Guinée Équatoriale : 3 milliards de dollars pour la construction d’un système de sécurité présidentielle unique en Afrique

Font size: Decrease font Enlarge font
image Teodoro OBIANG NGUEMA

Selon des sources nord-coréennes en Guinée Équatoriale, un bureau d'une organisation nord-coréenne de la TI, a remporté un projet d'une valeur de 3 milliards de dollars. Il s’agit d’un marché favorisé par le régime de Guinée Équatoriale pour établir un système de sécurité nationale dans le cadre des efforts visant à assurer sa sécurité. La Corée du Nord est en train d'installer déjà  les équipements pour ce projet, selon ces sources. Le projet est de construire un système de sécurité présidentielle avec e des cameras de surveillance et des installations des communications dans 7 grandes villes et les intégrer via une connexion satellitaire, créant ainsi un réseau unique au niveau national, voire du continent.

Besoin de sécuriser le pays, le régime ou le pouvoir présidentiel ? Le gouvernement de la Guinée Equatoriale a accordé à la Corée du Nord un important marché de plusieurs milliards de dollars américains pour la construction d’un système de sécurité présidentielle à grande échelle.

Selon des sources nord-coréennes en Guinée Équatoriale, un bureau d'une organisation nord-coréenne de la TI (Technologie de l’Information) en Guinée d’Obiang Nguema, bureau cité par des médias internationaux, a remporté un projet d'une valeur de 3 milliards de dollars.

Il s’agit d’un marché favorisé par le régime de Guinée Équatoriale pour établir un système de sécurité nationale dans le cadre des efforts visant à assurer sa sécurité. La Corée du Nord est en train d'installer déjà  les équipements pour ce projet, selon ces sources.

Le projet est d’une grande envergure, l'initiative étant  menée par le président de Nguema de construire un système de sécurité présidentielle avec e des cameras de surveillance (CCTV) et des installations des communications dans 7 grandes villes et les intégrer via une connexion satellitaire, créant ainsi un réseau unique au niveau national, voire du continent.

Après avoir signé un contrat avec le gouvernement de la Guinée Équatoriale pour établir un système de sécurité dans la ville de Mongomo en 2014, le bureau nord-coréen de TI a achevé la construction du Centre de Télésurveillance Global et a tenu une cérémonie d'ouverture en mai 2015, ajoute-t-on.

Le régime nord-coréen a envoyé jusqu’à 60 000 travailleurs dans le monde entier pour couvrir les frais nécessaires pour sécuriser le régime de Kim Jong-un et développer ses programmes nucléaires et de missiles.

Pyongyang est particulièrement connu d'être engagé pratiquement dans toutes sortes d'activités illicites pour gagner des devises étrangères en utilisant tous les moyens imaginables.

Malgré les récentes controverses sur les violations des droits de l'homme et l'extorsion des salaires de la vague des travailleurs nord-coréens envoyés à l'étranger, la Corée du Nord a récemment dépêché un nombre considérable d’experts informatiques en Guinée Équatoriale.

On s’attend alors que Pyongyang suscite encore une autre série de différends avec la communauté internationale.

Actuellement, il travaille sur un projet visant à établir un système de sécurité d'une valeur de 32 millions de dollars US dans la ville d’Oyala, qui sera la future capitale du pays indique encore les sources.

En outre, lors d'une réunion avec le président Nguema en Mars dernier, la Corée du Nord avait remporté des contrats supplémentaires pour un système de réception par satellite (42 millions USD) et un système de sécurité présidentielle (12 millions USD). Ses réceptions d'acomptes de dizaines de millions de dollars ont stimulé les travaux pour le projet.

La Corée du Nord s'emploie à concrétiser cette initiative d'une manière extrêmement secrète sous l'égide du Président Obiang Nguema. Considérant le processus de construction, le test d'exploitation, et le transfert des systèmes, les deux pays sont appelés à maintenir les échanges et coopération pour au moins dix prochaines années. Ce qui expliquerait son détachement soupçonné de l’Occident.

Toutefois, certains disent s’attendre à un mauvais rendement, vu que la Corée du Nord manque d’exploit nécessaire en TI pour mener à bien ce projet. On soupçonne également que la visite du Ministre des Affaires Etrangères Ri Su Yong en Guinée Équatoriale prévue en fin juin pourrait avoir pour objectif le trafic d'une partie des acomptes au régime de Pyongyang et  à son président Kim Jong-un.

Le régime autoritaire au pouvoir en Guinée Équatoriale utilise l'expertise informatique de la Corée du Nord, qui est particulièrement réputée pour le contrôle et la surveillance de la population de manière efficace, afin de rester au pouvoir à la manière de la Corée du Nord.

Les recettes en devises étrangères de l'établissement du système de sécurité nationale sont censées dépasser 200 millions de dollars, ce qui équivaut à un montant total de l'argent acquis par année par les travailleurs nord-coréens à travers le monde.

 C’est préoccupant qu'une telle quantité phénoménale de devises étrangères serait détournée vers les fonds d'administration de Kim Jong-un ainsi que pour le développement du nucléaire et des armes de destruction massive. Ce tout le monde craint.


Cet article a été lu 4518 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0