Nelson MANDELA, Quand la RDC rend hommage au « 666 »

Font size: Decrease font Enlarge font
image Nelson MANDELA

Drapeau en berne, le pays de Lumumba rend hommage à l’homme qui a donné le pouvoir au M23. C’était un 18 juillet, à bord du bateau Utenika non loin de Kampala, à quelques mètres de Pointe Noire, que Nelson Mandela imposait au puissant Marechal Mobutu terrassé par la maladie la signature de la capitulation des Forces Armées Zaïroises. Un accord élaboré à Kampala par Yuweri Museveni et ses parrains occidentaux en vue d’un changement profond à Kinshasa.

Nelson Mandela, téléguidé par les impérialistes avait réussi sa mission, celle de remplacer le gouvernement légal de Kinshasa par une force négative « le M23 », à l’époque elle évoluait sous la marque « AFDL ».  Chevalier de nouvel ordre américain, Nelson Mandela qui a été apprivoisé pendant 27 ans à la prison de Robben Island, serait la meilleure création de la cybernétique américaine. Prix Nobel de la Paix avec Frederick De Clerk, Champion du monde de Rugby, Champion d’Afrique de football…ses concepteurs ont tout mis, tout apporté pour faire de cet homme, roi en Afrique avec une personnalité politique internationale incontestée et incontestable.

Ils ont créé un « diable inconscient ». Prisonnier à Robben Island, son matricule était 46664, après les recherches, en réalité ce numéro était « 666 », le  chiffre 4 du début comme de la fin ne sont que de tréma. Même ses anciens geôliers peuvent confirmer cette thèse, ils ont inventé l’antéchrist pour leurs intérêts égoïstes. Ce matricule est utilisé comme un numéro gratuit par ces impérialistes, en Grande Bretagne ou ailleurs afin de récolter des fonds pour la lutte contre la pauvreté en Afrique, quelle insulte !

Madiba, le « 666 », son numéro matricule  se mettra inconsciemment,  rapidement au service d’une entreprise maffieuse, barbare de conquête, d’asservissement, d’exploitation, déstabilisation de l’Afrique. Les américains, spécialités en cybernétique, au nom d’une certaine mondialisation vont faire de la victime de l’apartheid, un bourreau. L’objectif est le contrôle du système des systèmes, et ils ont réussi. Pretoria et Washington sont aujourd’hui dans un mouvement de rapprochement économique et commercial inédit. Pretoria à travers l’organisation de la SADEC, le projet NEPAD contrôle Kinshasa, ainsi que les autres capitales d’Afrique Centrale et Australe. L’exploitation minière et génétique se font sous l’œil vigilant de l’Afrique du Sud.

Ainsi Washington à travers l’accord de Libre échange (ALE), qui réunit l’Afrique du Sud, Le Botswana, Lesotho, Namibie et Swaziland, contrôle l’exportation de tous les produits. En plus l’AGOA, cette loi américaine permet à Washington d’établir la liste des produits éligibles aux réductions tarifaires. Ce système a permis aux américains d’avoir la main mise sur le continent Africain, de contrôler l’économie mais aussi la politique de l’Afrique, en isolant la France et l’Union Européenne.

Deux poids, deux mesures. La CIA a massacré Lumumba Patrice, mais elle a protégé Mandela Nelson. La raison, elle est simple, il faut éviter le gaspillage surtout pour des  anglophones. Ce leader noir, une fois apprivoisé, pouvait mieux servir la cause des blancs. Mandela n’a jamais mis fin à l’apartheid, il l’a internationalisé.

Yves Kongolo


Cet article a été lu 17457 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0