Brazzaville : Les expulsions se poursuivent

Font size: Decrease font Enlarge font
image Refoules de Brazzaville

Les expulsions des Congolais de Brazzaville sont loin de prendre fin. On nous apprend que le mercredi 2 septembre courant, dix neufs ressortissants congolais de la RDC, ont été expulsés du Congo/Brazzaville et accueillis au Beach Ngobila, poste frontalier officiel entre Kinshasa et Brazzaville.

Selon les documents du service de l’immigration du Congo/Brazzaville exploités par l’Agence congolaise de presse, ces Congolais de Kinshasa qui viennent de Brazzaville et de Pointe Noire, ont été expulsés pour séjour irrégulier.

Ces dix neufs rd Congolais expulsés viennent s’ajouter à la liste des autres qui ont été victimes de cette expulsion lors de l’opération  » Mbata ya Bakolo  » lancée en avril 2014 à Brazzaville et en mai 2015 à Pointe Noire.

Ils ont été expulsés dans des conditions inhumaines au point que le Gouvernement congolais a décrié le dérapage constaté dans cette opération. Nombreux observateurs avaient condamné cet acte qui a failli fragiliser les relations entre les deux capitales les plus rapprochées du monde. Hommes, femmes et enfants expulsés ont été acheminés dans les différents sites d’hébergement érigés pour la circonstance. On note par exemple que le site de la maison communale de Kinshasa compte toujours quelques expulsés qui y vivent jusqu’aujourd’hui. Mais plusieurs autres ont rejoint leurs familles respectives.

Par contre au début de cette opération,  beaucoup de Congolais de Brazzaville particulièrement les étudiants, par peur de représailles, de la part des Kinois, avaient pris l’option de regagner volontairement leur pays.

Pour normaliser le trafic entre Kinshasa et Brazzaville qui avait connu à un moment donné un ralentissement, plusieurs mesures ont été prises notamment l’usage du passeport et l’octroi de visa dont le montant est fixé aujourd’hui à 80 dollars américains avant toute traversée.

Ces mesures ont été mal accueillies par les nombreux trafiquants qui ne savaient plus à quel saint se vouer car cette activité commerciale qui leur permet de subvenir au besoin de leur famille ne leur permet pas de faire face à des frais si importants..

[Camus Kinkumi Kamitatu]


Cet article a été lu 2910 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0