après 20 ans d’occupation de la RDC où ils règnent en maîtres absolus, ils ne sont pourtant pas parvenus à balkaniser le Congo comme ils l’avaient promis à leurs alliés occidentaux. Mais ils n’avaient pas prévu sur le chemin la naissance d’un mouvement de résistance qui allait leur tenir tête et bouleverser tout le calendrier de leur projet en RD-Congo. Depuis 10 ans, l’APARECO conduit par Honoré Ngbanda a patiemment abouti au réveil et à la prise de conscience populaire des masses congolaises qui se préparent à l’assaut final pour bouter hors de nos territoires tous ces assaillants étrangers encadrés par l’International Tutsi Power et leurs complices africains et occidentaux.

Le peuple congolais en gégénral et les patriotes résistants en particulier attendent voir ce que feront les autorités judiciaires anglo-saxonnes . Vont-ils transmettre ce criminel professionnel en Espagne, ou vont-ils suivre la voie empruntée naguère par leurs collègues français à l’égard d’un sujet rwandais libéré d’une manière folklorique et remis en liberté malgré le mandat d’arrêt espagnol ? Nous osons croire qu’en procédant à l’arrestation spéculaire de ce tueur tutsi-rwandais membre du Tutsi Power International, les autorités britanniques ont voulu donner un signal fort au monde entier et aux Congolais en particulier, pour annoncer que l’heure de la justice est enfin arrivée !

C’est pourquoi l’APARECO, dans son communiqué, a proclamé tout son soutien à la justice anglaise et a appelé toute la diaspora congolaise à manifester son soutien à son acte courageux et louable. L’APARECO a chargé la section urbaine de Londres de déposer auprès de la justice anglaise, une plainte complémentaire à charge d’Emmanuel Karenzi pour des nombreux crimes commis en RD-Congo et au Rwanda. L’APARECO fera tout son possible pour que d’autres criminels membres du Tutsi Power International dont Paul Kagamé et « Joseph Kabila » empruntent dans les jours à venir, le chemin de La Haye pour y expier le génocide de plusieurs millions de Congolais et de Rwandais.

MULOPO KAPITA wa DITUNGA

Politologue, militant 

Secrétaire Général Adjoint / APARECO

== // ==

COMMUNIQUE DE L’ALLIANCE DES PATRIOTES POUR LA REFONDATION DU CONGO CONCERNANT L’ARRESTATION DU CHEF DES SERVICES DE RENSEIGNEMENT DU RWANDA PAR LA POLICE BRITANNIQUE

Suite à l’arrestation du général Emmanuel Karenzi karake, chef des services de renseignement rwandais, relative à l’exécution d’un mandat d’arrêt européen émis par les autorités espagnoles, l’APARECO invite toute la diaspora congolaise à se mobiliser pour :

Primo : Soutenir et encourager la justice britannique à poursuivre cette action et à aller jusqu’au bout de la procédure.

Secundo : Décréter par conséquent une mobilisation partout en Europe et particulièrement dans le Royaume-Uni afin de sensibiliser l’opinion européenne ; et pour cela,

Tertio : Dénoncer les crimes commis par le Rwandaet l’Ouganda avec la complicité avérée de «Joseph Kabila» en République Démocratique du Congo.

L’APARECO informe l’opinion public que l’une des raisons de la présence du général tutsi-rwandais Emmanuel Karenzi en Grande Bretagne était justement d’organiser l’élimination des patriotes et résistants congolais.

L’APARECO rappelle le caractère massif et planifiédes nombreux crimes commis par le Rwanda en RDC dans le but de chasser les congolais de leurs terres et de les substituer par la population rwandaise en vue d’annexer la partie orientale totalement occupée par les troupes rwandaises.

Outre l’épuration de la population congolaise, l’APARECO dénonce l’appropriation illégaleet le pillage par le régime rwandais des ressources naturelles de la RD-Congo dont le coltan, le diamant et le bois de guerre. Rappelons que cet acte d’appropriation illégale a été qualifié de génocide par le parlement européen.

C’est pourquoi, l’APARECO appelle la diaspora congolaise à se mobiliser pour appuyer la justice britannique pour que justice soit finalement rendue en réponse aux crimes commispar les assaillants et agresseurs de la RD-Congo.

L’APARECO lance un appel à d’autres pays de l’union européenne notamment la Belgique et la France dont des ressortissants ont également été victimes de la folie meurtrière de Monsieur Karenzi ou ses complices tutsis rwandais de suivre l’exemple espagnol pour la manifestation de la vérité.

L’APARECO dénonce l’appui dont continue à bénéficier à travers le monde des criminels notoires tels que Paul Kagamé et Emmanuel Karenzi de la part des lobbies qui financent la guerre que poursuit le Rwanda en RDC et qui a déjà causé des millions de victimes. Le fait que la caution pour la mise en liberté provisoire d’Emmanuel Karenzi, fixée à 1 million de dollar vienne d’être payée par l’épouse de Tony Blair en personne, et que cette dernière s’avère être aussi l’avocat du chef des services des renseignements rwandais,  confirme s’il en était encore besoin les liens étroits qui unissent depuis des années le régime du criminel Paul Kagamé  au couple Blair et les lobbies dont ils défendent les intérêts.

L’APARECO  réaffirme sa détermination à combattre ces lobbies et à mettre un terme définitif à leurs actions funestes en République démocratique du Congo.

Enfin, l'APARECO informe l'opinion qu’elle a par ailleurs renforcé la démarche de la  justice britannique en introduisant  à son tour une plainte contre Monsieur Karenzi pour son implication dans de nombreux crimes en République démocratique du Congo.

Londres, le 26 juin 2015

AMISI KILOSHO

Secrétaire Général Adjoint  et Porte-parole de l’APARECO


Cet article a été lu 3786 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0