RDC - Rwanda : Accord des dupes

Font size: Decrease font Enlarge font
image Joseph KABILA et son homologue rwandais Paul KAGAME, le 30 Juin 2012 a Kin.

Aujourd’hui, il n’y a plus matière à polémique, le communiqué conjoint vient de trancher : une opération militaire contre les FDLR est en préparation par les deux pays. «Dans les dix jours, les deux chefs d’états-majors généraux présenteront un plan concerté pour les opérations contre les Fdlr. Le plan comprendra notamment un mécanisme conjoint de monitoring de ces opérations». La traque des FDLR engagé en son temps, lors d’une précédente opération militaire conjointe avait démontré ses limites. Faudrait-il refaire la même expérience malheureuse ?

L’accord conclu entre la République démocratique du Congo et le Rwanda fait la part belle à Kigali. Tout tourne autour des FDLR. La sécurisation des frontières communes n’est évoquée que pour compenser les larges concessions accordées par Kinshasa. Sans commune mesure, la RDC s’est laissé berner par la fallacieuse promesse de fermer les frontières aux mutins du général renégat Bosco Ntaganda. En contrepartie, une nouvelle opération conjointe est annoncée tambour battant par le porte-parole de l’armée rwandaise, pendant que Kinshasa se confondait en justifications.

Aujourd’hui, il n’y a plus matière à polémique, le communiqué conjoint vient de trancher : une opération militaire contre les FDLR est en préparation par les deux pays. «Dans les dix jours, les deux chefs d’états-majors généraux présenteront un plan concerté pour les opérations contre les Fdlr. Le plan comprendra notamment un mécanisme conjoint de monitoring de ces opérations». La traque des FDLR engagé en son temps, lors d’une précédente opération militaire conjointe avait démontré ses limites. Faudrait-il refaire la même expérience malheureuse ? Visiblement, le gouvernement de la RDC se serait déjà engagé sur cette voie.

Une nouvelle traque des FDLR sur le sol congolais par une armée régulière d’un Etat qui a endeuillé des Congolais au même titre que les FDLR devrait s’entourer des précautions à l’efficacité éprouvée. Le gouvernement, par qui cette brèche est ouverte, devra également cerner ses contours dans l’intérêt bien compris de la nation congolaise.

La priorité pour les Congolais en cette période est de mettre un terme à l’aventure de Bosco Ntaganda. L’anéantissement des FDLR bénéficie plus au Rwanda qu’à la RDC. «Endéans dix jours, les chefs de services de renseignements sont chargés de mettre sur pieds un mécanisme de prévention de toute action nuisible aux bonnes relations, et à la sécurité des deux Etats, notamment par des éléments opportunistes et la propagande négative.» «La propagande négative» aurait-elle un sens lorsque des explications légitimes sont attendues ? Interrogation pertinente.

Ce qui importe pour la RDC est de neutraliser Bosco Ntaganda en le privant de tout soutien militaire et logistique. «Coincés entre les collines», la puissance de feu des FARDC viendra à bout de cette mutinerie d’un autre âge. Pour y parvenir, il ne sert à rien d’ouvrir les frontières à une armée étrangère. Rwandaise fut-elle ! «La montée en puissance des FARDC» confirmée sur le terrain des opérations est suffisantes pour que la souveraineté de l’Etat et la dignité des Congolais s’imposent sur toute l’étendue du territoire national. En attendant, l’accord conclu avec le gouvernement rwandais n’est qu’un marché des dupes. Encore une fois, le Rwanda profite de sa position supposée pour imposer en priorité, ses préoccupations au détriment de la RDC. La duperie est bien là.

[Le Potentiel]


Cet article a été lu 5966 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0