Enrichissement illicite : Karim WADE accusé d'avoir illégalement acquis 178 millions d'euros par le biais de montages financiers complexes

Font size: Decrease font Enlarge font
image Karim WADE

Le procès de Karim Wade, a été suspendu jusqu'au 1er décembre en raison du sommet de la Francophonie. En détention préventive depuis avril 2013, il est accusé d'avoir illégalement acquis 178 millions d'euros par le biais de montages financiers complexes sous la présidence de son père.

Le procès de Karim Wade, fils et ministre de l'ex-président Abdoulaye Wade, poursuivi pour enrichissement illicite, a été suspendu jusqu'au 1er décembre en raison du sommet de la Francophonie prévu à Dakar fin novembre, a appris l'AFP mercredi auprès du ministère de la Justice.

"Le procès a été suspendu jusqu'au 1er décembre. Les forces de sécurité chargées d'assurer sa sécurité doivent être redéployées dans le cadre (du sommet) de la Francophonie" prévu les 29 et 30 novembre, a affirmé à l'AFP une source proche de la Cour spéciale jugeant Karim Wade.

La suspension du procès, annoncée mardi soir, est intervenue après le limogeage le même jour d'Alioune Ndao, procureur de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI), la juridiction spéciale jugeant Karim Wade.

M. Ndao a été remplacé par Cheikh Tidiane Mara, un magistrat ayant notamment travaillé au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a affirmé le ministère de la Justice, sans donner les raisons de ce remplacement.

Selon la presse locale, le procureur Ndao voulait poursuivre pour enrichissement illicite d'autres anciens responsables, dont des ministres du président Wade, contre l'avis des autorités.

M. Ndao avait de nombreuses divergences avec sa hiérarchie dans la conduite de la traque des biens présumés mal acquis, selon la même source.

Tenace et amateur de joutes verbales, M. Ndao a été plusieurs fois été accusé par la défense de Karim Wade d'outrepasser ses pouvoirs et de faire obstacle à la recherche de la vérité, ce dont il s'est chaque fois défendu.

Karim Wade, qui fut d'abord conseiller puis puissant ministre de son père, à la tête du Sénégal pendant douze ans (2000-2012), est jugé depuis le 31 juillet par la CREI, créée en 1981, mais ensuite tombée en sommeil.

En détention préventive depuis avril 2013, il est accusé d'avoir illégalement acquis 178 millions d'euros par le biais de montages financiers complexes sous la présidence de son père.

D'après la défense, son patrimoine atteint environ deux millions d'euros, gagnés pour l'essentiel quand il était trader en Europe avant de travailler auprès d'Abdoulaye Wade.

L'Organisation internationale de la francophonie (OIF) doit désigner lors de ce sommet un successeur à son secrétaire général Abdou Diouf, prédécesseur (1981-2000) d'Abdoulaye Wade à la tête du Sénégal.

[Afp]


Cet article a été lu 1690 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0